L'offensive est en baisse, l'offensive est en baisse.....

Ça fait combien de temps que l'on entend les experts le dire? Vingt ans?

Les bonzes de la LNH tentent par tous les moyens d'augmenter le nombre de buts dans la meilleure ligue au monde. Abolition de la passe de deux lignes, zones interdites aux gardiens pour manier la rondelle, réduction de la grosseur de leur équipement et laisser les joueurs de l'équipe fautive sur la glace lors d'un dégagement refusé sont tous des changements apportés ces dernières années qui, en bout de ligne, ont donné si peu de résultats au final.

La saison 1992-1993 est mémorable pour plusieurs. Les Montréalais chérissent la dernière coupe du bleu-blanc-rouge, alors que plusieurs autres ont en mémoire l'une des saisons les plus offensives de l'histoire de la ligue. Cette année-là, vingt-et-un joueurs ont amassé cent points ou mieux et quatorze (14!!!) ont marqué cinquante buts ou plus, dont Alexander Mogilny et Teemu Selanne, qui en avaient marqué 76 chacun.

Aujourd'hui? Même si le hockey est une science plus exacte qu'elle ne l'a jamais été, que les joueurs sont plus forts physiquement, meilleurs patineurs et meilleurs manieurs de rondelle que jadis, les gardiens et les systèmes défensifs se sont aussi cruellement améliorés, de sorte que les matchs de 7-6 en prolongation que nous aimions tant ne sont plus légion et un gardien avec une moyenne de buts alloués de 3 par match ou plus n'a pas sa place dans la LNH...

Quelqu'un se souvient de la saison 2003-2004, celle avant l'avant-dernier lock-out? Trois joueurs s'étaient partagés les honneurs de trophée Maurice-Richard. Jarome Iginla, Rick Nash et Ilya Kovalchuk ont remporté la palme grâce à leurs 41 buts! Jamais l'emblématique trophée de notre Maurice chéri n'aura-t-il été attribué à des buteurs à la production aussi basse lors d'une saison complète. Cette saison était supposément la dernière de la ''Dead Puck Era'' (ou ère de la rondelle morte en français).

Revenons au moment présent...si la tendance se maintient, aucun joueur n'atteindra la marque mythique des cinquante buts cette saison, ce qui serait une première en treize ans. Sidney Crosby avait bien débuté en marquant un but par match pendant un long moment, mais il en compte présentement 28 en 43 joutes. À ce rythme, il bouclera la présente campagne avec 49 buts. Pas mauvais, mais pas cinquante!

Suivent derrière Alexander Ovechkin, Cam Atkinson, Jeff Carter et Max Pacioretty, qui affichent tous 24 buts au compteur. Pour les voir atteindre la marque tant recherchée chez les buteurs de l'élite, cela prendra un miracle, rien de moins! 

Si aucun joueur n'atteint la mythique marque de Saint-Maurice, ça sera la première fois depuis la fameuse saison 2003-2004 qu'aucun patineur de la LNH n'atteindra les cinquante buts. Et on peut dire merci à Alexander Ovechkin car, lors des trois dernières saisons, il a été le seul à atteindre la cinquantaine. L'an dernier, c'était juste, car il a terminé avec....cinquante buts!

Sommes-nous en train d'entrer dans une nouvelle ère où l'offensive sera à nouveau reléguée en second plan? Les puristes de la défensive et les entraîneurs pourraient s'en frotter les mains de satisfaction, mais pour le spectacle, ça serait une très mauvaise chose. Le but du jeu n'est-il pas de marquer...des buts?

La LNH réussira-t-elle un jour à favoriser considérablement l'offensive, ou passera-t-on encore et toujours notre temps à comparer les époques, sans que les chiffres restent conséquents d'une ère à l'autre?

Tant de questions depuis vingt ans, pour si peu de réponses....

Bonne journée mon Grand (Club) !

Sources : hockeydb.com, hockey-reference.com, nhl.com, wikipedia.org