vendredi, 23 nov. 2012. 14:29

Même s'il ne participera pas à la rencontre de la Coupe Grey, le receveur des Argonauts de Toronto Julian Feoli-Gudino n'aurait pu imaginer un meilleur scénario pour la conclusion de sa première saison dans la LCF.

Relégué à l'équipe d'entraînement des Argos depuis la fin du calendrier régulier, Feoli-Gudino savoure la semaine de la 100e Coupe Grey au maximum surtout que son ancienne formation, le Rouge et Or de l'Université Laval, sera en action à la Coupe Vanier.

« J'étais pas mal certain que le Rouge et Or se rendrait à ce match, mais j'étais moins sûr que nous serions de la partie de championnat », a-t-il admis au terme de l'entraînement de la troupe de Scott Milanovich.

« La saison est tellement longue (dans la LCF), je trouve qu'on a atteint notre meilleur niveau au bon moment et c'est un scénario de rêve. La semaine a été tellement spéciale, j'ai pu côtoyer mes anciens coéquipiers que je n'avais pas vus depuis un certain temps. Ce fut magique et c'est comme un conte de fées. »

Évidemment, Feoli-Gudino sera l'un des spectateurs les plus attentifs parmi l'imposante foule attendue au Rogers Centre pour la finale universitaire.

« C'est certain que je vais venir voir le match avec des coéquipiers. Il faut dire qu'il y a plusieurs anciens de McMaster avec les Argos donc on s'est taquinés cette semaine », a-t-il raconté avec le sourire en faisant allusion à Mike Bradwell, Andrew Jones, Jason Pottinger et Chris Van Zeyl.

Aucun journaliste ne lui a demandé si des paris amicaux avaient été effectués, mais il semblait prêt à investir quelques sous.

« Je suis convaincu que le Rouge et Or va gagner. Quand cette équipe est négligée, elle sort toujours en force. L'an dernier, il y a tellement eu de rebondissements dans la partie. Je crois que Laval l'emportera et que les spectateurs seront surpris du résultat », a-t-il émis en référence aux partisans qui devraient pencher pour les Marauders de McMaster.

Feoli-Gudino, qui a brillé avec le Rouge et Or, n'enfilera pas son numéro 83 dimanche, mais il a tout de même le sentiment d'être un membre à part entière des Argonauts.

« Je suis choyé d'être avec les Argos et de participer aux entraînements. Je vais me rappeler de cette expérience toute ma vie. Même si je ne vais pas jouer, c'est comme un rêve parce que j'ai participé au succès de l'équipe en jouant quelques matchs ce qui permet de se sentir plus impliqué », a raconté celui qui a disputé sept parties.

Il y a un an, le joueur né au Costa Rica vivait la semaine de la Coupe Vanier à Vancouver avec ses amis de l'Université Laval. Il admet que les différences sont assez nombreuses avec une semaine de la Coupe Grey.

« C'est très différent. À la Coupe Vanier, tu es plus concentré dans tes choses parce qu'il y a moins de journalistes et d'attention. Cette année, c'est la Coupe Grey, la 100e et nous y participons devant nos partisans alors les distractions sont nombreuses et le danger est de perdre sa concentration », a comparé Feoli-Gudino qui a attiré le regard curieux et amusé du demi défensif Ahmad Carroll puisqu'il s'exprimait en français à trois journalistes.

À travers cette première saison professionnelle, Feoli-Gudino a emmagasiné de nouvelles connaissances principalement sur deux aspects.

« Tu apprends à devenir un professionnel. À ce niveau, tu es un peu comme un travailleur autonome parce que personne ne regarde par-dessus ton épaule pour vérifier tes efforts. C'est à toi de te préparer adéquatement pour les matchs et les entraînements », a identifié l'athlète de 25 ans.

« J'ai aussi continué mon développement technique. Les ressources sont infinies et je n'ai qu'à penser à notre entraîneur des receveurs Kez McCorvey qui est exceptionnel. On compte également sur plusieurs vétérans comme Chad Owens, Jason Barnes, Andre Durie, Ken-Yon Rambo, Maurice Mann… Certains ont une vision et des techniques un peu différentes du football car il joue à l'américaine et nous à la canadienne. Je pense que je me suis beaucoup amélioré et c'est très enrichissant de jouer à ce niveau », a dévoilé le receveur.

Les Stampeders devront se méfier de Ball

Le secondeur Marcus Ball a connu une première saison exceptionnelle dans la Ligue canadienne de football et sa réputation a fait le tour du circuit très rapidement. L'Américain de 25 ans a continué sur sa lancée en finale de l'Est étant l'auteur de deux interceptions cruciales aux dépens d'Anthony Calvillo.

Disons que l'adaptation au football canadien n'a pas semblé un obstacle pour ce secondeur très athlétique, mais il avoue que ce ne fut pas aussi facile que les apparences.

« C'était difficile au début, mais ça s'est bien fait avec le temps parce que j'ai investi les efforts. J'ai réussi grâce à tous les vétérans et l'entraîneur Chris Jones. Ils ont passé beaucoup de temps à discuter avec moi pour m'apprendre tout ce que je devais savoir et ils ont répondu à toutes mes questions », a confié le rapide numéro 6 qui est papa d'une petite fille depuis lundi.

Le secondeur au nom prédestiné a conclu la saison régulière au 13e rang de la LCF pour les plaqués avec un total de 73. Selon lui, une grande partie de ses résultats sont attribuables à son plaisir de jouer.

« Il faut juste faire confiance à ses coéquipiers autour et tout donner sur le terrain en s'amusant. Combien de personnes peuvent dire qu'ils ont joué dans un stade alors que 50 000 spectateurs les regardent. C'est rare comme privilège donc il faut s'amuser et l'apprécier », a-t-il noté.

L'ancien de l'Université Memphis s'est distingué lors du dernier affrontement contre les Stampeders avec une récolte de huit plaqués et un sac du quart, mais il rappelle que cette partie du 18 août remonte à longtemps.

« Je suis confiant contre eux, mais je ne peux pas l'être trop. Je sais aussi que c'est une équipe complètement différente tout comme la nôtre. Nous avons élevé notre niveau de jeu autant qu'ils l'ont fait », a déclaré celui qui a hâte de se frotter à l'excellent Jon Cornish.

« Le défi le plus exigeant sera de contenir le meilleur porteur de ballon de la LCF. Il faudra se soucier de lui sans négliger leur quart très expérimenté et je ne voudrais pas oublier leur groupe de receveurs avec les (Nik) Lewis, (Marquay) McDaniel, (Maurice) Price… », a visé Ball qui aurait préféré entendre un spectacle du rapper Lil' Wayne à la demie au lieu de Justin Bieber.