Les Jeux olympiques d’été ayant eu lieu à Rio de Janeiro ont fait vivre bien des émotions au monde entier au cours des dernières semaines. Surprises, déceptions et réussites étaient au rendez-vous chez toutes les nations y compris le Canada qui a récolté 22 médailles soit 4 d’or, 3 d’argent et 15 de bronze. Voici donc 10 moments canadiens qui ont été marquants lors de la 31e Olympiade.

 

La performance parfaite de Derek Drouin

Aux Jeux olympiques de Londres en 2012, Derek Drouin avait raflé le bronze au saut en hauteur devenant le seul Canadien à remporter une médaille en athlétisme. Aux Championnats mondiaux de 2015, il a remporté le titre dans la même épreuve, ce qui le plaçait parmi les espoirs de médailles pour le pays à Rio. À ces Jeux, Derek Drouin n’a certainement pas déçu atteignant son but de gagner la médaille d’or grâce à une performance exceptionnelle. Effectivement, l’athlète de 26 ans a eu un parcours parfait pendant la finale. Il a notamment réussi un saut à 2,38 m, ce qui lui a valu cette médaille d’or et le titre olympique.

 

Le deuxième titre de Rosie MacLennan

En 2012, à Londres, Rosie MacLennan avait réussi à remporter la médaille d’or au trampoline devant deux Chinoises qui étaient des prétendantes au titre. Quatre ans plus tard, la gymnaste a su répéter son exploit avec brio réalisant une performance solide pendant la finale quelques instants après avoir pris le 3e rang lors des qualifications. Un an plus tôt, Rosie MacLennan avait subi une commotion cérébrale qui aurait pu compromettre sa présence à Rio. Heureusement, elle s’en est remise et a pu reprendre l’entraînement quelques mois après l’incident. Cette épreuve a certainement été difficile pour elle, mais sa persévérance lui a permis de devenir la première athlète canadienne à remporter deux médailles d’or consécutives dans un sport aux Jeux d’été. 

 

Le dernier plongeon de Meaghan Benfeito et Roseline Filion

Depuis une dizaine d’années, les plongeuses Meaghan Benfeito et Roseline Filion s’élancent ensemble du haut de la tour de 10 m. Les Jeux olympiques de Rio étaient les derniers que les deux amies allaient vivre en duo puisque Roseline Filion a annoncé qu’elle ne serait pas des prochains qui auront lieu en 2020. À la finale de l’épreuve du 10 m synchronisé, les deux plongeuses étaient au 5e rang avant la cinquième et dernière ronde. Lors de ce tour, elles ont réalisé une performance de 80,64 points les plaçant sur la dernière marche du podium. Le duo britannique a ensuite connu un plongeon final médiocre, ce qui a confirmé la médaille de bronze aux Canadiennes pour de deuxièmes Jeux consécutifs.

 

La remontée de Brianne Theisen-Eaton

Après avoir remporté la médaille d’argent aux Championnats du monde en 2015, l’heptathlète Brianne Theisen-Eaton avait l’intention de tout donner pour le titre olympique à Rio. Sa compétition n’a toutefois pas commencé comme elle l’aurait voulu à ces Jeux. En effet, après la première journée de l’heptathlon qui comportait quatre épreuves, Brianne Theisen-Eaton se classait au 6e rang. Par contre, elle s’est illustrée pendant les trois événements du second jour. Tout juste avant la course du 800 m, épreuve dans laquelle elle excelle, l’heptathlète était en bonne position pour remporter le bronze, ce qui s’est concrétisé au final.

 

La course de Lindsay Jennerich et Patricia Obee

L’équipe canadienne n’a pas obtenu les performances qu’elle souhaitait dans le bassin olympique à Rio. Effectivement, malgré plusieurs bons espoirs, elle n’a récolté qu’une seule médaille, celle de Lindsay Jennerich et Patricia Obee en aviron sur une distance de 2000 m au deux de couple poids léger. Par contre, le duo canadien ne se dirigeait pas vers le podium étant 5e environ à la mi-course même s’il avait connu un bon départ. C’est alors que les deux femmes ont accéléré pour se retrouver 3e avec moins de 500 m à ramer. À la suite d’une belle course avec les Chinoises, elles ont avancé à la 2e position derrière les représentantes des Pays-Bas et ont ramené une médaille d’argent au Canada.

 

La persévérance de l’équipe féminine de rugby

Le rugby faisait un retour parmi les sports présentés aux Jeux olympiques et l’équipe féminine canadienne qui prenait part à la joute avait un excellent espoir de revenir au pays avec une médaille. Les Canadiennes ont eu un bon tournoi à la ronde terminant 2e de leur groupe et subissant un seul revers contre l’équipe de la Grande-Bretagne. La formation a ensuite triomphé devant la France en quart de finale avant de s’avouer vaincue contre l’Australie en demi-finale. Dans le match de la médaille de bronze, elle retrouvait les Britanniques à nouveau, mais cette fois-ci, a triomphé par un pointage de 33-10 pour monter sur la troisième marche du podium.

 

Les troisièmes Olympiques d’Éric Lamaze

Le cavalier Éric Lamaze n’a pas connu un début de carrière olympique facile lui qui a été retiré de l’équipe canadienne des Jeux de 1996 et 2000 en raison de l’échec de tests antidopage. Ayant réussi à se relever de ces épreuves par la suite, il a participé aux trois derniers Jeux olympiques d’été remportant un total de trois médailles pour le Canada. En 2008, à Beijing, il a gagné l’argent au concours de saut par équipe avant de rafler l’or à l’épreuve individuelle. En 2016, à Rio, il a réalisé un parcours presque parfait en finale du concours individuel lui permettant ainsi de ramener le bronze.

 

Le triplé d’Andre De Grasse

Médaillé de bronze au 100 m et au relais 4x100 aux derniers championnats du monde en 2015, Andre De Grasse était un espoir de podium en athlétisme pour le Canada à Rio. Le sprinteur canadien n’a certainement pas déçu lui qui a remporté deux médailles individuelles et une en équipe. Sa récolte a commencé à la course du 100 m durant laquelle il a remporté le bronze devenant le premier athlète masculin à gagner une médaille pour le pays à ces Jeux. Puis, lors de la finale du 200 m, il a obtenu le deuxième meilleur temps ce qui lui a valu l’argent tout juste derrière le légendaire Usain Bolt. Andre De Grasse a aussi bien fait pendant la finale du relais 4x100 passant la ligne d’arrivée au 4e rang. Toutefois, les États-Unis qui avaient terminé 3es se sont vus disqualifiés, ce qui a fait en sorte que le Canada a pu monter sur la troisième marche du podium.

 

Le record olympique de Penny Oleksiak

La jeune nageuse de 16 ans a su en surprendre plus d’un au cours de ces Jeux. En effet, Penny Oleksiak n’était pas une athlète connue à l’extérieur du monde de la natation, mais est rapidement devenue une étoile montante. Lors du tout premier jour de compétition, elle a mené l’équipe du relais 4x100m en style libre à une médaille de bronze avant de gagner l’argent au 100 m papillon. La jeune nageuse a ensuite continué sur sa lancée en permettant à l’équipe du relais 4x200m de rafler le bronze. Penny Oleksiak a complété sa récolte de médailles avec rien de moins que l’or au 100 m style libre, épreuve dans laquelle elle a réalisé un record olympique en compagnie de l’Américaine Simone Manuel avec un temps de 52,70 secondes. La nageuse est également devenue l’athlète canadienne la plus décorée lors d’une même édition des Jeux olympiques d’été.

 

La ténacité de l’équipe féminine de soccer

L’équipe nationale de soccer féminin avait causé une surprise aux Jeux olympiques de 2012 en remportant la médaille de bronze. Quatre ans plus tard, elle avait comme objectif de repartir avec l’or même si elle comptait dans ses rangs plusieurs jeunes athlètes qui en étaient à leur première expérience olympique. La formation canadienne a commencé le tournoi sur le bon chemin terminant première de son groupe. Elle a d’ailleurs été victorieuse jusqu’au match de demi-finale dans lequel elle a dû s’avouer vaincue contre l’Allemagne qui a finalement remporté le titre olympique. Toutefois, l’équipe féminine de soccer s’est relevée et a battu les Brésiliennes par un pointage de 2-1 pour rafler le bronze une nouvelle fois.