vendredi, 9 août 2013. 17:27

Dès le départ, disons que je m’attendais à voir des Alouettes plus compétitifs dans cette première partie depuis le congédiement de Dan Hawkins. Je ne prévoyais point que les Argonauts de Toronto allaient remporter un match à sens unique.

On sentait vraiment qu’une nouvelle dynamique existait lors des entraînements des Alouettes et j’avais mentionné que c’était encourageant de voir de tels entraînements. C’est dommage pour eux que ça ne se soit pas concrétisé dans la rencontre. On ne peut pas nier qu’il s’agit d’une méchante dégelée qui est pénible pour le moral.

Même si le début de saison des Alouettes s’avère un énorme gâchis, j’ai toujours apprécié l’attitude des joueurs qui n’ont pas baissé les bras face à cette épreuve. Ce n’est pas évident de garder le même niveau d’effort et d’intensité.

L’ancien joueur en moi trouve cela dommage pour eux car ce n’était pas du tout reluisant comme performance. Force est de constater que c’est bien beau de dire que le plan de match sera meilleur, mais ça peut s’envoler en fumée dans le temps de le dire. Je me permets de paraphraser Mike Tyson, « un grand sage » du monde sportif, qui avait dit que tout le monde a un plan d’attaque jusqu’au moment de recevoir un solide coup à la mâchoire ! L’important devient de bien réagir quand tu encaisses un puissant coup.

C’est exactement ce qui est arrivé jeudi soir. Les Argonauts ont connu un départ canon et ils ont capitalisé sur les erreurs des Alouettes. Par conséquent, les Oiseaux ont été ébranlés et ils n’ont pu s’en remettre. C’est normal que se retrouver dans un déficit de 21-0 affecte le moral des joueurs et modifie ton plan de match. Inévitablement, tu te retrouves en football de rattrapage et ça détruit même l’avantage du terrain. La foule finit par tourner le tout en dérision et l’appui de tes partisans disparaît. Et je ne juge pas la réaction des amateurs puisqu’ils s’attendent à un spectacle plus relevé.

En fin de compte, ça ajoute de la pression sur les épaules des joueurs et ça devient un « désavantage du terrain ». Je dois dire bravo aux Argos qui sont parvenus à exploser sans tarder en plus de sortir la foule de la partie et même la retourner contre eux.

En se forgeant une telle avance, les Argonauts ont eu le luxe d’envoyer leur quart réserviste dans la mêlée en deuxième demie. Ricky Ray s’était encore fait un peu mal à un genou donc il n’était pas question de prendre un risque avec lui. Zach Collaros a pris la relève et c’est spectaculaire de voir un tel scénario se produire au domicile des Alouettes.

Il faut admettre que ce fut un véritable travail d’autodestruction de la formation montréalaise sans ne rien enlever à Toronto. On peut voir que cette équipe est sur une lancée intéressante depuis trois matchs autant en attaque qu’en défense. Je félicite Scott Milanovich et Chris Jones ainsi que Jim Barker (directeur général) car beaucoup de nouveaux et jeunes joueurs excellent pour cette organisation. Ils méritent les compliments et j’en arrive à la conclusion que les entraîneurs et les joueurs des Argos ont été meilleurs que ceux des Alouettes.

Devine doit guérir sa « maladie »

En même temps, je n’ai pas le choix de dire que les Alouettes ont offert ce match à leurs rivaux sur un plateau d’argent. On répète souvent qu’on gagne ou perd en équipe dans le sport, mais on ne peut éviter le fait que Noel Devine a ouvert la porte aux visiteurs. Bien sûr, c’est impossible de gagner quand tu commets sept revirements ! Toronto a engrangé 27 points à partir de ces erreurs montréalaises sur le total de 38 et c’est clair que cet élément a fait la différence. À la demie, ton plan de match va à la poubelle quand tu tires de l’arrière 31 à 3.  

Noel DevineC’est correct que les membres des Alouettes protègent Devine, mais notre travail implique de dire les vraies choses. Je ne veux pas m’acharner sur lui parce que je suis le premier à dire que je n’ai jamais connu un match parfait. J’ai commis des erreurs et je me souviens même de matchs pénibles lors de la première saison alors que je demandais si j’allais être retranché. Je me rappelle avoir concédé trois sacs contre un vétéran de Toronto.

Je comprends la situation, mais un professionnel est évalué sur les résultats même s’il est la meilleure personne au monde déployant les efforts les plus louables. Ce qui me chicote avec Devine, c’est qu’il échappe des ballons toutes les semaines à l’entraînement. Je demande donc combien de temps les Alouettes vont tolérer cela. Je peux le confirmer puisque j’assiste souvent à leurs séances et c’est clair que c’est un problème dans son jeu. Je me dis que ça devient une tendance évidente. Je reviens à mon exemple personnel, je peux vous assurer que la situation n’était pas inquiétante à l’entraînement.

Malheureusement pour Devine, c’est une tendance et le tout le monde la voit. Je parle ici des amateurs, des joueurs et des entraîneurs. Tu arrives à un point auquel tu ne peux plus lui faire confiance. La question inévitable de se demander pourquoi il joue encore finit par faire surface et ça devient un jeu dangereux.

Devine possède peut-être un grand potentiel, mais il n’est pas constant dans son travail. En le laissant sur le terrain, tu envoies un message délicat à ses coéquipiers qui s’attendent à des conséquences quand le rendement n’est pas au rendez-vous.

Il faudra que Devine guérisse, aussitôt que possible, sa maladie d’échapper les ballons (sa « fumbleiasis » si on peut dire). Protéger le ballon, c’est la base et la première chose que tu apprends dès tes premiers pas au football. D’ailleurs, c’est pour cela que Devine n’a pas joué beaucoup sous Marc Trestman l’an dernier. Il ne lui faisait pas confiance justement puisqu’il échappait souvent des ballons à l’entraînement.

Ça n’a pas changé cette année et c’est dommage pour lui. Le problème, c’est que ça coûte cher aux Alouettes. J’ai hâte de voir comment sera géré ce dossier, mais on semble croire qu’il est un peu blessé. J’aurais donc de la misère à croire qu’il jouera samedi le 17 août en Saskatchewan. Même sans blessure, je ne peux imaginer qu’on l’envoie dans le feu de l’action à Regina dans le stade le plus intimidant, avec la foule très impliquée, le vent dérangeant, les conditions climatiques difficiles.... C’est simple, je serais renversé de le voir jouer ce match comme retourneur.

Minime amélioration en attaque

Il faut être honnête, je ne m’attendais pas à ce que tous les problèmes soient corrigés en attaque, mais je croyais assister à une meilleure prestation de cette unité. Oui, nous avons vu des courses intéressantes de Jerome Messam. Sans vouloir être rabat-joie, vous comprendrez que l’adversaire t’invite à courir quand il mène par autant de points. Il vous donne ces gains et se soucie surtout de limiter les longs gains par la voie aérienne. Ça prend beaucoup plus de temps pour marquer avec des courses et le temps devient justement un ennemi quand tu accuses un important déficit.

Au moins, on a assisté à quelques longues passes. Bien sûr, elles sont survenues trop tard dans le duel, mais c’est rassurant étant donné que les Alouettes avaient complété seulement 3 passes de plus de 30 verges et 2 courses de plus de 20 verges avant la rencontre contre les Argos. C’est un très faible total de cinq jeux explosifs pour le dernier rang de la LCF.

Ça s’est amélioré jeudi dont avec le touché de Brandon London réussi sur une passe de 48 verges, une autre passe de 32 verges à Arland Bruce et une autre de 23 à S.J. Green. Brandon London

Est-ce que c’était réaliste de ma part de m’attendre à mieux de l’offensive ? Peut-être pas, mais je suis resté sur mon appétit. Je m’attendais surtout à mieux de la part d’Anthony Calvillo. Je présume que les Argos lui ont présenté des stratégies défensives différentes de celles aperçues sur les vidéos. Jones, le coordonnateur défensif des Argos, a énormément de respect pour Calvillo donc il préfère souvent déployer de nouvelles approches. Au final, Calvillo n’a pas connu un fort match et il a souvent lancé le ballon dans des surnombres défensifs. J’ai été déçu qu’on ne distribue pas davantage le ballon tôt dans le match.

Je comprends que l’attaque vit beaucoup de changements et que ça nécessite du temps pour assimiler le tout. C’est désolant à dire, mais le camp d’entraînement n’a pratiquement servi à rien. C’est un peu comme si les Alouettes venaient de jouer leur premier match préparatoire contre Toronto. Même si c’est très frustrant pour eux, les partisans devront prendre du recul et leur accorder une dose de patience. L’objectif sera de se concentrer sur une progression.   

En regardant les statistiques, deux choses m’ont sauté aux yeux et ça démontre à quel point c’est pénible pour Montréal en 2013. Les Alouettes sont installés au septième rang pour les passes complétées dans la LCF avec 60% de réussite, mais le pire c’est qu’ils sont au huitième et dernier rang pour la distance des passes tentées à 6,6 verges. C’est terrible parce que ça veut dire que c’est l’équipe qui tente les plus petites passes de la LCF tout en se situant en avant-dernière place pour le taux de réussite.

Je comprendrais si les passes étaient plus audacieuses, mais ce n’est pas le cas. Le bilan de Toronto est absolument spectaculaire et Ray s’avère une véritable machine d’exécution. Les Argos mènent la ligue avec 76% de complétion au deuxième rang pour la distance avec 9,6 verges. Ça en dit long sur l’efficacité des deux équipes.

Plan de match défensif ingénieux

En plus de l’attaque, la défense des Argos mérite des félicitations. Jones sait que Calvillo veut lancer rapidement donc il a levé le pied sur les blitz. Il a préféré faire des pressions à trois joueurs et reculer neuf joueurs en couverture de passe. On a même vu des pressions à deux joueurs avec dix joueurs couvrant les passes ! Ce n’est pas évident à percer pour un quart-arrière. Je me souviens aussi d’un mouvement intéressant sur une pression à trois. Dans une telle situation, le porteur de ballon devient un dépanneur, mais l’un des trois joueurs l’a suivi ce qui a empêché Calvillo de se tourner vers lui.

AC ne pouvait utiliser cette option après deux lectures et il était forcé de courir ce qui est loin d’être sa force. Bref, Jones a préféré attaquer Calvillo mentalement au lieu de physiquement et c’était intéressant comme stratégie.

De plus, les joueurs qui mettaient de la pression se concentraient sur percer le centre de la ligne offensive pour obliger Calvillo à se déplacer. Je considère qu’ils ont orchestré un excellent plan de match et tout est tombé en place pour eux avec les revirements montréalais.

Les unités spéciales des Argos ont donné le ton en créant un revirement et elles ont assommé les Oiseaux avec un touché de Chad Owens sur un retour de botté quand Sean Whyte a raté un placement de 49 verges. Si les Alouettes n’avaient pas tiré de l’arrière 14-0, ils auraient sûrement opté pour un dégagement afin de repousser l’opposant.

S.J. GreenEn ce qui concerne la défense des Alouettes, elle a été rapidement placée dans des contextes difficiles et elle s’est fait battre avec des tracés au coin ce qui est l’arme de prédilection de Ray. Billy Parker et Jerald Brown ont été les victimes des passes complétées à John Chiles. À l’époque des Eskimos, Ray se tournait du côté de Jason Tucker et le receveur a seulement changé.

Les Argos ont créé beaucoup de confusion grâce à des formations avec des receveurs regroupés. Après deux matchs, la défense des Alouettes avaient provoqué 10 revirements, mais elle s’est contentée de cinq au cours des quatre dernières parties et aucun contre Toronto. La direction n’est pas la bonne et la défense devra corriger le tir.

Plus que jamais, les unités spéciales devront contribuer pour aider l’attaque, mais elles n’ont pas été à la hauteur jeudi. En ce moment, les Alouettes ont besoin de l’aide des trois unités pour renverser la vapeur.

C’est clair que les Alouettes n’intimident plus personne. À une époque, je disais à la blague que les Alouettes gagnaient souvent le match pendant la période d’échauffement tellement ce facteur était imposant. Ça peut sembler anodin, mais c’est important au  football.

Inévitablement, ça exige un retour à la case départ pour les Alouettes. Personne n’établira les Alouettes comme les favoris contre les Roughriders donc c’est peut-être leur chance de reprendre le dessus. Les joueurs peuvent se convaincre que personne ne leur donne une chance de l’emporter et se regrouper dans ce contexte. Une performance à la hauteur pourrait relancer leur saison.

Ils devront se retrousser les manches, mais les joueurs doivent réaliser que les changements concernant les entraîneurs semblent terminés pour cette saison. La prochaine étape pourrait donc affecter les joueurs alors ils ont plus que jamais le ballon dans leurs mains.

*Propos recueillis par Éric Leblanc