dimanche, 18 nov. 2012. 23:30

MONTRÉAL - Le sport peut parfois être cruel et c'est exactement le sentiment qui habitera Brian Bratton et Éric Deslauriers qui ont commis des erreurs coûteuses, devant 50 112 spectateurs au Stade olympique, empêchant les Alouettes de Montréal d'accéder à la coupe Grey pour la quatrième fois en cinq ans.

Les hommes de Marc Trestman ont échappé cette rencontre au compte de 27 à 20 face aux Argonauts de Toronto qui jubilaient à l'idée de disputer le match de championnat dans leur ville dimanche prochain. Ils croiseront avec le fer avec les Stampeders de Calgary qui ont vaincu les Lions de la Colombie-Britannique dans l'Ouest.

«Nous n'avons tout simplement pas réussi assez de jeux pour l'emporter et ça commence par les revirements que nous avons commis», a analysé l'entraîneur Marc Trestman.

Les Alouettes avaient gagné leurs trois derniers duels en finale de l'Est contre Toronto. Il fallait remonter à 2004 pour retracer une victoire des Argos contre Montréal à ce match et Anthony Calvillo avait été blessé à cette occasion.

Avant d'entrer dans les détails du match, spécifions que Marc-Olivier Brouillette semble avoir évité le pire à la suite d'une blessure épeurante. Le Québécois a été évacué en civière à la suite d'un plaqué sur les unités spéciales et il est resté étendu sur le terrain pendant une dizaine de minutes. Selon les premiers rapports médicaux, il aurait subi une commotion cérébrale et il a quitté l'hôpital en soirée.

Bratton aurait dû pousser le match en prolongation sur la dernière chance des Alouettes, mais il a échappé une passe dans la zone des buts même si le ballon l'a touché en plein torse.

Ce jeu qui confirmait la défaite montréalaise a abasourdi les partisans alors que plusieurs joueurs des Alouettes ont fondu en larmes pendant de nombreuses minutes.

«Je me sens terriblement mal et j'ai l'impression d'avoir laissé tomber mes coéquipiers parce que ce n'est pas à mon propos de moi, c'est l'équipe qui compte et ça me fait mal que nous ayons perdu», a confié Bratton avec des pleurs dans les yeux.

Pourtant, les Alouettes avaient pris les commandes 17 à 10 à la demie, mais ils ont été limités à trois minuscules petits points par la suite.

Ce fut tout le contraire pour les Argos qui ont orchestré une multitude de gros jeux grâce au quart Ricky Ray, au receveur Chad Owens et au porteur de ballon Chad Kackert (139 verges par la course) qui ont tous brillé. L'entraîneur Scott Milanovich, l'ancien coordonnateur offensif des Alouettes, a aussi joué un rôle majeur dans cette remontée.

Du côté des Alouettes, Calvillo refusait de blâmer ses coéquipiers et il prenait plutôt la responsabilité sur ses épaules. Le vétéran quart a été victime de deux interceptions de l'excellent Marcus Ball.

«C'est une sensation horrible! Nous avons tout simplement commis trop de revirements et trois points ce n'est pas suffisant en deuxième demie. Ce sont des choses qui vont finir par te coûter cher contre une telle équipe», a raconté Calvillo qui ne voulait pas songer à son avenir pour l'instant.

Avant d'obtenir la dernière chance à Bratton, c'est Deslauriers qui a gaffé en se faisant arracher le ballon par Pacino Horne alors qu'il était arrivé à la ligne de 26 des Argos. Les Alouettes tiraient déjà de l'arrière 27-20 à ce moment.

«J'essayais de gagner quelques verges supplémentaires et j'ai perdu le ballon en me retournant…», a raconté Deslauriers avec une vive déception. «Pour être honnête, je croyais que j'avais un genou au sol.»

Les joueurs clés des Argonauts ont trouvé le moyen de s'illustrer dans cette partie. D'ailleurs, Owens a établi un record d'organisation avec 207 verges par la passe.

«Je sentais que j'étais dans une zone de comfort aujourd'hui et ça n'arrive pas souvent. Je ne veux rien leur enlever, mais je n'ai pas ressenti une grande pression de leur part sur moi. J'avais le sentiment qu'ils ne pouvaient pas m'arrêter», a déclaré Owens avant de vanter ses coéquipiers pour leur grande contribution.

Ray a terminé avec sa rencontre avec une passe de touché à Dontrelle Inman tandis que Kackert a marqué l'autre touché sur une explosive course de 49 verges.

Dommage pour les efforts de la première demie

En première demie, Montréal avait pris le contrôle de l'affrontement surtout en raison du travail du porteur de ballon Chris Jennings qui a été appuyé par la ligne à l'attaque. Il a réussi le premier touché des siens alors que l'autre appartient à Adrian McPherson sur une faufilade d'une verge.

Durant cette portion du match, l'unité défensive montréalaise a été étincelante en empêchant Toronto de marquer des touchés sur trois poussées très menaçantes en attaque.

Les Argos ont notamment été freinés sur trois jeux consécutifs à moins de deux verges des buts. Brouillette avait justement brillé en contribuant sur deux de ces trois plaqués alors que l'autre a été l'œuvre de Kyries Hebert.

Hebert était à son poste pour les Alouettes malgré une blessure subie cette semaine. C'était le contraire pour le demi de coin Patrick Watkins des Argos.