mardi, 12 juin 2012. 15:14

Quand les premiers règlements régissant la boxe professionnelle ont été institués, c'était l'arbitre qui décidait du boxeur gagnant. Par la suite, les juges ont été mis en place pour refléter le plus fidèlement possible la perception globale des amateurs qui assistaient aux combats.

Il ne s'agit évidemment pas d'une science exacte, mais réglons immédiatement une chose. Les juges ont erré en donnant la victoire à Timothy Bradley samedi soir dernier à Las Vegas. À vrai dire, les juges ont carrément manqué leur coup.

Personnellement, j'ai octroyé 10 des 12 rounds à Manny Pacquiao, même si je n'ai pas particulièrement été impressionné par sa performance comme cela avait été le cas contre Miguel Cotto ou encore Antonio Margarito.

Lorsque le premier pointage - 115-113 Pacquiao - a été annoncé, jamais je n'aurais pensé que la décision irait de l'autre côté. La boxe professionnelle est un spectacle et les amateurs doivent absolument s'identifier aux décisions rendues.

C'est malheureux, car ce n'est pas la première fois que cela survient depuis le début de l'année. Nous n'avons qu'à penser au combat entre Brandon Rios et Richard Abril et dans une moindre mesure à celui entre Tavoris Cloud et Gabriel Campillo.

Le retour du balancier

Pacquiao me fait de plus en plus penser à un lanceur de balles rapides qui a perdu quelques milles à l'heure sur son lancer de prédilection. Comme je l'ai mentionné précédemment, Pacquiao a dominé, mais il semblait avoir beaucoup de difficulté dans ses enchaînements.

Pacquiao était beaucoup plus tactique qu'il ne pouvait l'être dans le passé quand il se lançait à corps perdu pendant les trois minutes d'un round. Samedi, il était souvent passif pendant les deux premières avant de commencer à attaquer.

Cependant, il faut rendre hommage à Bradley qui a été en mesure de terminer le combat en force après s'être fait frapper et sonner souvent. Il a résisté malgré une foulure à cheville. Dans les circonstances, cela est plutôt exceptionnel.

Ultimement, la défaite de samedi ne changera rien pour Pacquiao. Il a très bien réagi en se disant convaincu d'avoir gagné sans toutefois afficher de rancune. Pacquiao ne deviendra soudainement pas moins populaire et cela n'empêchera pas la présentation d'un mégacombat contre Floyd Mayweather fils.

Le clan Mayweather a certainement décelé des failles dans le jeu de Pacquiao et c'est probablement ce qu'il attendait pour concrétiser un rapprochement entre les deux boxeurs.

Plusieurs observateurs avaient prétendu que Juan Manuel Marquez avait gagné son troisième combat contre Pacquiao et comme c'est souvent le cas dans le monde de la boxe, les choses finissent par s'égaler. À tort ou à raison…

Mais il y a une raison pour laquelle il y a trois juges au tour du ring pendant un combat. C'est pour éviter qu'un juge qui connaît une mauvaise soirée arrive au mauvais gagnant. Cela n'arrive pratiquement jamais, mais deux juges ne l'avaient tout simplement pas samedi soir.

Alvarez fait écarquiller bien des yeux

Pour le dernier gala de la saison de la série « Rapides et Dangereux », Eleider Alvarez a été phénoménal. Le superviseur de la WBO John Duggan n'en revenait pas qu'il ne s'agissait que de son neuvième combat chez les professionnels.

Eleider a dominé grâce à sa science, son imagination et sa force de frappe. Il a commis une erreur d'amateur en mitraillant Shawn Hawk au cinquième round pour influencer l'arbitre, mais il s'est admirablement bien repris après cette crampe au cerveau. Nombreux sont les boxeurs qui se seraient dégonflés à la suite de cela.

Eleider deviendra rapidement un favori des réseaux de télévision américains et ce n'est pas le fruit du hasard si les dirigeants de HBO le regardent avec attention depuis longtemps. Cela risque d'être difficile de lui opposer les adversaires que nous voulons vraiment pour ses deux ou trois prochains combats, mais ensuite, tout le monde fera la file pour avoir le privilège de se battre contre lui.

David Lemieux a quant à lui prouvé que ses rivaux sont mieux d'être prêts lorsqu'ils l'affronteront dans le ring. Il avait l'air anxieux pendant le premier round, mais il s'est réellement détendu par la suite. David fera toujours mal paraître les boxeurs qui lui sont tout juste un peu inférieurs en raison de sa force de frappe.

Il a cependant démontré qu'il peut utiliser son jab et l'objectif dans les prochains combats sera de lui offrir des adversaires en mesure de faire des rounds. Comme cela, il réussira à encore mieux utiliser sa force de frappe.

La série « Rapides et Dangereux » est importante pour le développement des boxeurs d'ici et nous avons tous déjà très hâte à la prochaine!

*Propos recueillis par Francis Paquin