Salut à toi, amateur de grands retours

Un retour attendu, des doutes, un énorme défi. Georges St-Pierre a comblé le premier avec brio, dissipé les deuxièmes sans équivoque et a relevé le dernier de façon spectaculaire hier soir au MSG de New York dans ce UFC 217 qui se retrouvera certainement parmi les galas les plus excitants présentés par l’organisation.

De retour au sommet donc, champion incontesté des poids moyens, dans une éclatante victoire par étranglement arrière dans la 5ème minute du 3ème round. St-Pierre est parvenu à ébranler le champion défendant Michael Bisping à quelques reprises, ne subissant que peu de dommages lui-même. Une vilaine coupure due à un contact avec le sol laisse présumer que GSP s’est fait faire mal mais il n’a été frappé solidement qu’à deux ou trois occasions.

Réussissant des amenées au sol assez facilement malgré la différence de poids, se servant de sa rapidité, il a aussi prouvé que sa force de frappe est toujours une arme dangereuse. Souvent critiqué pour ne pas être capable de finir ses adversaires (son dernier combat ne s’étant pas rendu à la décision des juges remontait au 31 janvier 2009 quand le coin de BJ Penn avait décidé d’arrêter le combat après le 4ème round) et de toujours vouloir amener ses adversaires au sol, il a fait exactement le contraire hier soir. Conseillé par le légendaire Freddie Roach à la boxe, il a été d’une précision chirurgicale dans ses coups de poings.

St-Pierre n’a pas voulu plancher sur ses prochains adversaires ni sur la catégorie de poids où il entend évoluer à l’avenir mais Robert Whittaker l’attend de pied ferme. Il a un peu été laissé dans l’accotement pour faire de la place au retour du Québécois mais il croit que la chance au titre lui appartient désormais. À suivre!

Deux autres champions ont perdu leurs titres respectifs hier soir alors que l’ancien champion TJ Dillashaw a surpris un peu tout le monde, et surtout Cody Garbrant, en l’atteignant solidement d’un coup de pied à la tête avant d’en finir d’une attaque soutenue qui a suffisamment convaincue l’arbitre d’arrêter le combat au milieu du second round.

Tranquille jusque-là, les deux agressifs combattants se sont étudiés longuement sans trop faire de flammèches en début de combat. Ce n’était toutefois qu’une question de temps avant que le feu prenne et que la soirée se termine mal pour un des deux. Ce fut au tour de Garbrant cette fois-ci. Après une saison tumultueuse à l’Ultimate Fighter, on peut penser que l’on retrouvera ces deux protagonistes dans l’octogone bientôt.

L’autre surprise à été causée par Rose Namajunas qui a vaincue la championne invaincue jusqu’alors Joanna Jedrzejczyk en l’atteignant solidement dans les premières minutes du premier round. Jedrzejczyk a beaucoup parlé avant le combat et n’a pu démontrer que ses paroles pouvaient la suivre dans la cage. Namajunas a semblé fort émue lors de l’annonce de sa victoire, peu lui donnait une chance de ravir le titre à la championne. C’est maintenant chose faite et elle aura surement des offres pour un combat revanche là aussi.

Le reste de la carte principale était composée de Stephen Thompson qui a vaincu Jorge Masvidal par décision des juges et Johny Hendricks, qui rêvait d’une revanche face à St-Pierre, qui s’est fait passer le KO par Paulo Costa. Disons que la côte sera longue à remonter pour Hendricks s’il veut retrouver GSP au sommet.    

Crédit photo : triplem.com.au