Même s’il n’y a toujours pas de saison dans la LNH, on ne peut pas dire que l’action manque. Évidemment ce ne sont pas les acteurs du lock-out que les gens veulent voir. Mais ceux qui étaient à New York jeudi et qui ont vécu cette journée folle vont s’en souvenir longtemps.

D’abord, Don Fehr a rencontré les membres des médias, en début de soirée, pour annoncer qu’on n’était pas loin d’une entente. L’AJLNH acceptait que le montant intégral soit de 300 millions. Ensuite, elle acceptait que les contrats soient d’une durée maximum de huit ans (et non cinq ans comme Gary Bettman le souhaite), tout en souhaitant que le contrat de travail soit de huit ans, avec la possibilité que les joueurs mettent fin à la convention collective après six saisons.

Par la suite, les joueurs ont rencontré les journalistes pour discuter de l’offre et de la possibilité qu’elle soit acceptée. Dix minutes plus tard, coup de théâtre, Don Fehr est de retour dans la salle de presse pour annoncer aux amateurs de hockey (canadiens surtout) que la ligue rejette l’offre des joueurs et qu’il est fort probable qu’il faudra attendre encore très longtemps avant qu’une saison débute.

Par la suite, Gary Bettman et Bill Daly sont venus s’expliquer devant les membres des médias et rarement a-t-on vu Gary Bettman aussi agité, alors que son niveau de frustration était visiblement très grand.

QUEL EST LE PROBLÈME?

Il est quand même dommage que les efforts des propriétaires et joueurs modérés n’aient pas porté fruit.

Mais pourquoi la LNH n’a pas décidé d’accepter l’offre de la LNH comme elle l’était, surtout après avoir convenu que le montant intégral allait être de 300 millions de dollars?

Tout repose surtout sur la durée des contrats qui serait d’un maximum de cinq ans, l’AJLNH soutient que cette restriction ferait grandement mal à la « classe moyenne » chez les joueurs. On utilise ce qui se passe dans la NBA, alors que quelques joueurs touchent énormément d’argent, mais les salaires des autres sont poussés vers le salaire minimum, afin de respecter le plafond salarial.

OFFRE RETIRÉE

Gary Bettman a maintenant affirmé qu’il retirait les 100 millions de dollars additionnels qui ont été accordés aux joueurs dans le montant intégral, ce qui veut dire que techniquement, les deux parties n’ont plus d’entente sur ce principe très important.

Il faut prendre la menace des propriétaires au sérieux.

Reste qu’il serait surprenant que les propriétaires refusent de remettre les 100 millions de dollars sur la table si les joueurs acceptaient la dernière offre de la ligue dans quelques jours.

Bref, si on analyse le processus, on n’a jamais été aussi près d’une entente. La prochaine séance de négociation sera la bonne d’après moi. À moins que les deux parties refusent de faire encore des compromis, ce qui serait très surprenant.