RDS.ca jeudi, 2 oct. 2008. 23:50

Les Cubs, qui ont été presque imbattables au Wrigley Field cette saison, risquent fort bien d'y avoir disputé leur dernier match en 2008.

Russell Martin a vidé les sentiers à l'aide d'un double dans une deuxième manche de cinq points des Dodgers de Los Angeles, qui ne sont plus qu'à une victoire d'éliminer Chicago à la suite d'une victoire de 10-3 remportée jeudi soir dans la Ville des Vents.

Des erreurs aussi difficiles à comprendre qu'à pardonner. Deux petits coups sûrs dans les six premières manches. Un lanceur incrédule et impuissant devant le scénario qui se déroule devant lui. Devant des partisans en état de choc, les Cubs ont eu l'air de tout sauf de la meilleure équipe de la Ligue nationale, en route vers leur huitième défaite consécutive en séries d'après-saison.

Ils devront maintenant remporter leurs deux prochains matchs à Los Angeles s'ils veulent revoir des fidèles qui croyaient dur comme fer que les planètes étaient alignées pour voir leur équipe remporter un premier championnat en 100 ans. La tâche n'est pas mince : une seule formation a réussi à remporter une série de division après avoir perdu les deux premières rencontres à la maison, soit les Yankees de New York en 2001.

Les Dodgers, pour leur part, ont maintenant trois essais pour remporter les honneurs d'une série pour la première fois en 20 ans.

La deuxième manche aura été fatale aux Cubs, dont les malheurs ont commencé quand Mark DeRosa a été incapable de maîtriser une balle à double-jeu de routine qui aurait envoyé tout le monde à l'abri. L'erreur a plutôt permis aux Dodgers de marquer le premier point du match.

Los Angeles a ensuite rempli les buts quand Derrek Lee, récipiendaire de trois Gants dorés, a cafouillé sur le faible roulant de Casey Blake. Le lanceur Chad Billingsley a été liquidé sur trois rapides consécutives, mais Rafael Furcal a produit un point à l'aide d'un amorti surprise avant que Martin, qui avait frappé une longue balle dans le premier match, ne vienne faire le ménage en tirant une flèche dans l'allée de gauche.

Sur sa butte, Carlos Zambrano ne pouvait s'empêcher de sourire devant le ridicule de la situation. Son gérant Lou Piniella a toutefois attendu à la septième manche avant de mettre fin aux souffrances de son partant, qui n'a donné que six coups sûrs et retiré sept frappeurs au bâton. Seulement trois des sept points marqués par les Dodgers pendant son séjour au monticule sont allés à sa fiche.

Les Cubs ont commis un total de quatre erreurs dans la rencontre, une par chacun des membres de leur avant-champ.

Les choses se sont déroulées beaucoup plus rondement pour Chad Billingsley, qui effectuait un premier départ en carrière en séries. En six manches et deux tiers, il n'a accordé que cinq coups sûrs et passé sept frappeurs dans la mitaine.

Outre son coup d'éclat en deuxième, Martin n'a pas connu beaucoup de succès en attaque, étant retiré sur des prises à chacune de ses trois présences suivantes.

Manny Ramirez a claqué la longue balle, sa deuxième en autant de matchs, et produit deux points. Furcal a frappé deux coups sûrs, produit deux points en plus d'en marquer autant.

Le Canadien Rich Harden tentera de garder les Cubs en vie samedi à Chavez Ravine. Son vis-à-vis sera le Japonais Hiroki Kuroda.