vendredi, 28 déc. 2012. 14:30

(ESPN.com) Il y a quelques années, Roger Goodell et la NFL avait décidé de créer un plan pour maintenir la compétition animée lors des dernières semaines de la saison.

Le plan consistait à y tenir davantage de duels de division, car la plupart des entraîneurs utilisaient les semaines 16 et 17 pour reposer leurs partants et essayer leurs substituts. Pour le moment, il semble que la stratégie porte fruit car la plupart des affrontements de la semaine 17 s'annoncent palpitants.

Seuls les Falcons auront le luxe de reposer leurs joueurs car ils sont déjà assurés du premier rang. Cependant, Mike Smith a assuré que ses partants allaient tous jouer. Mais pour combien de temps? Car une blessure à un joueur-clé serait une bien mauvaise nouvelle pour Atlanta.

Contrairement aux Flacons, les Texans sont loin d'être assurés d'une semaine de congé lors du premier tour éliminatoire et ils devront faire jouer tous leurs réguliers dimanche face aux Colts s'ils ne veulent pas se retrouver au troisième rang de l'Association américaine. Même chose pour Peyton Manning et les Broncos qui voudront absolument gagner contre les Chiefs pour éviter la possibilité de se retrouver à Foxboro pour disputer un match éliminatoire. Manning a vécu plusieurs batailles avec Tom Brady par le passé et il sait très bien qu'il vaut mieux avoir la foule de son côté.

1. Une certaine justice Les Redskins et les Cowboys se sont sentis menottés lorsque la NFL les a empêchés de mettre sous contrat le garde Carl Nicks et le receveur de passes Vincent Jackson pour des raisons de cap salarial. Or, les deux formations ont eu à faire plus avec moins d'argent.

Dimanche, les deux équipes s'affronteront pour le titre de la division Est dans l'Association nationale. Le vainqueur participera aux éliminatoires tandis que le perdant sera probablement hors du tournoi de janvier. Les Giants de leur côté doivent prier pour obtenir un poste en tant que wild card. Les Cowboys ont davantage d'expérience quand vient le temps de disputer ces matchs importants, mais ils ne sont pas à l'abri d'erreurs comme ce fut le cas par le passé et qui pourraient leur coûter la division.

Les Cowboys ont commis 26 revirements tandis que les Redskins en ont commis 14, malgré un quart-arrière et un porteur de ballon de première année. Lors des 12 dernières saisons, les Cowboys ont une fiche pitoyable de 2-10 quand vient le temps de disputer le match de la semaine 17. Il s'agira également de la troisième fois depuis 2008 que les Cowboys feront face à un scénario où s'ils l'emportent, ils participeront aux éliminatoires.

En 2008, ils avaient perdu par 37 points tandis que l'an dernier, ils s'étaient inclinés par une marge de 17 points face aux Giants.

2. Une certaine justice, encore : Les Packers de Green Bay se sont faits voler une victoire à Seattle plus tôt cette saison. Le Fail Mary a peut-être fait en sorte de régler le conflit qui opposait la NFL et ses officiels, mais la décision a coûté une victoire aux Packers. Toutefois, depuis cette défaite illégitime, les Packers se sont retroussés les manches et s'ils battent les Vikings, ils s'assureraient de la deuxième place dans l'Association nationale en vertu d'une fiche de 12-4. La semaine de congé qu'ils obtiendraient serait bénéfique, car ça donnerait du temps à Charles Woodson et Jordy Nelson de retrouver la santé. Ça leur donnerait aussi l'occasion d'améliorer leur situation en termes de jeu au sol. Mais avant tout, ça permettrait aux joueurs et aux entraîneurs de faire le vide complet.

Mike McCarthy a accompli tout un travail pour vaincre l'adevrsité en 2012 car les Packers ont subi un grand lot de blessures. De plus, ils en ont arraché sur la ligne offensive et ils ont tenté de se rajeunir en défense. Une équipe des Packers bien reposée pourrait faire des ravages en éliminatoires.

3. Le challenge 2000 : Deux pages d'histoire pourraient s'écrire cette fin de semaine alors qu'Adrian Peterson tentera de battre le record d'Eric Dickerson pour le nombre de verges en une saison. Pour parvenir à dépasser les 2105 verges de Dickerson, Peterson aura besoin de 208 verges. Une tâche ardue, mais pas impossible, considérant que Peterson en a amassé 210 face aux Packers plus tôt cette saison.

On se demande tous ce qu'il reste dans le réservoir de Peterson, lui qui l'an passé s'était explosé un genou. Cette semaine, il a raté l'entraînement en raison d'une blessure aux abdominaux. Si les Vikings parviennent à battre les Packers, ils pourraient s'assurer d'une place en éliminatoires. Or, s'ils s'inclinent, ils devront espérer que toutes les autres équipes toujours impliqués dans la course aux wild cards perdent également.

Calvin Johnson des Lions pourrait également atteindre un plateau important alors qu'il lui manque 108 verges pour atteindre le plateau des 2000 par la voie des airs. Jerry Rice détenait le record avec 1848 verges. De la manière qu'il joue ces temps-ci, il pourrait dépasser 2000 avant la mi-temps.

4. Jouer le rôle de trouble fête : Les Lions de Detroit ont connu une saison horrible. La défense en a arraché alors que les blessures ont détruit la tertiaire. Le plaqueur défensif des Bears Henry Melton a déclaré que les Lions étaient une équipe au style salaud. Les Lions se sont défendus et les Bears en ont rajouté affirmant que Matthew Stafford s'effaçait dans les moments importants.

Les Lions voudront à tout prix éliminer les Bears des présentes éliminatoires en infligeant la défaite qui ferait peut-être congédier Lovie Smith. Chicago, qui avait une fiche de 7-1 pourrait ne pas participer aux éliminatoires avec une fiche de 9-7. Il s'agirait d'une des pires débandades de la NFL pour cette équipe qui est arrivée à court cinq fois en six ans.

Pour un entraîneur-chef qui en est à sa dernière année de contrat, ce ne serait pas une bonne nouvelle. Cependant, les Bears ont dominé les affrontements entre les deux équipes remportant huit des neuf derniers matchs.

5. Le retour de Michael Vick : La blessure à une main de Nick Foles ouvre la porte à Michael Vick, qui effectuera un retour dans l'alignement partant face aux Giants de New York.

Vick qui sera vraisemblablement joueur autonome au terme de la saison, auditionne donc pour un emploi à Buffalo, en Arizona, à Jacksonville ou à d'autres endroits où on est à la recherche d'un quart-arrière. Son retour n'est donc pas une bonne nouvelle pour les Giants, qui ne ressemblent en rien aux champions en titre du Super Bowl. La ligne tertiaire est arrache tandis que la ligne défensive n'a pas atteint ses objectifs.

Vick voudra certes donner un spectacle et épater la galerie contre ces rivaux de toujours, les Giants.