mercredi, 20 févr. 2013. 21:26

Chaque année, la série Nascar a l’originale habitude de lancer sa saison avec son Super Bowl.

En effet, exception faite du championnat global, le Daytona 500 est vraiment l’accomplissement que tous les pilotes veulent ajouter à leur tableau de chasse. C’est la course la plus importante, la plus prestigieuse dans le monde du stock car. Et c’est aussi la première à l’affiche au calendrier.

Cette année, l’épreuve reine de la série attirera encore plus l’attention qu’à l’accoutumée puisque dimanche dernier, Danica Patrick est devenue la première femme de l’histoire à mériter la position de tête lors des qualifications d’une épreuve de la Coupe Sprint.

Danica ne passe jamais inaperçue depuis son incursion dans les grandes ligues des courses automobiles, mais ce qu’elle vient d’accomplir représente certainement son plus grand coup en carrière. Dans les minutes qui ont suivi son exploit, elle s’est immédiatement retrouvée dans le top-5 des personnalités les plus populaires sur Twitter à l’échelle mondiale. Ça vous donne une idée de l’ampleur de ce qu’elle a réussi.

Pas pour rien que Jeff Gordon, qui est déjà assuré de partir à ses côtés au lancement de l’épreuve, a déclaré qu’il n’aurait pas pu choisir un meilleur moment pour se qualifier en première ligne. Il aura de la visibilité comme jamais! Et moi je n’aurais pu choisir meilleur moment pour faire mes débuts à RDS! La présence de Danica à l’avant-plan rend la course tellement plus intéressante.  

J’ai été plus ou moins surpris des premiers résultats de Patrick. On savait déjà que sa voiture était propulsée par un excellent moteur. C’est un gros avantage à Daytona, un circuit où le tour de qualification se joue différemment d’à peu près tous les autres circuits en ce sens qu’on peut se permettre de rouler à fond de train du départ à l’arrivée. La piste est tellement vaste que tu n’as jamais besoin de lever le pied.

C’est toutefois la seule conclusion fiable qu’on peut tirer des chronos obtenus jusqu`à maintenant. On sait que Patrick est au volant d’une voiture puissante. Tout le reste ne veut absolument rien dire. À Daytona, c’est une toute autre paire de manches une fois que la course est lancée. Plus tu as de voitures autour de toi, plus ton embarcation devient instable et ça devient extrêmement difficile de tenir son bout.

Ce n’est pas que je ne crois pas aux chances de Patrick d’être la première à voir le drapeau à damiers. Si elle parvient à se garder près jusqu’à la fin, il y a des chances qu’elle se hisse ultimement au-dessus de la mêlée. Mais la tâche sera colossale. La conductrice du bolide numéro 10 n’a pas l’habitude de faire du parechoc à parechoc dans le peloton de tête. On peut maîtriser la technique quand on se bat pour la 35e place, mais c’est une toute autre histoire de la mettre en application dans la chaleur du top-10!

Pour Patrick, l’occasion est idéale de faire la démonstration de son caractère. Elle a beau être habituée aux projecteurs, elle n’a probablement jamais eu autant de pression de toute sa carrière.

L’expérience, un atout à ne pas négliger

Jusqu’à maintenant, seule l’identité des détenteurs d’une place sur la première ligne est connue. L’ordre de départ de tous les autres compétiteurs sera déterminé cette semaine selon un principe de duels qui fait la particularité du Daytona 500.

Jeudi, les 45 pilotes qui visent une place lors de la course de dimanche seront divisés en deux groupes qui prendront tour à tour la piste. Les pilotes avec les 15 meilleurs temps de chaque groupe, excluant Patrick et Gordon, assureront leur place dans les 32 premiers. Les autres positions seront déterminées selon d’autres données statistiques et deux pilotes seront exclus de l’épreuve finale.

Il est extrêmement difficile d’établir un favori en vue de cette épreuve. Sur une distance aussi longue, aussi bien lancer les dés et se croiser les doigts pour obtenir le chiffre souhaité! 

Je surveillerai certainement très attentivement Kevin Harvick, qui a gagné le Sprint Unlimited. Matt Kenseth en est un autre qui a été très rapide jusqu’ici. Je pense aussi à Tony Stewart, un expert dans l’art du dérapage contrôlé, ou au bon vieux Dale Junior. Ce sont des pilotes avec beaucoup d’expérience et je crois que c’est justement cet atout qui pourrait leur permettre de briser le rêve de Danica Patrick.

Et je ne vous ai pas encore parlé de Brad Keselowski! Selon moi, le vainqueur du championnat en 2012 a de bonnes chances de conserver son trône cette année, en majeure partie parce qu’il compte sur les services d’un valet de luxe. Paul Wolfe, son mécanicien en chef, est l’un des meilleurs de son domaine. Je le place dans la même catégorie que Chad Knaus, qui s’occupe de Jimmie Johnson, ou Ray Evernham, qui était avec Jeff Gordon quand il a tout gagné.

Tous ceux qui ont obtenu la position de tête sur le circuit Gilles-Villeneuve en Nationwide, y compris Jacques Villeneuve et moi, avaient placé leur voiture entre les mains de Paul Wolfe. Alors surveillez Brad cette année.

Bonne saison à tous!

*Propos recueillis par Nicolas Landry.