mardi, 19 févr. 2013. 17:53

De mémoire, la présentation de Dan Hawkins était de loin la plus grande production que j’ai vue de la part des Alouettes pour une conférence de presse. Je dis bravo pour cette réussite, il faut leur donner du crédit car ils ont frappé fort avec cette annonce qui incluait la présence de tous ses adjoints.

C’est vrai que nous n’avions pas eu beaucoup de nouvelles de la part des Alouettes dernièrement, mais ils ont réussi leur coup et j’ai beaucoup aimé leur façon de procéder. J’ai grandement apprécié l’importance accordée aux adjoints parce que j’avais soulevé cet aspect la semaine dernière.

L’identité de l’entraîneur est primordiale, mais c’est encore plus vrai pour les adjoints parce que tous les indices menaient vers l’embauche d’un entraîneur américain sans expérience dans la LCF. Le choix de l’entourage devenait encore plus précieux.

Le dicton le dit bien, on a une seule chance de faire bonne première impression et je dois avouer que Hawkins et les Alouettes peuvent dire mission accomplie. Le nouvel entraîneur a été bon avec les journalistes et il était jasant ce qui faisait contraste avec Marc Trestman.

D’ailleurs, je pense que les Alouettes recherchaient cela. Oui, ils espéraient dénicher un coach qui aura autant de succès, mais tu ne peux pas faire un copier/coller de Trestman. Ce changement s’avère une autre étape dans l’histoire des Alouettes à Montréal.

En fait, les Alouettes ont probablement besoin d’un homme comme Hawkins. Oui, Trestman est un grand orateur et communicateur, mais il n’était pas le plus grand collaborateur et je peux dire la même chose de Don Matthews. Dans les dernières années, les Alouettes n’avaient pas été gâtés dans ce sens.

Certains amateurs n’aiment pas entendre cet argument car ils disent que ce sont les victoires et les championnats qui comptent sauf que je me dis que c’est dommage de se priver d’une relation harmonieuse avec les médias et donc les amateurs. Les Alouettes perdraient une belle visibilité qui permet, du même coup, de se rapprocher du public.

J’ai trouvé cela agréable de découvrir un entraîneur avec beaucoup d’entregent et de la jasette à revendre. On a sans aucun doute décelé sa passion dans ses propos. Je ne sais pas s’il a été guidé pour son discours, mais c’était réussi.

Je n’ai pas de problème avec le choix d’un Américain et même d’un Américain qui n’a pas d’expérience dans la LCF. Par contre, j’aurais eu un problème avec un Américain qui serait débarqué ici avec son attitude de cowboy et ses gros sabots en prétextant que son pays a inventé le football.

Il faut l’admettre, les Américains ont parfois cette vision de la vie. Au contraire, Hawkins a fait preuve d’humilité dans ses réponses. Il a même admis que les dernières années n’avaient pas été ses meilleures en coaching et que ce fut une grosse dose d’humilité.

Bref, il a utilisé le bon message et Trestman avait agi de façon similaire. Il a aussi prouvé son humilité par la composition de son groupe d’adjoints. C’est simple, Doug Berry pourrait être l’entraîneur de l’équipe avec son expérience.

Hawkins m’a fait rire sur ce sujet en disant qu’il n’y aurait aucun problème cette saison s’il était victime d’une crise cardiaque car des adjoints pouvaient le remplacer.

C’est étrange d’utiliser ces deux mots ensemble, mais j’ai perçu du renouveau et de l’expérience dans sa sélection d’adjoints. On a remarqué l’expérience des Berry, (Noel) Thorpe et (Mark) Nelson. Leur présence est importante puisque c’est un football différent avec des règles particulières.

Je souligne aussi le fait que Thorpe a été coordonnateur des unités spéciales donc il peut aider dans cette facette. Quant à Nelson, il a déjà été coordonnateur défensif et des unités spéciales dans la LCF donc il peut contribuer sur ces sujets. En ce qui concerne Berry, il a été entraîneur entraîneur-chef, entraîneur des quarts et il connaît bien Calvillo donc il sera utile de plusieurs façons.

Tout cela pour dire qu’ils devraient trouver des idées et des solutions en séance de brainstorming.

Je les félicite pour le renouveau et on verra si les résultats seront au rendez-vous. Tout de même, le renouveau est intéressant parce qu’on assiste souvent à du recyclage chez les entraîneurs dans la LCF qui se promènent d’une équipe à l’autre ou d’une fonction à l’autre.

À un moment donné, ça prend de nouvelles idées et de nouveaux concepts pour dominer. Le côté expérience est rassurant et le renouveau permettra probablement de découvrir des tactiques jamais utilisées dans cette ligue.

Il faut aussi féliciter Jim Popp pour ces trouvailles. Lui et le propriétaire Robert Wetenhall n’ont pas eu peur de sortir des sentiers battus. D’ailleurs, Hawkins a été le premier à dire qu’il aimait avoir des idées différentes même si ça ne fonctionne pas toujours.

De plus, Hawkins a prouvé qu’il était futé. À l’image de Trestman, il a souligné le travail de Calvillo tout en démontrant son humilité. C’était bien d’entendre que les entraîneurs apprendront son système avant de l’enrichir avec quelques variations.

En fait, c’est normal d’agir ainsi. C’est beaucoup plus facile pour un entraîneur d’apprendre un système que l’inverse le serait pour 12 joueurs partants offensifs. Souvenez-vous que dans la LCF le camp d’entraînement ne dure que trois semaines avec deux matchs préparatoires. Tu ne peux pas assimiler un nouveau système si rapidement.

L’attaque représente la force des Alouettes depuis quelques années donc il fallait être intelligent dans le choix. Le sang neuf permettra d’ajouter des idées et des concepts à condition que Calvillo soit à l’aise dans ces options. C’est tout simplement logique comme approche, mais certains entraîneurs auraient voulu tenir leur point et implanter leur style.

On sait que Hawkins a passé ses deux dernières années dans les médias à ESPN. Ça lui permet de connaître les deux côtés de la médaille ce qui est utile dans ses fonctions. Pour utiliser l’analogie avec Star Wars, plusieurs entraîneurs voient les médias comme le Dark Side ou les forces du mal!

Hawkins comprend que les médias sont l’extension de l’équipe vers les partisans donc pourquoi ne pas avoir la relation la plus professionnelle et agréable que possible.

C’était intéressant de l’entendre dire que ses deux années à ESPN lui ont permis de faire son doctorat en football. Étant entraîneur, tu as souvent le nez collé sur l’arbre que tu ne vois plus la forêt. Il a pu prendre du recul, parler à plusieurs entraîneurs différents, voir plusieurs systèmes différents, poser des questions et garnir son coffre d’outils.

En bout de ligne, je trouve qu’il a passé le test en abordant plusieurs aspects importants à maîtriser dans la LCF. Il a parlé de Trestman qui était très apprécié à Montréal et il s’est un peu collé à ses succès en précisant qu’il a eu des discussions avec lui et que la complicité existait. Il a abordé les fameuses trois dernières minutes du match sur lesquelles Trestman insistait beaucoup. Il a évoqué l’importance des unités spéciales et il a même dit que Ben Cahoon lui avait rappelé la période maximale de quatre heures et demie avec les joueurs.

Ce n’est pas tout, il a même réussi à blaguer quelques fois et ce n’est pas passé inaperçu à mes oreilles.

Somme toute, j’ai trouvé que c’était une belle journée pour les Alouettes qui ont marqué un touché si on peut le dire ainsi! C’est simplement dommage que M. Wetenhall était en absent en raison d’engagements professionnels parce qu’on oublie souvent de lui donner du mérite.

Je dois absolument le féliciter pour son dévouement à cette équipe. Il a dû accepter l’embauche de 11 adjoints et défrayer les dépenses pour qu’ils soient tous présents à cette conférence de presse. C’est le plus gros contingent d’entraîneurs de l’histoire de l’équipe et ça démontre que Wetenhall a à cœur le succès de cette organisation ainsi que la ville de Montréal.

Les Alouettes ont fait cela en grand ! Je dis bravo à M. Wetenhall.

Propos recueillis par Éric Leblanc.