vendredi, 18 janv. 2013. 08:00

La finale de l'association américaine entre les Patriots de La Nouvelle-Angleterre et les Ravens de Baltimore est une reprise de l'an dernier. Les Pats l'avaient alors emporté au compte de 23-20.

Je m'attends à un spectacle relevé entre deux équipes qui se connaissent bien. Baltimore n'a aucun complexe et forme une formation dangereuse qui adore le rôle de négligé.

Les deux responsables de la défaite de la saison dernière, Lee Evans et Billy Cundiff, ne sont plus avec les Ravens. Les partisans de l'équipe n'ont pas oublié qu'ils avaient gaffé avec le ballon lors d'une tentative de placement de 32 verges qui aurait créé l'égalité en fin de partie. Ils ont été remplacés par Jacoby Jones et Justin Tucker, qui étrangement, ont été les auteurs des derniers points dans la victoire contre Denver. Jones en captant une passe de 70 verges de Joe Flacco pour créer l'égalité et Tucker en réussissant un placement de 47 verges en deuxième prolongation pour la victoire.

J'ai bien hâte de voir si Flacco sera en mesure de poursuivre sur sa lancée. On constate depuis le début des éliminatoires que le plan de match est vertical en attaquant les zones profondes de façon agressive. Flacco a un bon bras et il donne la chance à ses receveurs Anquan Boldin et Torrey Smith de réussir les gros jeux. Et ça fonctionne, car depuis le début de la ronde éliminatoire, le quart des Ravens a réussi cinq passes pour des touchés et il n'a pas été intercepté. Autre point en faveur de Flacco, il a réussi huit de ses 12 passes de plus de 20 verges pour des gains de 324 verges et trois touchés.

La longue passe est dans le plan de match des Ravens depuis que le coordonnateur offensif Jim Caldwell a trouvé le filon et que Flacco complète bien ses passes. D'ailleurs, la passe dans les zones profondes s'avère un complément naturel lorsque tu peux compter sur Ray Rice comme porteur de ballon. Baltimore pourrait donc avoir du succès avec son attaque aérienne contre la défensive des Patriots, qui a un peu de difficulté à contrer cette facette de l'adversaire. La défensive des Pats n'est pas reconnue pour appliquer beaucoup de pression avec seulement 37 sacs, ce qui la place en milieu de peloton dans la NFL. Et la ligne tertiaire de la Nouvelle-Angleterre accorde beaucoup de longs jeux et occupe le dernier rang à ce chapitre. On parle de 74 passes de plus de 20 verges de compléter contre la tertiaire cette saison. J'estime que le quart-arrière des Ravens devra exploiter le tout et lancer dans les zones profondes dès qu'il en aura l'opportunité. En revanche, les hommes de Bill Belichick devront arrêter le jeu au sol avec un maximum de sept joueurs s'Ils veulent surveiller de manière adéquate les longs jeux.

Il faudra que les Patriots compensent cette lacune en appliquant davantage de pression. La semaine dernière, Matt Schaub, le quart des Texans, a tenté 51 passes et il n'a été victime que d'un seul sac. Lors de la troisième semaine contre les Ravens, Flacco avait tenté 39 passes et il n'avait pas été victime de sac de la défensive des Pats, qui devra trouver le moyen d'importuner le quart avec plus de pression. La Nouvelle-Angleterre doit aussi trouver le moyen de faire sortir Flacco de sa zone parce qu'il est très efficace par les temps qui courent. Heureusement, la défensive des Pats a été modifiée avec l'arrivée d'Aqib Talib, ce qui a permis d'utiliser Devin McCourty comme maraudeur, ce qui a eu pour effet de changer la dynamique de la tertiaire, qui peut faire autre chose que de la défensive de zone.

Au-delà de Flacco, la ligne à l'attaque m'impressionne. Cette unité a été revampée tout juste avant la partie contre les Colts lors de la première semaine éliminatoire. Avant cette partie, les Ravens avaient effectué trois changements chez les cinq joueurs de l'unité. On a donné la chance à Bryant McKinnie d'obtenir un départ alors que Michael Oher est allé à droite et Kelechi Osemele est allé au poste de garde à gauche. Ç'a permis à Flacco de bénéficier d'une meilleure protection (la ligne à l'attaque n'a alloué que deux sacs à Denver) et d'utiliser le jeu au sol avec des résultats probants (170 verges au sol contre les Colts et 155 verges au sol contre Denver). De plus, une bonne protection donne le temps nécessaire au quart-arrière pour exploiter les zones profondes.

J'ai l'impression que les Ravens ont modifié leur ligne au moment où ils ont constaté que Michael Oher avait été victime de dix sacs du côté gauche, ce qui a incité le club à le muter avec succès du côté droit où il était plus à l'aise. McKinnie a ainsi pu avoir sa chance, lui qui traînait une réputation d'un joueur qui n'est pas en forme et qui ne prenait pas les choses au sérieux. Maintenant, il est plus en forme que jamais et il joue son meilleur football.

Il faudra observer Osemele, un joueur recrue qui sera garde à gauche. Le défi est immense pour lui contre Vince Wilfork. Ce sera toute une bataille pour Osemele, qui a mal paru à l'occasion lors du dernier match contre Denver. À lui seul, Wilfork est capable de tout détruire. Flacco aime faire un pas vers l'avant dans sa pochette avant de passer, mais si la pression vient de Wilfork, ça risque d'être impossible à faire. Ça risque d'ennuyer les Ravens, qui devront trouver une façon de contrecarrer Wilfork.

Est-ce que la défensive des Ravens sera encore en mesure de tenir le coup? Cette unité a réalisé 87 jeux contre les Colts et 87 jeux contre les Broncos. Contre les Patriots, le tempo risque d'être infernal, eux qui effectuent en moyenne un jeu aux 24 secondes. En 2012, ils ont été impliqués dans 1191 jeux à l'attaque et dans 1082 jeux en 2011; c'est un tempo extrêmement difficile à soutenir pour les défenses adverses. Par ailleurs, j'aime beaucoup la polyvalence des joueurs des Patriots; ils peuvent tout faire avec le ballon. En défensive, il faut donc être tout aussi polyvalent et s'adapter aux situations, parce que Brady trouvera une façon de vous piéger.

Si les Ravens gardent leur défensive régulière, je peux vous garantir que les Patriots vont la découper avec des jeux de passes. Si les Ravens amènent un cinquième demi défensif, les Patriots vont courir. Le challenge s'annonce très grand pour la défensive des Ravens, qui a réalisé cinq revirements en deux parties. En défensive, il faut dire que les Ravens plient, mais ils ne cassent pas. La semaine dernière, les Ravens ont invité Peyton Manning à courir et utiliser davantage l'attaque terrestre, ce qui est intelligent parce qu'on espérait ainsi limiter les dégâts en plaquant. Je ne sais pas si on va essayer la même stratégie et si c'est le cas, Brady va-t-il tomber dans le panneau? Ce serait surprenant.

Je conseillerais aux Ravens de se méfier des Patriots quand ils réalisent un gros jeu qui les amènent en situation de premier jeu et les buts parce qu'à trois reprises, ils ont marqué des touchés contre des Texans totalement désemparés, en utilisant leur cadence ultra-rapide. Les Texans n'avaient juste pas le temps de s'installer.

Les unités spéciales des deux équipes ont eu des ennuis la semaine dernière. Baltimore a alloué deux touchés alors que les unités spéciales des Patriots ont fait défaut sur des bottés d'envois.

Ray Lewis continue de m'émerveiller. Ses performances prouvent qu'il n'est pas dominant comme à ses meilleures années, mais son attitude est exemplaire et il motive grandement ses troupes. Il démontre beaucoup de leadership et il communique beaucoup. Je ne pensais jamais qu'il allait jouer tous les jeux. On ne le voit pas sortir du terrain souvent. Je dirais simplement qu'il est spectaculaire le bonhomme!

Malgré la grande détermination de Lewis, je pense que les Patriots vont l'emporter et atteindre le Super Bowl, car la version de l'attaque des Pats en 2012 est plus équilibrée. La preuve, c'est qu'ils occupaient le 20e échelon pour l'attaque au sol en 2011 alors qu'ils se sont classés au 7e rang cette saison. De plus, je pense que la défense des Patriots, qui a conservé un ratio de plus-25 au niveau des revirements au cours de la saison prendra avantage de l'attaque dirigée par Joe Flacco.