À 5’7″ (1m70), Diego Schwartzman est l’un des plus petits joueurs du circuit ATP. Toutefois, sa grandeur ne l’empêche pas de jouer comme un géant, chose qu’il a démontrée une fois de plus ce vendredi, à Flushing Meadows. En effet, l’Argentin de 25 ans, qui a été la coqueluche non-canadienne de la dernière Coupe Rogers, a vaincu un deuxième joueur du top 10 en un mois, prenant la mesure de la septième raquette mondiale, Marin Cilic.

L’euphorie de la victoire
(Photo: Getty Images)

Dans un duel en dents de scie, âprement disputé, Schwartzman a défait la cinquième tête de série de l’U.S. Open 4-6, 7-5, 7-5, 6-4 et accède ainsi à la deuxième semaine d’un Grand Chelem pour la première fois de sa carrière.

La montée en puissance du « Petit » (el Peke, son surnom) n’est pas un hasard. L’an dernier, il avait remporté son premier titre en carrière, à Istanbul, avant qu’une fracture du pouce durant l’été ne freine sa progression. Depuis, il a intégré Juan Ignacio Chela à son équipe, de même que Martiniano Orazi, l’ancien préparateur physique de Juan Martín del Potro. Ces deux additions lui ont permis d’ajouter de la masse musculaire, mais aussi de travailler sur certains éléments léthargiques de son jeu.

Il a fallu attendre quelques mois, mais depuis Monte-Carlo, les résultats se font sentir, et Schwartzman ne cesse de grimper au classement. Pour l’instant assuré de percer le top 30, il pourrait être le numéro un argentin à la fin de l’U.S. Open, tout dépendant de l’issue du tournoi, tant pour lui que pour del Potro.

SCHWARTZMAN: UNE INSPIRATION POUR PLUSIEURS

Les récentes performances de Diego Schwartzman sont une inspiration pour plusieurs personnes de petite taille, qui croient que le tennis est réservé aux grands.

Qu’est-ce que cela signifie pour lui?

« J’espère que, peut-être, ils comprendront que le tennis est pour tout le monde. Ce n’est pas juste pour les grands gars. Parfois, ça aide beaucoup si tu es grand, parce que tu peux servir plus fort et tout faire plus rapidement depuis la ligne de fond. Leurs bras sont plus longs que moi!

« Mais j’ai toujours été comme ça, et j’ai toujours essayé d’améliorer mon tennis et de ne pas penser [à ma taille]. »

Il a tellement bien compensé qu’il est, à ce jour, le deuxième meilleur relanceur du circuit, derrière Andy Murray… et devant Rafael Nadal!

Et pour aujourd’hui, comme l’a tweeté avec justesse Maria Noel Serrano (l’épouse de Carlos Berlocq): « Nous somme tous des Petits. »

Diego Schwartzman montre présentement à tous que ce n’est pas parce qu’on est petit qu’on ne peut pas jouer au tennis comme un géant.

Merci pour l’inspiration, Diego!