lundi, 11 mars 2013. 09:55

À moins de cinq jours de l’événement le plus attendu de l’année jusqu’à maintenant sur la scène des arts martiaux mixtes, tout le monde est fébrile – les amateurs, les médias, les combattants ainsi que tous les employés de l’organisation UFC. La soirée de samedi promet beaucoup, et dans les derniers jours, les émotions ont atteint un niveau inégalé entre les finalistes Georges St-Pierre et Nick Diaz. Dans un élan d’émotion, Diaz s’est enflammé et enfin notre Georges national a rangé sa cassette et a parlé avec ses tripes. Attaqué de toutes parts par Diaz, St-Pierre lui a lancé des flèches enflammées! En plus de ce combat de championnat des 170 livres, l’UFC présentera aussi dans l’enceinte du Centre Bell cinq autres combats dans cette division bourrée de talent – et bien des scénarios vont s’écrire samedi soir dans la métropole québécoise.

Dans l’univers des arts martiaux mixtes, il y a plusieurs types de combattants qui se regroupent en deux catégories importantes : ceux qui préfèrent combattre debout et ceux qui excellent dans le combat au sol et qui préfèrent donc combattre au tapis. Dans ce combat nous avons en Nick Diaz (26-8-0), l’aspirant no 1, un combattant qui possède des qualités exceptionnelles au niveau de la boxe, qui frappe souvent et avec beaucoup de rapidité. Malgré son palmarès qui inclut treize victoires par K.-O./TKO (sur vingt-six victoires), ce n’est pas la force de frappe qui est la principale force de la boxe de Diaz, c’est plutôt la quantité de coups lancés, et bien sûr la rapidité et la précision de ceux-ci. Diaz est aussi capable d’éclairs de génie au sol grâce à un jiu-jitsu bien ficelé sous les ordres du Brésilien Cesar Gracie – l’athlète californien a d’ailleurs remporté sept de ses victoires avec une prise de soumission. Une autre force de Diaz est bien sûr son excellente condition physique.

Georges St-Pierre (23-2-0) est complètement l’opposé. Lutteur hors pair, le Québécois est aussi un as des soumissions. Il adore combattre au sol et l’une des particularités que les gens oublient souvent en arts martiaux mixtes, c’est la transition entre le combat debout et le combat au sol, et à ce niveau, personne sur la planète n’arrive à la cheville de Georges St-Pierre. Il a prouvé depuis le début de sa carrière qu’il a le talent et les aptitudes pour contrôler un combat – donc dicter où se passe l’action. Dans un combat face à Nick Diaz, il est évident que Georges voudra en début de combat couper les ardeurs de Diaz et l’amener au sol le plus souvent possible – une fois celui-ci découragé et épuisé devant les efforts de St-Pierre, je ne serais pas surpris de voir Georges combattre debout avec Diaz. L’athlète originaire de Saint-Isidore a beaucoup travaillé sur les aspects du combat debout en vue de ce combat contre son éternel rival. Il s’est entraîné en boxe sous les conseils de Stéphan Larouche avec comme partenaires des boxeurs de très haut niveau tels que Lucian Bute et Jo Jo Dan. En boxe thaïlandaise il a fait appel à deux des meilleurs de ce pays qu’il a fait venir spécialement à Montréal pour l’occasion et il a eu entre autres comme partenaire d’entraînement l’excellent kickboxeur Brandon Thatch. St-Pierre est aussi tout un athlète et la condition physique ne devrait pas être un facteur dans ce combat. Ce sera le classique entre le combattant debout et le spécialiste au sol!

Hendricks contre Condit ou le prochain adversaire de GSP

Johny Hendricks (14-1-0) ne cesse d’épater la galerie depuis deux ans et il a su se hisser au sommet de la division des poids mi-moyens de l’UFC grâce à des victoires-chocs. Hendricks a démontré qu’il n’était pas seulement le futur de la division mais aussi fort probablement le présent. Le lutteur toute étoile de l’Oklahoma est sur une belle lancée avec cinq victoires consécutives face à des adversaires coriaces dont, entre autres, Mike Pierce, Jon Fitch, Josh Koscheck et Martin Kampmann. Ce qui fait peur avec Hendricks, c’est qu’en plus d’être un lutteur de très haut niveau, il possède une main gauche dévastatrice avec de la puissance à la Mike Tyson et qu’il peut mettre fin à un combat avec un seul coup de poing – et il l’a prouvé à maintes reprises. Initialement, Hendricks devait affronter l’excellent Jake Ellenberger, mais à la suite d’une blessure à Rory MacDonald, il se retrouve maintenant face à Carlos Condit. Un combat complètement différent et plus compliqué, mais un combat que Hendricks a accepté sans hésiter. Il a même ajouté le commentaire suivant à l’annonce du combat : « Je suis content d’affronter Condit puisque St-Pierre n’a pu le finir en cinq rounds et moi je vais montrer à tout le monde comment on termine un combat ».

Carlos Condit (28-6-0) connaît bien le Centre Bell puisque lors de son dernier combat, il y a fait une guerre de cinq rounds face au champion et favori de la foule Georges St-Pierre. Cette fois, par contre, il pourrait avoir le public derrière lui puisque Hendricks est perçu comme l’ennemi de St-Pierre dans le cœur du public. Condit est un combattant complet qui excelle en boxe thaïlandaise et en kickboxing, mais il a prouvé dans le passé qu’il avait quelques difficultés avec les lutteurs. Par contre, au sol, il demeure toujours très dangereux puisqu’il est excellent au niveau des soumissions. Ce qui est le plus difficile lorsqu’on affronte un Carlos Condit, c’est son style peu orthodoxe et la boîte à surprise qu’il représente – en effet Condit est tellement imprévisible qu’il est difficile de suivre un plan de match contre lui. La question pour ce combat est la suivante : Condit pourra-t-il contenir les élans de lutteurs de Hendricks et empêcher celui-ci de l’amener au sol, et s’il y parvient, pourra-t-il éviter la fulgurante gauche de son adversaire? La réponse samedi soir!

Le reste de la carte :

170 lbs. Jake Ellenberger (28-6-0) contre Nate Marquardt (32-11-2)
185 lbs. Chris Camozzi (18-5-0) contre Nick Ring (13-1-0)
155 lbs. Mike Ricci (7-3-0) contre Colin Fletcher (8-2-0)
170 lbs. Patrick Côté (18-8-0) contre Bobby Voelker (24-8-0)
145 lbs. Darren Elkins (15-2-0) contre Antonio Carvalho (15-5-0)
170 lbs. Jordan Mein (26-8-0) contre Dan Miller (14-6-0)
155 lbs. Daron Cruickshank (12-2-0) contre John Makdessi (10-2-0)
170 lbs. Rick Story (14-6-0) contre Quinn Mulhern (18-2-0)
135 lbs. T.J. Dillashaw (6-1-0) contre Issei Tamura (7-3-0)
145 lbs. Reuben Duran (8-4-1) contre George Roop (12-9-1)

* Il y a un total de cinq Québécois sur la carte de l’UFC 158