lundi, 29 avr. 2013. 18:07

TORONTO _ Le directeur général des Alouettes de Montréal, Jim Popp, accueillerait Tim Tebow dans la Ligue canadienne, pour autant que le vainqueur du trophée Heisman accepte de devoir se battre pour un poste de réserviste.

Les Jets de New York ont libéré Tebow, lundi, tout juste un an après avoir fait son acquisition des Broncos de Denver dans une transaction qui a défrayé les manchettes. Les Broncos en avaient fait leur choix de premier tour au repêchage de 2010 après sa brillante carrière à Florida.

Mais l'avenir de Tebow dans la NFL est de nouveau incertain.

Tebow a été l'un des joueurs favoris des partisans depuis qu'il a fait ses premiers pas dans le circuit Goodell, mais il s'est attiré de constantes critiques en raison de sa mécanique de passes. Plusieurs observateurs croient tout simplement qu'il n'a pas le talent pour être un quart-arrière au niveau professionnel.

S'il désire continuer à jouer à cette position, la LCF pourrait s'avérer la solution pour lui. Ce sont les Alouettes qui détiennent les droits de négociations à son endroit, ce qui veut dire que si Tebow veut venir au Canada, la formation montréalaise est la seule avec laquelle il peut négocier.

Le vétéran Anthony Calvillo est déjà confirmé dans le rôle de quart no 1, du moins pour l'instant. L'athlète de 40 ans amorcera sa 20e saison dans la LCF et il ne planifie plus sa carrière qu'une saison à la fois. Tebow devrait donc livrer bataille à l'ex-vedette de Boston College Quinton Porter, un vétéran de cinq saisons dans la LCF, pour le poste de substitut.

« Si Tim Tebow veut venir au Canada, nous l'accueillerions assurément, a indiqué Popp. C'est pour ça que son nom se trouve sur notre liste de négociations. Nous étudierions s'il est en mesure de jouer au Canada, mais c'est évident qu'il se battrait pour un poste de substitut. »

Tebow a mené les Broncos aux séries en 2011, mais il était de trop une fois que Peyton Manning a été embauché. Les Jets ont alors acquis Tebow pour un choix de quatrième tour et un salaire de 1,5 million $ US.

De jouer au football canadien représenterait un certain défi pour Tebow, compte tenu de l'importance du jeu aérien sur le terrain aux plus grandes dimensions de la LCF.

« Personne ne sait s'il est capable de jouer au Canada, alors faudrait voir ce qu'il peut faire, a indiqué Popp. Tim Tebow a un bon bras. On entend beaucoup de critiques au sujet de sa mécanique, que ce soit une question de précision ou de finesse. Si vous voulez connaître du succès au Canada, vous devez être capable de lancer le ballon partout sur le terrain. »

Par contre, Popp estime que la mobilité de Tebow serait tout un atout au football canadien.

« Ça dépend évidemment de ce que vous lui demandez, a expliqué Popp. Si un jour vous décidez d'en faire votre partant, c'est certain que vous allez mettre sur pied une attaque qui sied au style de Tebow.

« Présentement, je crois que les 32 équipes de la NFL ne sont pas prêtes à faire ça. Ça ne veut pas dire qu'une équipe de la LCF ne serait pas prête à le faire dans l'avenir. Mais encore là, tant que vous ne savez pas ce qu'il peut et ne peut pas faire, vous ne pouvez pas vraiment savoir comment l'insérer dans votre formation. »

Si Tebow veut venir au Canada – rien n'indique que c'est ce qu'il désire – il devra appeler Popp.

« L'expérience me dicte de ne pas m'en préoccuper pour cette raison. Ça arrive souvent avec des gars qui ne sont pas de gros noms et 99 pour cent d'entre eux attendent une saison entière à tenter de se trouver une place dans la NFL après avoir été libérés avant de songer à migrer vers le nord.

« Je ne sais pas de quelle façon il va procéder ou s'il a un intérêt quelconque pour jouer ailleurs que dans la NFL. S'il finit par en discuter avec son agent, je suis certain que nous entendrons parler de lui et nous verrons à partir de là. »

Les Alouettes ont aussi le nom de l'ex-quart vedette de l'Université du Texas Vince Young sur leur liste de négociations et par deux fois dans le passé, le clan Young a contacté les Alouettes. À chaque fois, la réponse a été la même: si Young vient à Montréal, ce sera pour se battre pour un poste de substitut à Calvillo.

« Ils savent qu'on a Anthony. Ils savent que s'il (Young) vient à Montréal, il ne sera pas le partant, a dit Popp. Si Tebow a vraiment envie de venir au Canada, que lui ou son représentant me passe un coup de fil. »