RDS.ca mardi, 15 nov. 2011. 20:21

Étant à l'écart de l'équipe à la suite d'une décision des Alouettes de Montréal, Étienne Boulay a été au cœur de plusieurs rumeurs négatives dernièrement et il a tenu à corriger le tir tout comme l'a fait l'entraîneur Marc Trestman mardi en point de presse.

Impliqué dans l'exigeante émission Le défi des champions durant la saison morte, Boulay se serait présenté en mauvaise forme physique au camp d'entraînement selon des ouï-dire.

« Je trouve ça assez ridicule comme rumeur surtout que ça surgit en novembre. Si je m'étais présenté en mauvaise forme au camp d'entraînement, quelqu'un me l'aurait dit à ce moment. Je n'étais pas en mauvaise forme et j'ai passé tous mes examens médicaux comme chaque année. De plus, je connaissais une bonne saison avant de me blesser », a justifié Boulay, nouveau papa depuis quelques mois.

Outre cette implication critiquée, c'est surtout l'absence de Boulay dans l'entourage de l'équipe depuis plusieurs semaines qui a suscité des questionnements. Les rumeurs laissaient croire que le maraudeur québécois était en mauvais termes avec la formation montréalaise.

« On a parlé d'un conflit entre moi et le personnel d'entraîneurs, mais c'est complètement faux. Oui, j'ai été à l'écart depuis quelques semaines, mais c'était le plan de l'équipe basée sur une décision médicale et mes obligations médiatiques. L'idée était que je ne sois pas une distraction pour l'équipe en prévision des séries et pour le bien de mon rétablissement. J'étais en contact fréquent avec Jim Popp et Marc Trestman », a prétendu Boulay en entrevue avec notre collègue Didier Orméjuste.

Chose certaine, Boulay a été déçu des insinuations émises dans les médias.

« Plusieurs choses ont été dites dans les derniers jours et ça m'a froissé. C'est sûr que je ne dois pas me laisser affecter par cela, mais quand ma famille et mes proches lisent cela et m'appellent, ça devient fâchant parce que c'est non fondé », a ajouté Boulay qui est rétabli d'une commotion cérébrale.

Boulay écoulait la dernière année de son contrat et c'est l'autre aspect qui a alimenté la machine à rumeurs. Trestman a cependant été très clair à ce sujet lors du bilan des Alouettes mardi.

« Je m'attends à ce qu'Étienne soit de retour. Plusieurs se posent des questions à son sujet, mais j'ai été en contact avec lui pendant qu'il était à l'écart et je vais lui parler au cours des prochaines semaines pour établir la suite des choses», a précisé l'entraîneur.

«Les gens sont au courant que c'était la dernière année de mon contrat, mais j'ai discuté de cela avec Jim Popp et Marc Trestman. Je leur ai exprimé mon souhait de rester à Montréal et ils ont fait la même chose. Il reste à trouver un terrain d'entente et je suis convaincu que ça ne sera pas un gros problème», a prétendu le Québécois.

Boulay a accepté la décision de l'équipe

Les Alouettes ont préféré demander à Boulay de rester à l'écart afin de ne pas devenir une distraction à l'approche des éliminatoires, mais ce mutisme aurait fait gonfler une fausse perception de la réalité.

« En raison de ma commotion, je ressentais des symptômes physiques et psychologiques. Ce fut probablement le test le plus difficile que j'ai traversé depuis longtemps. J'essayais de revenir et de m'impliquer, mais je n'étais pas capable. Je me suis brûlé, j'étais déprimé et très fatigué », a dévoilé Boulay.

« Avec la décision de nos entraîneurs et de notre personnel médical, j'ai décidé de quitter quelques semaines pour m'isoler et aller régler mes problèmes dans ma tête ce que je n'étais pas capable de faire à Montréal », a-t-il ajouté.

Boulay a recouvré la santé avant la fin de la saison, mais les Alouettes ont préféré jouer de prudence dans son cas.

« À mon retour, je n'éprouvais plus de symptômes. J'étais prêt à revenir au jeu et j'étais plus motivé que jamais sauf qu'il restait trois semaines avant les éliminatoires. J'avais manqué énormément de football et je n'étais pas assez en forme. Ça pouvait être très dangereux de me blesser. »

« La décision n'était pas facile, mais je la comprends parce que ça m'enlevait de la pression. De plus, ça évitait de créer un petit cirque médiatique alors que les joueurs devaient se concentrer sur les parties importantes à venir. Je me connais et notre personnel me connaît. Je me serais imposé cette pression pour absolument revenir », a avoué le joueur reconnu pour sa vitesse et ses solides plaqués.

En fin de compte, la décision des Alouettes a probablement créé l'effet contraire de celui désiré.

« Je réalise maintenant que la perception était un peu différente. En fait, la perception n'était pas du tout la réalité et ma relation est bonne avec l'équipe. Il y aurait peut-être eu d'autres façons de gérer la situation, mais j'étais d'accord avec le choix et ça m'a fait du bien de ne pas avoir la pression de revenir au jeu tout de suite. Par contre, j'ai l'impression que cette approche a engendré l'effet contraire dans les médias », a admis Boulay.

Sa présence au combat de Lucian Bute critiquée

Le dernier événement qui a suscité des critiques s'avère être sa présence au combat de Lucian Bute le 5 novembre au Colisée Pepsi de Québec alors que ses coéquipiers affrontaient les Lions en Colombie-Britannique.

Boulay ne regrette pas cette sortie publique.

« Je ne veux pas justifier mes sorties. On m'avait demandé de rester à l'écart, mais pas de m'isoler. Je suis porte-parole pour la Cage aux Sports, mais je n'ai pas pu faire d'événements pour eux depuis très longtemps en raison de ma commotion. Cette fois, ça fonctionnait et le combat s'est terminé tôt. J'ai seulement manqué le début du match et je suivais les résultats sur Twitter tout en regardant le reste de la partie », a conclu Boulay qui a repris l'entraînement en vue de la saison prochaine.