Plus de dix ans après les derniers tours de roues de Jacques Villeneuve en F1 au Grand Prix d'Allemagne en juillet 2006, au volant d'une BMW- Sauber, le québécois de 18 ans,  Lance Stroll effectuera ses débuts officiellement ce week-end au volant d'une Williams,  même écurie  avec laquelle Jacques Villeneuve avait fait ses débuts au Grand Prix d'Australie à Melbourne en 1996 où il avait  obtenu la pole à sa première séance de qualifications et terminé 2e en course derrière Damon Hill, champion F1 en 1996. Que de beaux souvenirs. Beau retour des choses, il va sans dire avec l'arrivée du québécois mais aucune comparaison n'est possible avec Villeneuve. L'expérience, le contexte et la qualité de la voiture ne sont évidemment pas les mêmes.  Fils de Lawrence Stroll, milliardaire et propriétaire notamment du circuit du Mont-Tremblant, le jeune Stroll mérite d'emblée sa place parmi les meilleurs pilotes du monde puisqu'il a gagné partout où il est passé depuis ses débuts en sport automobile plus précisément en monoplace. Apprenons à mieux connaître le parcours de cette nouvelle recrue en F1.

Comme la plupart des pilotes, il a fait ses débuts en Karting où il a remporté plusieurs titres. Il a aussi fait partie de la Ferrari driver Academy. En 2014, à 15 ans, il a débuté en monoplace dans le cadre du championnat d'Italie de Formule 4 avec l'écurie Prema Powerteam où il fut couronné champion en signant 10 victoires en 17 courses. Lors de ce premier championnat, il a terminé l'année avec 10 poles; 10 meilleurs tours et 14 podiums pour un total de 331 points au classement des pilotes. Outre ce championnat en F4, il a aussi participé à 10 courses dans la Florida Winter Series où il a obtenu une pole position et 2 podiums. En 2015, il a couru au championnat de  F3 européen avec l'écurie Prema Powerteam où il a remporté sa première victoire à Hockenheim en Allemagne. Il a terminé 5e au championnat en obtenant au final 6 podiums et 231 points de classement en 32 courses. L'année dernière, il fut couronné champion de Formule 3 avec Prema avec 14 victoires en 30 courses. Dans cette année exceptionnelle, il a obtenu 14 poles; 20 podiums; 13 meilleurs tours, pour un total de 507 points au premier rang des pilotes. De plus, il s'est aussi joint à l'écurie Williams en tant que membre du programme des jeunes pilotes  de l'équipe et aussi en tant que pilote de développement. Une année 2016 bien remplie en vue de sa première saison en F1. Rappelons qu'avec Esteban Ocon, il est le seul pilote  champion  d'Europe de F3 à être passé en Formule 1.

À l'aube de cette nouvelle saison en F1,  force est de constater que  Stroll devra composer avec beaucoup de pression en tant que pilote recrue et, en plus du fait qu'avec les nouveaux changements techniques cette saison, le défi sera supplémentaire. Néanmoins, il faudra évaluer et comparer le québécois en rapport avec son coéquipier le vétéran Felipe Massa ainsi que notamment avec le jeune pilote de Force India, Esteban Ocon, pour avoir une meilleure idée de la progression de Stroll en 2017. Rappelons que Williams-Mercedes avait fini au 5e rang des constructeurs en 2016. Elle possède tout de même le moteur Mercedes qui pourrait l'avantager au cours de ce championnat 2017. Il est possible de croire que Williams pourrait terminer parmi les quatre premières équipes au classement derrière les Mercedes qui partent favoris, Ferrari qui a bien fait dans les essais hivernaux et Red Bull. De plus, l'arrivée d'un québécois en F1 ne peut qu'augmenter la popularité du sport au Québec et au Canada et par le fait même de consolider le Grand Prix du Canada à Montréal pour de nombreuses années au delà de 2029. Vivement un commanditaire principal pour l'événement! Pourquoi pas Bombardier? Bonne saison 2017.