vendredi, 8 août 2014. 09:00

La blessure qu'a subie Andrew McCutchen représente certes un dur coup, nous qui luttons acharnement pour le sommet de la coriace division centrale de la Ligue nationale. Mais nous savons que c’est face à l’adversité que les grandes équipes développent leur force de caractère. Et c’est grâce à ce caractère que se révèlent les champions.

Il faut toutefois admettre que cette malchance survient à un bien mauvais moment, nous qui amorçons une portion cruciale de notre calendrier. En effet, nous jouerons 22 matchs consécutifs contre des équipes qui sont en plein cœur d’une course au championnat, dont 12 contre les Brewers, les Reds et les Cardinals. Il sera primordial d’améliorer notre fiche qui n’est pas très reluisante contre ces rivaux de division depuis le début de la saison (13-26).

Pour le moment, nous ne savons toujours pas si notre joueur par excellence évitera un séjour sur la liste des blessés, mais ce qui est certain, c’est que nous devrons nous relever les manches durant son absence si nous voulons demeurer dans cette course à quatre formations.

J’ai confiance en cette équipe des Pirates qui démontre de belles choses après avoir connu un début de saison difficile. En fait, depuis mon arrivée à Pittsburgh, je suis impressionné par le désir de gagner de tous les individus qui composent de ce clubhouse. Nous sommes disciplinés, bien préparés, mais avant tout, nous poussons tous dans la même direction.

L’émergence de deux jeunes

Les Pirates ont commencé à gagner plus régulièrement à partir du mois de juin, notamment grâce à l’émergence de Gregory Polanco et Josh Harrison, deux jeunes joueurs qui ont de l’énergie à revendre. C’en est contagieux.

Polanco, qui est une verte recrue dans les majeures, ne cesse de m’impressionner par sa maturité. Son arrivée a influencé positivement l’esprit d’équipe; il est en quelque sorte devenu la bougie d’allumage des Pirates. Polanco n’a que 22 ans, mais il est capable de s’adapter à toutes les situations. Clint Hurdle peut l’utiliser à n’importe quel endroit dans l’alignement, il sait qu’il s’acquittera bien de son rôle. En l’absence de McCutchen, nous comptons évidemment sur son grand talent pour nous aider à gagner. Il a mérité sa place.

Quant à Harrison, il est à Pittsburgh depuis quelques saisons déjà, mais c’est véritablement cette année qu’il a pris son envol, qu’il s’est affirmé en tant que membre à part entière de l’équipe. Véritable athlète, il nous a prouvé au cours des dernières semaines qu’il était un redoutable coureur sur les sentiers. Habituellement, lorsqu’un joueur est pris en souricière, le retrait est quasi automatique. Mais pas avec Josh. Il possède un bon instinct qui lui permet de déjouer bien du monde. Il représente sans contredit un cauchemar pour tout lanceur qui doit composer avec lui sur les buts.

Retour en force de notre as lanceur

Les Pirates n’ont pas été très actifs cette année lors de la date limite des transactions. La raison est simple : nous croyons avoir ce qu’il faut pour gagner.

Depuis son retour de la liste des blessés, Francisco Liriano a démontré de belles choses et je suis confiant que d’ici quelques départs, il ressemblera au lanceur dominant qu’il était en 2013. Le grand gaucher ne le cache pas, il connaît une saison difficile, notamment en raison de toutes les petites blessures qu’il s’est infligées. Toutefois, il veut terminer l’année en force. Sa confiance revient petit à petit et c’est bon signe, car nous avons bien besoin de lui pour les derniers mois de la saison. Actuellement, je dirais qu’il effectue les bons lancers au bon moment. Liriano ne cesse d’évoluer et je prédis qu’il sera à surveiller d’ici le début du mois d’octobre.

Seul Ernesto Frieri a été acquis à la fin du mois de juin pour aider notre enclos de releveurs. Le lanceur colombien présente de bons chiffres depuis le début de sa carrière, mais il éprouve à l’occasion des problèmes avec son contrôle. Depuis son arrivée, je tente de l’aider à cet égard, de lui fournir des pistes de solutions. Pour faire tourner le vent du bon côté, il faut travailler fort, de la patience et du volume. Il a le temps de se replacer. La confiance joue un rôle primordial dans le comportement général d’un lanceur et je fais tout en mon possible pour rebâtir sa confiance.

Un bel accomplissement

Dernièrement, j’ai atteint le plateau des 500 points produits lors d’un match à St-Louis. Vous me connaissez, je suis heureux de franchir ces étapes importantes, mais tout ça ne veut rien dire tant et aussi longtemps que je n’aurai pas remporté la Série mondiale.

Avant de vous laisser, j’aimerais profiter de cette tribune pour vous inciter à regarder les folies de Renaud Lefort et des 4 Chavaliers sur les ondes de RDS2. Depuis quelques semaines, mon ami Ivan Naccarata, qui a été recruté comme receveur par les 4 Chevaliers, fait le tour du Québec pour aider la mythique équipe à l’emporter. Ça fait drôle de le voir derrière le marbre, lui qui a généralement été utilisé à l’arrêt-court.

Enfin, si vous êtes un jeune passionné de baseball et que vous cherchez une approche professionnelle pour améliorer votre jeu, je vous invite à regarder ceci.

*Propos recueillis par Nicolas Dupont.