AFP samedi, 31 mars 2012. 12:24

FARO - Le Finlandais Mikko Hirvonen (Citröen) était toujours en tête du rallye du Portugal samedi à l'issue de la troisième journée, en ayant doublé son avance sur son premier poursuivant, le Norvégien Mads Ostberg, mais sans avoir encore remporté une des treize spéciales disputées sur les crêtes de l'Algarve.

"J'ai fait en sorte de ne pas faire d'erreur. C'était une belle journée. On a accru notre avance. Je devrais pouvoir aller au bout demain, sauf imprévu", a déclaré Hirvonen, seul pilote officiel de la marque aux chevrons depuis la sortie de route prématurée (ES3) de Sébastien Loeb, suivie de son abandon.

Hirvonen n'a pas cherché samedi à rejoindre son coéquipier sur la liste des pilotes hors course et a terminé chaque fois cinquième lors des trois premières spéciales (ES11-ES13) de la matinée et a de nouveau géré au mieux son avance dans la deuxième boucle (ES14-ES16).

Alors qu'il devançait le Russe Evgeny Novikov de 36 secondes vendredi soir, il a exactement doublé son capital samedi, qui est passé à 1 minute et 12 secondes, mais face à Ostberg cette fois.

"On contrôle plutôt bien Novikov mais Hirvonen nous contrôle également pas mal", a déclaré Ostberg avec un clin d'oeil, samedi soir à l'AFP. "De là à dire que les positions sont figées, il y a un pas que je ne franchirais pas", a-t-il poursuivi. Il reste à parcourir deux fois la plus longue spéciale du rallye dimanche, l'ES18/ES21, Santana da Serra de 31 km mais elle m'a plutôt bien réussi l'an dernier", a ajouté le pilote norvégien.

"S'il pleut, je vais aller chercher Mads, sinon, je ne prendrais pas de risques", a lancé pour sa part Novikov, affalé dans le baquet du cockpit surchauffé de sa Fiesta RS.


Solberg, quatre sur six

"Je ne connais pas encore les prévisions météo mais je les aurais demain à mon réveil et en regardant le ciel!", a lancé le jeune pilote russe qui a seulement 30 secondes de retard sur Ostberg.

Derrière ce trio de tête, se profile à six minutes d'Hirvonen tout de même, trois concurrents qui se tiennent en 37 secondes: le Qatari Nasser Al Attiyah (Citröen), le Norvégien Petter Solberg et le Tchèque Martin Prokop, tous deux au volant d'une Ford Fiesta.

Solberg, extrêmement dépité par ses déboires de la veille, a signé quatre spéciales sur six et est passé de la 11e place vendredi à la cinquième samedi comme il le souhaitait à l'issue de sa mauvaise nuit de sommeil.

Alors que le Norvégien a rempli son contrat, évitant à Ford une totale déconfiture après les sorties de route de ses deux pilotes vendredi, Jari-Matti Latvala a connu pour sa part d'autres soucis samedi après-midi. Une pompe électrique qui alimente le moteur en essence a eu des dysfonctionnements provoquant des ratés puis l'arrêt complet de la Fiesta dans l'ES14.

Un incident qui aura coûté douze minutes de plus au pilote finlandais, furtif leader de l'épreuve (ES3-ES4), relégué à la 18e place et qui a déjà le regard porté sur les courses à venir.