mercredi, 17 juin 2009. 21:27

J'ai attendu jusqu'à la toute dernière minute pour mettre mon grain de sel. Cela vous prouve qu'encore aujourd'hui je ne suis pas tout à fait certain sur l'issue du combat entre Jean Pascal et Adrian Diaconu.

Je n'ai jamais autant hésité à la veille d'un combat. J'ai donc fait appel à mes conseillers personnels. Parmi eux on compte quelques journalistes, deux shylocks, un aimable bookie de votre voisinage et quelques ex-boxeurs. Et j'en suis venu à la conclusion de Jean Pascal gagnerait cet affrontement par la peau des dents, c'est-à-dire par décision serrée.

Ne riez pas de moi. Mes gros canons sont du même avis. S'il y a un KO, il sera réussi par Diaconu. Si c'est par décision, ce sera Pascal.

Scientifique n'est-ce pas?

Je m'explique. Je crois que les deux boxeurs sont à peu près égaux sur la science de boxe. Mais d'entrée de jeu, je dois admettre que je n'ai pas du tout aimé la performance du Roumain lors de son dernier combat contre David Whittom, un type dont la fiche n'est que de dix triomphes contre sept revers. Whittom est un bien gentil monsieur mais il n'est certes pas du calibre de Jean Pascal. Et malgré tout, Diaconu n'est pas parvenu à satisfaire ses plus proches admirateurs.

Je veux bien croire que c'était un combat pour se faire la main. Mais la performance en a surpris plusieurs.

Ce qui me tracasse vraiment chez Diaconu, c'est qu'il a été très peu actif depuis deux ans. Un combat en 2007, un autre en 2008 et finalement une séance d'entraînement en 2009. Au total, cela fait seulement trois combats en 25 mois, ou si vous aimez mieux, vingt-trois rounds de boxe.

Pascal plus actif

Durant ce temps, Jean Pascal est parvenu à livrer sept combats au cours des deux dernières années et sa meilleure performance est survenue lors de sa défaite par décision aux mains du champion Carl Froch.

C'est là que les choses se compliquent. Je demeure convaincu que Diaconu est un meilleur cogneur que Pascal. Mais ce dernier a prouvé que son menton pouvait prendre les meilleures claques de Froch. Or, Diaconu est-il plus puissant que le champion des supers moyens de la WBC ?

Quant au style des deux boxeurs, ils se ressemblent. Tous deux sont larges dans leurs coups mais Pascal est plus rapide que le représentant du clan Interbox. Par contre sa défensive est poreuse et si c'est vrai que Diaconu n'a jamais été en aussi grande forme, on pourrait fermer les lumières du Centre Bell assez tôt.

Quand je parle de cet affrontement entre ces deux hommes, je ne peux faire autrement que de me rappeler des bons vieux souvenirs. Comme le combat entre Johnny Greco et Laurent Dauthuile au stade Delorimier. Le duel entre l'adolescent Eddie Melo et Fernand Marcotte lors de leur première confrontation à l'auditoriun de Verdun. Ou encore la deuxième bataille entre Dave Hilton et Mario Cusson au Forum et ensuite celle entre Dave Hilton et Stéphane Ouellette lors de la première confrontation.

C'est cela, un combat à saveur locale. Excepté qu'aujourd'hui, ce sont deux pugilistes de calibre mondial qui s'affrontent et non pas deux gars de chez nous qui se battaient jadis pour le titre du (boulé) de la rue Panet.

L'or au gagnant

J'écris ces lignes et je ne suis toujours pas certain de mon choix. Ce que je suis sur, c'est que le gagnant aura une petite fortune entre les mains.

Déjà, on parle d'un affrontement entre le vainqueur de ce combat et Chad Dawson, le tombeur de Antonio Tarver, à condition qu'il parvienne à vaincre Glen Johnson lors de son prochain combat.

Pour le perdant, ce sera une longue période de repos forcé et une remise en question sur sa pratique de la boxe. Dans ce métier la scène internationale et les grosses bourses se referment vite sur les participants.

Toujours selon mes conseillers personnels, Jean Pascal n'aura qu'à danser autour de Diaconu pendant les quatre ou cinq premiers rounds du combat. Par la suite, le Roumain aura de la difficulté à retrouver son deuxième souffle et Pascal pourra faire à sa guise.

Tout cela c'est bien beau, mais Pascal devra se méfier de la force de frappe de Diaconu, surtout durant les premiers instants du combat.

Bonne boxe.