L’arrivée de Jonathan Drouin suscite beaucoup d’espoir chez le Canadien . Le jeune centre a beaucoup d’outils dans son coffre  ; rapidité, vision du jeu , passes savantes . Même s’il est un peu tôt pour appuyer sur le bouton panique, il n’en reste pas moins que le premier trio et l’ensemble de l’équipe n’a produit que 3 petits buts  dans le même nombre de matchs .Au surplus deux de ces buts furent comptés en désavantage numérique . 

  Bien sûr il y a des signes intéressants dont une attaque à cinq qui bouge mieux la rondelle que par les années précédentes. Il y a des chances de marquer , on lance furieusement mais la lumière rouge derrière le gardien adverse ne s’allume pas . Comme l’a si bien dit Claude Julien , çà manque de finition. À ce chapitre , les résultats ressemblent étrangement aux années précédentes. Price doit garder le score bas en espérant que ses coéquipiers réussissent à compter une ou deux fois .

Julien s’avère être un entraîneur plus patient que son prédécesseur Michel Therrien dans la composition de ses trios . Après trois matchs , il n’a pas rebrassé ses cartes . Deux de ses trois premiers trios créent des chances de marquer . Jusqu’à maintenant, même s’il n’ont rien produit , ce sont Plekanec , Hudon et Lehkonen qui sont les plus menaçants . Le trio de Drouin complété de Pacioretty et de Gallagher ont eux aussi eu leurs chances de marquer . C’est beaucoup plus inquiétant du côté de Danault , Galchenyuk, Shaw dont la chimie semble la plus difficile à percevoir . Ils créent peu de chances de marquer et on attend encore et toujours le réveil de Galchy qui devrait normalement remplir le rôle de buteur .

Therrien avait le don de saisir en cours de match , lesquels de ses joueurs avaient le plus de momentum et de modifier temporairement ses unités . Souvent cela fouettait les troupes et générait un ou plusieurs buts opportuns pour renverser le cours d’un match . Julien jusqu‘à maintenant n’a pas ce talent d’improvisation . 

 Trois petits matchs ne font certes pas une saison mais ce qui est visible de ce début d‘année ressemble étrangement à la saison dernière , soit peu d’attaquants qui dérangent le gardien adverse et beaucoup de lancers décochés  en périphérie . Avec une défensive qui manque de vigueur, Julien se retrouve avec plusieurs défis sur les bras , raffermir l’aspect défensif et relancer une attaque historiquement anémique.