Je l’avoue, j’ai toujours du sang bleu des Dodgers qui coule dans mes veines. Une fois un Dodger, toujours un Dodger nous disaient les dirigeants de l’époque. Ils avaient raison!

Il y a une relation unique avec l’équipe qui t’a donné une première chance dans le baseball professionnel. Trente ans plus tard, le lien est toujours aussi fort, surtout en pénétrant dans le stade, le magnifique Dodger Stadium. J’étais un tout nouveau membre de l’organisation lorsque les Dodgers ont gagné leur dernière série mondiale en 1988. Même si j’étais loin des ligues majeures, j’étais le gars le plus fier au monde de faire partie de cette prestigieuse organisation.

Trente ans plus tard, revoilà enfin les Dodgers en Série mondiale. Le Stade semble encore plus beau, le climat est parfait, la table est donc mise pour série enlevante contre les Astros de Houston.

Si l’on résume cette série, ce sera la meilleure attaque du baseball majeur, les Astros, contre le meilleur personnel de lanceur de la Ligue nationale, les Dodgers. Los Angeles n’a pas une vilaine attaque, mais j’ai tout de même hâte de voir si Corey Seager sera à 100%, lui qui a raté la Série de championnat contre les Cubs de Chicago en raison de problèmes au dos. Houston n’a pas un vilain personnel de releveurs, mais la tenue de Chris Devinski en Série de championnat, contre les Yankees de New York, est inquiétante.

Les deux équipes ont ajouté un lanceur de premier plan avant la fin de la saison et les deux auront un rôle crucial à jouer. Justin Verlander a été le joueur par excellence de la Série de championnat contre New York et Yu Darvish a remporté ses deux départs depuis le début des séries, avec une minuscule moyenne de points mérités de 1,59. Verlander sera le partant lors du deuxième match et Darvish lancera à Houston lors de la rencontre no 3.

Pour le premier match, difficile de demander un meilleur duel de gauchers entre Dallas Keuchel et Clayton Kershaw. Ce sera un véritable duel de « K » qui, ironiquement, signifie au baseball retrait sur des prises. Les deux lanceurs lanceront dans des conditions plutôt chaudes alors que l’on annonce des températures au-delà de 100 degrés F lors de la première manche, ce qui serait une première dans l’histoire de la Série mondiale.

Donc, il est assez évident que l’on a deux équipes équilibrées, bien dirigées qui vont jouer dans des conditions idéales pour du baseball en octobre. Il faut donc tenter de découvrir quels joueurs de chacune des équipes pourraient la faire la différence.

Houston : Pour que les Astros remportent une première Série mondiale, il n’y a pas de secret, ils doivent exploiter leur force principale, l’attaque. Mais, pour que cette attaque puisse être constante, ça va passer par George Springer. Affronter Jose Altuve et Carlos Correa avec un ou des coureurs sur les buts sera toujours un défi de taille pour les lanceurs des Dodgers. George Springer doit mettre la table à ce niveau. J’ajouterais Yuli Gurriel aussi. Il a été excellent jusqu’ici en séries et doit trouver une manière encore de ramasser tout ce que Altuve et Correa vont laisser derrière.

Los Angeles : Si le dos de Corey Seager tient bon, il sera un joueur clé de cette série. Sinon, il faudra que Yasiel Puig soit dominant comme ce fut le cas jusqu’ici. La relève étant une grande force de cette équipe, Brandon Morrow et Kenta Maeda verront beaucoup d’action et devront préparer la table à Kenley Jansen.

Ce sera aussi l’affrontement de deux gérants qui en seront à leur première Série mondiale dans ce rôle. Sachant à quel point le baseball est un sport que l’on peut questionner chaque décision, il sera intéressant de voir si l’on pourra voir un peu plus d’émotion de la part d’A.J. Hinch. De son côté, est-ce que Dave Robert pourra contrôler les siennes?

 La table est mise pour Série mondiale des plus excitantes. Les Dodgers n’ont pas gagné le titre depuis 1988, et les Astros n’ont jamais remporté une Série mondiale et n’ont jamais gagné un seul match puisque lors de leur seule participation en 2005, ils avaient été balayés par les White Sox de Chicago.

L’Influence du Dodger « blue » est trop forte : Los Angeles en 6.

La Série mondiale 2017 est à nos portes