Comment «tanker» en hypocrite?

Tanker définition : Finir le plus bas possible au classement pour obtenir le plus haut choix de repêchage possible. 

Pour certains, le tank est un phénomène dangereux, rien ne garantit que le choix de première ronde sera bon et qui sait il pourrait être long à développer.  Un argument que les anti-tank vont nous ramener est qu’il est impossible d’amener des joueurs automne dans une équipe perdante.  Ces partisans raffolent de l’ère Bergevin, échanger tout ses choix de deuxième pour se bâtir une équipe incolore et sans saveur, mais qui fera les séries 2 ans sur 3 les remplit de bonheur.  

Présentement le Canadien est avant-dernier et selon les experts en statistique la flanelle n’a que 10 % de chances de faire les séries. Je crois qu’il faut déjà abandonner cette saison et viser le repêchage.  Voici comment Claude Julien et Marc Bergevin nous aideront à gagner notre pari AllinforDahlin. 

5- Sacrer tous les choix de première round sur le 4e trio.

Ce soir, contre les kings de Los Angeles, Nikita Scherbak ( 2014 ), Alex Galchenyuk ( 2012 ) et Michael Mccaron ( 2013 ) évoluent sur le 4e trio. 

Vous ne verrez jamais ça ailleurs, demandez vous pourquoi.

4- Faire jouer Plekanec à toutes les sauces.

Le no 14 aussi surnommé le col roulé a compté 3-4 buts dans les 60 derniers matchs. Oui, mais il est bon sans la rondelle comme nous dirait Claude Julien.

C’est ça Claude, ça a beaucoup de bon sens que Plekanec joue plus que Drouin et Galchenyuk.  Au moins ça nous aide avec notre plan Dahlin. 

3- Ne rien faire

«La meilleure transaction est celle que l’on n’a pas faite» - Un sage

Cette semaine, Marc Bergevin a déclaré qu’il ne ferait rien pour aider son club. Que la solution était à l’interne. L’interne c’est Mccaron et DelaRose, encore une fois Bergevin suit le plan. 

2- Être radin

Le Canadien a 9 millions de lousses sur la masse salariale. Il en a profité pour vous donner un 2e hotdog à moitié prix. L’équipe qui dépense le moins cette année est phœnix et ils sont derniers.  Il y a assurément un lien à faire entre argent dépensé et position au classement. 

1- Avoir un Shaw dans la gorge. 

Un autre bon truc pour s’assurer de ne pas connaître trop de succès est de continuer à faire jouer Andrew Shaw sur le power play.  Depuis son arrivée à Montréal il est le moins productif du club en Powerplay pourtant on le voit toujours sur la glace.  Un joueur d’énergie comme dirait Dany Dubé

 

Ce partisan y croitSource: Mes photos
Légende: Ce partisan y croit