AP dimanche, 17 févr. 2013. 19:51

GLENDALE, Ariz. - Les blessures, le manque de constance et la pression de jouer dans un marché comme Boston ont pesé lourd sur Carl Crawford, au point de lui faire douter de lui-même, pour la première fois de sa carrière.

Il a fini par se demander pourquoi il a quitté les Rays pour les Sox, qui lui ont donné un contrat de 142 M $ pour sept ans.

« Beaucoup disaient que je n'étais intéressé que par l'argent, a dit Crawford. Rendu à un certain point, je me demandais si j'avais pris la bonne décision. »

Crawford veut maintenant montrer aux Dodgers et au reste du baseball qu'il peut redevenir l'un des meilleurs voltigeurs de gauche des majeures, ce qu'il était avant ses deux saisons de misère à Boston.

Crawford a participé quatre fois aux match des étoiles en neuf saisons avec les Rays, s'imposant au bâton et sur les buts. Il a mené les majeures quatre fois pour les buts volés, en plus de frapper pour plus de ,300 lors de cinq saisons.

Il a choisi les Red Sox comme joueur autonome, car il voulait avoir la chance de gagner la Série mondiale, mais il a plutôt vu sa carrière en prendre un coup.

Crawford a frappé pour seulement ,255 et n'a volé que 18 buts, en 2011, puis il a été limité à 31 matches en 2012, à cause des blessures.

« Il y avait vraiment un nuage noir au-dessus de moi à Boston, a dit Crawford. Je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel, et ça me rendait un peu dépressif. Je ne savais pas de quelle façon m'en sortir. »

Il était aussi dans une ville où les médias et les amateurs sont parmi les plus enclins à critiquer. Crawford pensait pouvoir bien composer avec tout ça, mais ça devenait de plus en plus difficile.

« De l'extérieur, vous regardez les gars là-bas et vous pensez que vous pouvez tout simplement jouer au baseball, a dit Crawford, 31 ans. Mais une fois sur place, vous réalisez que c'est un peu plus difficile que vous le pensiez. »

Se voyant pris à Boston, Crawford a été très surpris quand les Red Sox l'ont envoyé aux Dodgers avec Adrian Gonzalez et Josh Beckett, en août dernier.

Une opération au coude deux jours avant l'échange a toutefois empêché Crawford de jouer pour sa nouvelle équipe, l'an dernier.

Repartant à neuf, cette année, il a l'impression que son arrivée sur la côte Ouest est le changement de décor dont il a besoin pour briller à nouveau.

« Je n'avais pas la meilleure confiance en moi à Boston, mais je me sens beaucoup mieux maintenant, a dit Crawford. Je me sens comme le joueur que j'étais. »

Los Angeles est un gros marché comme Boston, mais l'atmosphère y est moins tendue. Crawford se joint à une équipe bourrée de talent, ce qui lui enlève de la pression, et le vaste Dodger Stadium devrait être parfait pour un frappeur comme lui, qui a mené les majeures pour les triples en quatre occasions.

« Nous espérons qu'un nouveau départ avec nous sera bénéfique pour lui », a résumé le gérant des Dodgers, Don Mattingly.