On sait maintenant que la LNH est prête à mettre de 211 millions de dollars dans le montant intégral (make whole) pour couvrir à 100 % les salaires des joueurs qui sont déjà sous contrat lors des deux premières saisons de la prochaine convention collective.

On parle ici d’un rapprochement de la part de la ligue, mais ce n’est pas suffisant aux yeux de l’Association des joueurs. Pourquoi? Parce que Don Fehr est prêt à faire passer le pourcentage des revenus reliés au hockey des joueurs à 50 % dès la troisième saison de l’entente, à condition que les contrats déjà signés soient payés en entier pendant toute la prochaine convention collective et non pendant deux ans seulement.

Ceci représente donc un écart important entre les offres de la ligue et les demandes des joueurs. En effet, si l’offre de la ligue est de 211 millions, la réalité c’est que pour atteindre les objectifs de l’AJLNH à ce chapitre, il faudrait que la LNH verse 600 millions de dollars.

On pourrait donc dire ici qu’encore une fois un immense fossé sépare les joueurs des propriétaires. Je vous dirais que c’est plus ou moins vrai. La preuve, les deux parties se rapprochent. À petits pas oui, mais quand même.

En étant patients, les joueurs forcent les propriétaires à se rapprocher de leurs demandes. Il y a un peu plus de trois semaines à Toronto, Gary Bettman avait affirmé (encore une fois) que son offre était la meilleure qu’il pouvait donner aux joueurs. Visiblement il avait encore des cartes dans son jeu. Il en a probablement encore, mais il ne faut pas non plus croire que son jeu est illimité.

LE TON MONTE

Ce qui retient l’attention dans les négociations de vendredi, c’est que le ton a changé. En fin de journée, les deux parties se sont rencontrées pour parler du partage des revenus entre propriétaires et aussi du fameux montant intégral. Les discussions ont rapidement tourné au vinaigre et une atmosphère de confrontation régnait.

Certains diront que la présence de Jeremy Jacobs, propriétaire des Bruins, y est pour quelque chose. Jacobs a dû s’absenter des négociations, au cours des derniers jours, en raison d’un virus. Il appert que les pourparlers se déroulaient bien… jusqu’à son retour.

Mais ce qui a mis le feu aux poudres, c’est qu’après la rencontre, la LNH a insinué que Don Fehr renseignait mal ses membres.

Mathieu Darche est venu à sa défense dans un communiqué qu’il m’a fait parvenir. « Totalement et complètement faux. L’Association des joueurs n’a jamais été aussi transparente. J’espère ici qu’on parle de spéculations, parce que c’est loin de la vérité. Je pense que c’est scandaleux juste d’y penser. Don, les employés et les joueurs présents aux négociations sont en contact avec tous les joueurs de façon quotidienne. J’ai d’ailleurs répondu à entre 20 et 25 courriels, appels ou messages textes tous les jours cette semaine. »

En tout cas, une chose est certaine, on ne s’ennuie pas avec Don Fehr et Gary Bettman. Maintenant il reste à savoir quand les deux hommes vont se rencontrer. L’AJLNH est sceptique et croit que la ligue refusera de continuer les pourparlers ce week-end. La réponse samedi.