Analyse financière du Canadien

Comme le titre l’annonce, ce texte se veut une analyse brève de l’aspect financier d’une équipe de hockey de la NHL en 2011. Pour faciliter la compréhension, l’équipe étudiée sera celle du Canadien de Montréal, mais l’exercice peut se faire avec n’importe autre organisation.

Le travail du Directeur Général (anciennement nommé le Gérant Général) a beaucoup changé depuis l’installation de bornes salariales puisqu’il doit maintenant composer avec une limite inférieure et supérieure de dépenses. Le Directeur Général a tout le crédit et prend tout le blâme, car il prend la décision finale, mais toute une équipe (comptable, statisticiens, etc) travaille avec et pour lui. Bien sûr, dans certaines équipes, le propriétaire peut avoir le dernier mot dans certaines décisions. Par exemple, à Montréal, je ne dirais pas que G.Molson met des bâtons dans les roues de P.Gauthier, mais il est très impliqué. Plus que G.Gillet… simple comparaison.

Les Bornes Salariales

Pour calculer le Plafond et le Plancher, le calcul est bien simple. La Convention collective (CBA) signée en 2005 prévoit que les joueurs doivent recevoir 57% des revenus (pas des profits) obtenus par la NHL si ce chiffre est supérieur à 2,7 milliards (2’700‘000‘000,00$). Ce nombre est divisé par 30 pour trouver la moyenne. Nous obtenons donc la médiane des bornes salariales. Ajoutons ou soustrayons 8 millions (8‘000‘000,00$) pour obtenir le plafond et plancher. Donc, l’étendue entre les deux bornes est toujours égale à 16 millions.

La formule : (revenus X 0,57) / 30… +/- 8 000 000,00$

Un économiste dirait qu’il ne faut pas instaurer un salaire minimum (plancher) plus élevé que l’offre du marché. Le problème dans la NHL, c’est que le marché est différent pour chaque équipe. Je ne ferai pas une analyse approfondie du plafond-plancher, vous êtes capable d’en faire vos déductions et elles seront aussi bonnes que celles d’un analyste professionnel.

Les bornes ont joué un rôle positif dans les cahiers de ses créateurs. Je m’explique. En 2005, le but était de créer une parité dans la ligue. La NHL voulait, en clôturant les dépenses, regrouper les équipes au niveau salarial… et donc au niveau talent sur glace. Aussi, une équipe qui se situe dans les bas fonds de la ligue peut aspirer à faire les séries aussi tôt que l’année suivante puisqu’elle dispose théoriquement du même budget pour attirer des joueurs autonomes durant l’été. Donc l’espoir ne disparaît jamais. Les partisans d’une équipe de derniers rangs vont donc revenir l’année d’après, car ils ne perdront jamais espoir ! Ouin…

Tout ça, c’est bien beau dans les cahiers, mais en pratique, le résultat n’a pas été exactement le même. En fait, le plancher salarial est en train de tuer certaines organisations. On a juste à penser au Trashers d’Atlanta… En septembre 2011, Dale Tallon (Panthers de la Foride) a avoué avoir sur-payé des joueurs de calibre moyen pour atteindre le plancher salarial.

Aussi, partant du fait que les partisans sont « propriétaires de l’équipe » puisqu’ils payent… Pourquoi est-ce que les équipes qui ne réussissent pas à remplir leur stade devraient avoir le même budget que les équipes riches ? Tout simplement car les partisans ne sont pas les seuls à fournir des revenus. Les contrats de télévision sont importants. Par exemple, le Canadien : 21‘273 sièges à un prix moyen de 88,67$ = 1‘886‘276,91$. Le Canadien se fait donc, en revenus, près de 2 millions par match. Ce nombre multiplié par 41 matchs donne une recette totale de 77‘337‘353,30$. En masse pour payer les joueurs. Mais ce n’est pas énorme pour toutes les autres dépenses.

Notez bien que je ne suis pas en désaccord avec l’installation d’un plafond salarial. Même que si Winnipeg peut avoir une équipe aujourd’hui grâce au plancher salarial qui a tué les Transhers, j’en suis bien content. Mais bon, si j’étais un fan de hockey en Georgie, mon discours serait différent. Aussi, il faut continuer d’avoir une certaine parité. Je dis bien « certaine » parité… Pas une parité totale, car ça enlèverait les responsabilités des dirigeants. Si, en l’espace d’un été, une équipe peut se modifier au complet et racheter toutes ses erreurs, les Directeurs Généraux ne réfléchiront plus avant d’offrir des contrats : « Si ça ne fonctionne pas, tant pi je m’en débarrasse l’été prochain ».

Alors, gardons le plafond salarial… Et les équipes qui ne peuvent plus suivre vont disparaître… Dont Phoenix !

Deux problèmes

Le Canadien a fait face à deux problèmes durant les 6 derniers qui n’ont pas réellement été médiatisés. Premièrement, oui le Canadien a tendu une perche du côté de Jaromir Jagr. Une chicane à l’interne a fait avorter les discussions, mais est-ce que le Canadien aurait réellement pu rivaliser avec les Flyers ? Deuxièmement, Scott Gomez se blesse le 20 octobre et revient le 12 novembre… Pourquoi cette date?

Le cas Jagr

Je ne divulguerai pas les noms des personnes impliquées dans cette chicane, mais une petite recherche sur les réseaux sociaux et vous trouverez assez facilement. Mais bon, même sans chicane, ça aurait été difficile pour le Canadien. Le taux d’imposition à Philadelphie est de 38,1%. Celui de Montréal ? 48,2%. Et là, je ne parle pas du pourcentage que les joueurs redonnent à la ligue (18% je crois…pas sûr) car c’est le même pour tous les joueurs. Donc, si on considère seulement le taux d’imposition, Jaromir Jagr qui a un salaire de 3‘300’000$ garderait :

À Phildadelphie : (1–0,381) X 3‘300‘000 = 2‘042’700$

À Montréal: (1–0,482) X 3‘300‘000 = 1‘709’400$

Pour que Jagr reçoive le même salaire, il aurait donc fallu pour le Canadien lui offrir :

2‘042’700$ / (1–0,482) = 3‘943’436$

Auriez-vous offert 4 millions à Jagr?

Personnellement, oui ! Mon humble avis.

Le cas Gomez

Scott Gomez se blesse le 20 octobre à Pittsburgh et revient le 12 novembre à Nashville… Pourquoi cette date? Si Gomez n’est pas rétabli à 100%, pourquoi précipiter son retour ? Ce n’est pas comme s’il allait nous faire gagner assurément… En plus, en jouant 12:06 à l’aile du quatrième trio. Aussi, il est important de noter que la liste des blessés à long terme (LTIR) dit qu’un joueur doit manquer 10 match ou 24 jours. En comptant du 20 octobre au 12 novembre (sans compter les extrêmes), on trouve 22 jours. Si Gomez avait été blessé deux jours de plus, le Canadien aurait soustrait 24 jours aux 185 jours de payes de la saison 2011–2012 et l’équipe aurait eu 954’440$ de plus à dépenser.

La formule : 7’357’143-(7‘357‘143 X (185–21) / 185) = 954’440$

Le retour de Gomez a sorti Mike Blunden de l’alignement… Non. La sorti de Mike Blunden a poussé Gomez à revenir plus vite. Si Blunden était resté avec l’équipe encore quelques temps, il aurait du passer au ballotage pour retourner à Hamilton.

Le Canadien a donc décidé d’être sûr de garder Mike Blunden dans l’organisation en sacrifiant presqu’un million de lousse.

Auriez-vous pris la chance de perdre Blunden au ballotage pour avoir 954’440$ de plus de lousse pour transiger à la date limite en mars 2012 ?

Pourquoi est-ce qu’un directeur général voudrait absolument garder un joueur… Et que le coach fait jouer ce même joueur moins de 3 minutes par match ? Oups… Ai-je insinué que Gauthier-Martin ne va pas très bien…? On a juste à penser à Cole. Le DG va chercher un joueur à gros prix et son coach le fait jouer 11 minutes… Mais bon, il y a plein d’autres facteurs que nous ne connaissons pas. (Cole était-il en bonne forme physique ? Voulait-on donner du temps de glace à Kostitsyn pour pouvoir l’échanger ? Oui.)

.

.

.

.

.

.

.

.

La liste de paye du CH

(la photo en haut du texte a été prise en « printscreen » d’un fichier excel de mon ordinateur)

UFA : Le joueur doit signer avant le 1er juillet 2012. Sinon, il pourra négocier avec n’importe quelle équipe à compter de midi (heure de l’Est) à cette date.

RFA : Le joueur doit signer avant le 1er décembre 2012. Sinon, il ne sera pas éligible à jouer dans la LNH pour tout le reste de la saison 2011–2012 et il sera UFA le 1er juillet 2013… À midi (heure de l’Est).

Le nombre de jours avec l’équipe :

Un joueur compte (Cap hit) sur la liste de paye du Canadien seulement pour les jours qu’il passe avec l’équipe.

Lorsqu’un joueur est rappelé de Hamilton, le nombre de jours est calculé en comptant la journée du rappel… Sauf si le rappel se fait après 17h00 (heure de l’Est).

IR :

Un joueur qui est placé sur la « Injury Reserved » continue de compter sur la liste de paye. Toutefois, il ne compte plus sur la liste des joueurs. Une équipe peut avoir au maximum 23 joueurs sous contrat dans la NHL en même temps.

LTIR :

Le salaire du joueur qui est placé sur la « Long Term Injury Reserve » ne compte pas pour tous les jours où il est sur cette liste. Cette liste est rétroactive. Par exemple, Andreï Markov : S’il revient au jeu mercredi le 16 novembre 2011, Pierre Gauthier va placer Markov sur la LTIR le 15 novembre en disant « il s’est blessé le 6 octobre 2011». Donc, le salaire de Markov ne compterait pas du 7 octobre au 15 novembre inclusivement. Le Canadien sauverait 40 jours sur les 185 (le calendrier s’étale du 6 octobre 2011 au 8 avril 2012).

La formule Markov : 5 750 000 X (185–40)/185 = 4 506 757$

Donc, pour ceux qui ont hâte de revoir Markov, dîtes-vous que plus vous attendez, plus Pierre Gauthier aura de marge de manœuvre en mars (période de fin des échanges).

AHL - NHL

Le nombre de jours passés avec l’équipe est calculé en prévoyant que le joueur va rester avec l’équipe jusqu’à la fin de la saison. Par exemple, Frédéric St.Denis a été rappelé le mardi 15 novembre à 17h10. Puisque c’est après 17h00, la journée du 15 novembre ne comptera pas. Du 16 novembre 2011 au 8 avril 2012, il y a 144 jours.

La formule St.Denis : 605’000 X (144/185) = 470 919$

Si Frédéric est rétrogradé à Hamilton le 20 novembre : 605 000 X (5/185) = 16’351$

Si Frédéric est rappelé de nouveau le 03 décembre à midi: 605 000 X (132/185) = 431’676$

Brendan Nash et Hunter Bishop

Ces deux joueurs se sont blessés au camp d’entraînement. Un joueur blessé ne peut pas être rétrogradé dans la AHL. Il compte donc sur le cap hit du Canadien selon cette règle : Un joueur blessé au camp d’entraînement ne peut pas être rétrogradé avant d’être totalement remis de sa blessure et compte sur la masse salariale en comptant le nombre de jours passés avec l’équipe lors de la dernière saison.

Brendan Nash a passé 4 jours sur les 186 de la saison 2010–2011

Hunter Bishop a passé 0 jour sur les 186 de la saison 2010–2011 (aucun)

La formule Nash: 900 000 X (4/186) = 19’355$

La formule Bishop: 900 000 X (0/186) = 0$

NTC / NMC

No trade clause :

Le joueur ne peut être échangé sans son consentement. Il peut accepter ou refuser un échange. Toutefois, ce joueur peut être soumis au ballotage ou bien envoyé dans les mineures sans qu’il n’ait un mot à dire.

No movement clause :

Le joueur ne peut pas être échangé, soumis au ballotage, réclamé par une autre équipe ou envoyé dans les mineures sans son consentement. Toutefois, cette clause ne le protège pas d’un rachat.

Scott Gomez : Chaque 1er juillet, il doit donner une liste de trois équipes au Canadien. Ces équipes sont celles où il n’accepterait pas d’être échangé. Pour la saison 2011–2012, le Canadien ne peut l’échanger à Calgary, Winnipeg et Edmonton.

Andreï Markov : Chaque 1er juillet, il doit donner une liste de quinze équipes au Canadien. Ces équipes sont celles où il n’accepterait pas d’être échangé.

Alexeï Emelin : s’il est rétrogradé dans la AHL, il peut retourner sans problème en Russie.

Aucune information à propos des NTC des joueurs suivants :

Tomas PLekanec

Brian Gionta

Mike Cammalleri

Erik Cole

La ntc "35 et plus" de Spacek

Puisque Jaroslav Spacek a signé un contrat de plusieurs saisons lorsqu’il était âgé de plus de 35 ans, le salaire de celui-ci restera sur la masse salariale du canadien, même s’il prend sa retraite. La seule diminution possible est si Spacek est envoyé dans la AHL (à partir de la 2e saison du contrat). Dans ce cas-ci, 1 million serait soustrait de la masse salariale. Par exemple, si le Canadien envoi Jaroslav Spacek aux Buldogs de Hamilton le 16 novembre 2011, il compterait tout de même pour 2 833 333$ sur la masse salariale du Canadien.

.

.

.

J’en profite aussi pour saluer un ami personnel !

Twitter : https://twitter.com/#!/El_Cloun

Site internet : http://www.canadiens-montreal.com/

.

.

.

.

Et moi même :

Captain_Doc

Twitter : https://twitter.com/#!/Captain_Doc