vendredi, 23 nov. 2012. 12:56

Les Stampeders de Calgary ont le sentiment qu'ils n'ont pas été pris au sérieux tout au long de la saison 2012 et ils se motivent avec cet élément en vue de la 100e coupe Grey face aux Argonauts de Toronto.

«On se sent en confiance même si personne ne nous a donné du crédit cette saison et c'est notre histoire cette année. On a surpris plusieurs observateurs sauf nous», a soutenu Randy Chevrier, le spécialiste des longues remises des Stampeders. «C'est pourquoi on ne fera pas l'erreur de prendre les Argonauts à la légère, ils ont mérité d'accéder à ce match.»

Chevrier, qui est né à Montréal, a déjà remporté la coupe Grey à deux occasions avec Edmonton en 2003 et Calgary en 2008, mais il s'est aussi retrouvé dans le camp des perdants au match ultime.

Cette expérience lui fait comprendre le privilège de participer à cette rencontre une fois de plus.

«Ma dernière présence à la coupe Grey remonte à quatre ans, je sais que c'est rare et spécial. Je connais beaucoup de joueurs qui n'ont jamais touché à la coupe. J'ai la chance de savoir qu'est-ce que ça représente de la gagner et la perdre donc je vais tout faire pour qu'on se retrouve du côté des gagnants», a admis Chevrier qui est père de trois enfants.

Cette participation au match ultime revêt cependant un cachet encore plus particulier pour l'athlète de 36 ans. Chevrier vient de connaître une saison très difficile au niveau personnel alors qu'il a été retranché de la formation pendant quatre rencontres au profit de Tim St.Pierre.

Ce dernier a cependant été victime d'une blessure mettant un terme à sa saison et Chevrier a retrouvé son poste sans se réjouir de la mésaventure de son coéquipier.

«Même si je n'ai pas connu la saison que je prévoyais, c'est l'une des équipes les plus spéciales que j'ai connues. Je suis content d'être ici et c'est encore plus précieux avec tout ce contexte», avoué celui qui savoure sa 10e saison dans la LCF.

Par une mauvaise coïncidence, les deux autres Montréalais des Stampeders, Marc Calixte et Jabari Arthur ont également traversé des moments difficiles en 2012. Une blessure a mis fin à la saison de Calixte alors qu'Arthur a été sur la touche pendant quelques semaines.

Au moins, le souriant receveur de six pieds quatre pouces a eu le temps de revenir pour les six dernières parties régulières de sa formation. De plus, il a vécu l'agréable sentiment d'inscrire son premier touché éliminatoire en demi-finale de l'Ouest contre les Roughriders de la Saskatchewan.

«Le mérite revient à notre quart Drew Tate pour ce touché. De mon côté, je voulais seulement avoir la chance de réussir un jeu pour notre équipe. C'était tout un feeling et j'ai gardé le ballon en souvenir», a-t-il expliqué.

Arthur, qui évoluait au poste de quart au Cégep Vanier, a gardé le moral durant sa remise en forme grâce à ses coéquipiers qui l'ont encouragé. Cet esprit de groupe et les difficultés surmontées durant la campagne lui font d'ailleurs remarquer plusieurs similitudes avec l'édition de 2008 qui avait remporté le championnat à Montréal.

«En dépit de toutes les blessures et tous les obstacles, notre équipe trouve toujours une façon de gagner.»

Arthur et Chevrier vont apprécier la journée de dimanche au plus haut point et ils désirent chacun poursuivre leur carrière pendant quelques saisons.

«Je ne pense pas à la retraite. On devra me forcer à quitter le terrain, ce n'est pas moi qui en sortira», a lancé Chevrier qui se débrouille encore très bien en français tout comme Arthur.