mardi, 25 déc. 2012. 16:05

(ESPN.com) - Les participants aux éliminatoires de la NFL sont tous connus dans l'AFC. Dans la NFC, par contre, on aura besoin d'une autre semaine pour que certaines équipes confirment leur participation.

La dernière équipe à se qualifier dans l'AFC a été les Bengals de Cincinnati qui ont éliminé les Steelers de Pittsburgh pour s'assurer le sixième rang. Cette victoire, combinée à celle des Ravens de Baltimore sur les Giants de New York, a permis aux Ravens d'être couronnés dans l'AFC Nord. Tout est don décidé dans les quatre divisions.

Les Texans de Houston ont remis le premier rang en jeu en s'inclinant face aux Vikings du Minnesota. Pour avoir l'avantage du terrain au cours des éliminatoires, les Texans devront battre les Colts d'Indianapolis la semaine prochaine. S'ils y arrivent et que les Broncos de Denver battent les Chiefs de Kansas City, les Texans termineront premiers, les Broncos deuxièmes et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre troisièmes. Dans le scénario le plus probable, les Bengals amorceront les éliminatoires en Nouvelle-Angleterre et les Ravens accueilleront les Colts au premier tour.

Dans la NFC, les Falcons d'Atlanta se sont assuré la première place samedi soir, mais on retient surtout la défaite des Giants qui perdent leurs chances de remporter le titre de la section Est de la NFC. Ils peuvent toujours se qualifier pour les éliminatoires, mais c'est peu probable.

Officiellement, cinq équipes sont toujours dans la course pour les deux dernières places donnant accès aux éliminatoires dans la NFC. Les Seahawks de Seattle ont assuré leur participation avec une victoire sur les 49ers de San Francisco, mais les 49ers remporteront le championnat de division s'ils battent les Cardinals de l'Arizona la semaine prochaine.

Les Vikings peuvent se qualifier s'ils battent les Packers de Green Bay la semaine prochaine. Si les Vikings perdent, trois autres équipes, incluant les Bears de Chicago, auront une chance de participer aux éliminatoires. Le gagnant du match opposant les Redskins de Washington aux Cowboys de Dallas remportera la section Est de la NFC. Les Redskins pourront toujours espérer se qualifier malgré une défaite, mais les Cowboys seront éliminés s'ils perdent.

Les grands gagnants de dimanche ont été les Packers. Avec la défaite des 49ers, les Packers sont en position de terminer deuxièmes avec une victoire au Minnesota.

«Si nous pouvons terminer au second rang, cela aiderait grandement nos joueurs blessés. Mais il y a quelques années, nous n'avons pas eu de semaine de congé et nous avons gagné,» a dit le quart des Packers Aaron Rodgers.

Voici ce que l'on retient de la Semaine 16 :

1. La jeunesse prévaut : En regardant Marvin Lewis construire sa jeune équipe des Bengals, il était possible de croire que cette formation pourrait rivaliser avec, et même surpasser, les vieux loups de l'AFC Nord - les Steelers et les Ravens. La façon avec laquelle les Bengals y sont parvenus n'a pas été la plus belle. Lewis a fait des erreurs. A.J. Green a échappé le ballon. Andy Dalton a été intercepté à deux reprises. Mais la victoire de 13-10 des Bengals est l'exemple parfait d'une bonne et jeune équipe inconsciente à la pression.

«C'est une très jeune équipe, a mentionné Lewis. Ce groupe a peu de vécu, dans tous les domaines.»

Lewis a vécu sa carrière d'entraîneur dans la NFL dans le triangle Baltimore-Pittsburgh-Cincinnati. Il a été entraîneur à Pittsburgh et Baltimore avant d'être nommé entraîneur-chef à Cincinnati, mais il a souvent terminé en troisième position. Même Lewis a blagué en disant que son équipe avait presque perdu en raison de certaines de ses décisions en fin de match.

Avec 3:22 à jouer au quatrième quart et avec le ballon à la ligne de 38 des Steelers, Lewis a décidé de tenter un placement de 56 verges qui avait peu de chance d'être réussi. Cette décision a donné le ballon aux à leur ligne de 46. Le coordonnateur défensif des Bengals, Mike Zimmer, qui a dirigé un match quasi parfait en défensive, a réussi à arrêter Ben Roethlisberger à la ligne de 36 des Bengals. L'entraîneur des Steelers, Mike Tomlin, a tenté un placement de 53 verges qui a manqué de distance. Après avoir perdu le ballon au terme des trois premiers essais, les Bengals devaient arrêter les Steelers une dernière fois et ils y sont parvenus quand Ben Roethlisberger a raté sa passe destinée à Mike Wallace pour une interception de Reggie Nelson. Une passe d'Andy Dalton complétée à A.J. Green a finalement préparé le placement victorieux de Josh Brown.

«Je les remercie de m'avoir sorti du trouble, c'est aussi simple que ça,» a déclaré Lewis.

Roethlisberger n'était pas à son meilleur, dimanche. Il a lancé deux interceptions, dont une retournée pour un touché par Leon Hall. «Nous devrions participer aux éliminatoires si ce n'était pas de moi, a déclaré Roethlisberger. Nous formons une équipe remplie de talent et ça se voit.»

Dalton a tenté 18 passes vers Green, qui en a capté 10 pour des gains de 116 verges.

«J'ai dit aux autres que je n'étais pas là il y a 30 ans,» a affirmé Green en référence au fait que les Bengals participeront aux éliminatoires lors de deux saisons consécutives pour la première fois en 30 ans.

2. L'histoire de deux meneurs d'associations : Les Falcons ne sont peut-être pas dominants, mais ils se sont assuré l'avantage du terrain dans les éliminatoires de la NFC en battant les Lions de Detroit 31-18, samedi soir. Les Falcons ont droit au calendrier le plus facile de la NFL et montrent maintenant un dossier de 13-2.

La surprise de dimanche a été celle de voir les Vinkings dominer Houston, l'emportant 23-6. Même si la défense des Texans a limité Adrian Peterson à des gains de moins de 100 verges, l'équipe en tant que telle n'avait pas l'air d'une équipe de première place. Les Falcons n'ont peut-être jamais gagné de match éliminatoire avec Mike Smith comme entraîneur et Matt Ryan comme quart-arrière, mais leurs chances semblent meilleures que celles des Texans. Houston qui ont été lavés en Nouvelle-Angleterre et qui ont perdu face aux Vikings à domicile au cours des trois dernières semaines. Pour ajouter à l'incertitude, le porteur de ballon Arian Foster a dû quitter le match en raison de son rythme cardiaque irrégulier.

«Il va bien, a assuré l'entraîneur de Houston Gary Kubiak. Les battements cardiaques irréguliers sont la raison pour laquelle il a été retiré du match, mais il va bien. C'est quelque chose qui est déjà survenu lors d'un entraînement. Je ne suis pas certain quand c'est survenu exactement, mais nous l'avons seulement retiré à titre de précaution.»

Les Texans ont été terribles en attaque. Ils ont couru pour 34 verges au total. Le quart-arrière des Vikings Christian Ponder a couru pour 48 verges à lui seul. Le plaqueur à gauche de Houston, Duane Brown, a du mal à s'expliquer pourquoi les Texans ont connu autant de difficultés en attaque.

«Je ne peux expliquer, a-t-il dit. Nous nous sommes battus nous même pendant certaines séquences. Plusieurs punitions nous ont placés en mauvaises positions à plusieurs reprises et notre jeu au sol a été inconstant. Nous avons simplement mal joué.»

Pour terminer au sommet de l'AFC, les Texans devront gagner la semaine prochaine à Indianapolis.

3. Des nouveaux meneurs dans la NFC Est : Officiellement, rien n'est encore décidé dans la NFC Est. Officieusement, les Redskins, eux qui avaient une fiche de 3-6 plus tôt cette saison, sont sur la bonne voie pour remporter la division et il ont l'air de champions. Portant une genouillère et limitant son jeu au sol, le quart recrue Robert Griffin III est retourné dans l'alignement et a mené Washington à une victoire de 27-20 sur les Eagles de Philadelphie. Griffin a seulement tenté deux courses. Il s'est davantage appuyé sur son bras précis, complétant 16 passes sur 24 tentatives pour 198 verges et deux touchés.

Les Cowboys ont perdu 34-31 en prolongation. Les Saints de La Nouvelle-Orléans ont pris une avance de 31-17 à leurs dépens. La défense des Cowboys n'avait pas de réponse face aux passes pièges aux porteurs de ballon. Darren Sproles, Pierre Thomas et Mark Ingram ont totalisé 15 réceptions pour des gains de 172 verges. Drew Brees a pu convertir 11 des 19 troisièmes essais.

De leur côté, les Cowboys ont seulement converti deux de leurs dix tentatives sur des troisièmes essais.

Pour les Giants, les difficultés connues en novembre se sont poursuivies en décembre. Normalement, les Giants excellent en fin de saison. Dimanche, ils ne se sont pas présentés face aux Ravens et se sont inclinés 33-14. Encore une fois, la ligne défensive a été décevante et n'a pas mis suffisamment de pression sur Joe Flacco. Eli Manning n'a pas été constant. Avec une fiche de 8-7, les Giants, champions en titre du Super Bowl, ne sont pas encore éliminés.

«Nous ne faisons vraisemblablement pas les choses comme il se doit présentement, a dit l'entraîneur des Giants Tom Coughlin. Nous avons joué deux matchs de suite avec semblablement le même scénario, 47 jeux offensifs la semaine dernière, 45 cette semaine.»

La défense des Giants a accordé 67 points au cours des deux derniers matchs. Certains joueurs semblent jouer comme s'ils étaient satisfaits avec leur bague du Super Bowl de l'an dernier. Les Ravens ont amassé 533 verges et ont été en possession du ballon pendant 39 minutes.

«Nous connaissons des moments difficiles présentement, a affirmé Coughlin. Si nous prenons part aux éliminatoires, nous mériterons notre participation. Les éliminatoires sont encore loin présentement.»

Les Cowboys peuvent toujours gagner la division, mais ils devront gagner un match potentiellement chaudement disputé, dimanche à Washington.

4. Le retour des Colts : Les Colts sont passés d'une fiche de 2-14, l'an dernier, à une fiche de 10-5 cette saison. Ils se sont qualifiés pour les éliminatoires dimanche avec une victoire de 20-13 sur les Chiefs de Kansas City. Les Colts sont en cinquième position une saison après avoir eu le tout premier choix au repêchage.

Le match de dimanche n'a pas été facile. Les Chiefs ont couru pour 352 verges et sont devenus la première équipe de l'histoire de la NFL à perdre un match en récoltant autant de verges au sol.

Les Colts ne l'ont pas eu facile tout au long de la saison. Ils ont gagné dix matchs, mais ont été dominés 371-329 au tableau. Luck a connu quatre matchs de suite au cours desquels il a complété moins de 50 pour cent de ses passes. Il en a complété 17 sur 35 pour 205 verges dimanche, mais il gagne les matchs serrés. Les Colts sont 9-1 dans les matchs se décidant par une différence de huit points et moins.

«Cette équipe a trouvé un moyen de gagner les matchs serrés, a déclaré l'entraîneur par intérim Bruce Arians. Si vous jouez pendant 60 minutes, vous pourrez battre la majorité des équipes de cette ligue puisqu'elles ne le font pas.»

5. Un record significatif : Plusieurs joueurs étaient à la poursuite de records cette semaine. Le receveur des Lions, Calvin Johnson, a battu le record de Jerry Rice établi en 1995 pour les verges de réception au cours d'une saison (1848). Johnson en compte maintenant 1892. Andrew Luck a battu le record de Cam Newton pour le plus de verges par la passe par un quart recrue et en compte 4183.

Le troisième record qui pourrait tomber est celui pour le plus de verges au sol en une saison. Adrian Peterson, qui a été limité à 86 verges en 25 courses dimanche, a besoin de 208 verges pour battre la marque de 2105 établie par EricDickerson. Considérant que Peterson a récolté des gains de 210 verges par la course face à Green Bay pendant la Semaine 13, le record de Dickerson n'est pas hors de sa portée.

«Bien sûr, je souhaite battre ce record, a dit Peterson. Je ne vais pas laisser cette situation m'accabler. Je vais simplement jouer mon match. Si ça arrive, ça arrivera.»

Le côté le plus encourageant de la victoire des Vikings est le jeu amélioré de Christian Ponder. Pendant plus d'un mois, Peterson avait plus de verges au sol que Ponder en avait par la passe. Ponder a complété 16 de ses 30 passes pour 174 verges et un touché. Était-ce excellent? Non, mais c'est un pas dans la bonne direction.