(publié originalement sur editionbaseball.ca.  Auteur: Bryant Masters)

Avouons-le, nous adorons tous les histoires d’Underdogs et/ ou de rédemption. Que ce soit l’équipe olympique Américaine de hockey de 1980, au encore Jim MorrisVince PapaleRocky Balboa ou même Rudy, le parcours improbable de l’obscurité jusqu’aux feux de la rampe a quelque chose d’inspirant. On pourrait maintenant ajouter le nom du voltigeur des Dodgers de Los Angeles, Andrew Toles au groupe 

Pourtant, Toles semblait destiné à un tout autre cheminement. Issu d’une famille d’athlètes, son père Alvin, un secondeur au football professionnel, fut réclamé au 1er tour du repêchage de la NFL de 1985 par les Saints de la Nouvelle-Orléans, équipe avec laquelle il s’aligna de 1985 à 1988, avant qu’une sérieuse blessure au genou mis fin à sa carrière. Ayant été réclamé une première fois au quatrième tour de l’encan 2010 de la MLB par les Marlins de la Floride alors qu’il évoluait à l’école secondaire à Tyrone en Georgie, le jeune Toles déclina l’offre des Marlins pour le programme de baseball de l’Université du Tennessee, l’alta mater du paternel. Son jeu étincelant dès sa première saison lui valut d’être sélectionné au sein de l’équipe All-Freshmen de la conférence SEC en 2011. Toutefois durant la saison morte, un incident hors terrain poussa l’entraîneur Dave Serrano à le mettre à la porte de l’équipe. Toles se retrouva alors avec Chipola College, mais encore une fois, son mauvais comportement le mit dans l’eau chaude et se retrouva suspendu en 2012.

Malgré tout, ses performances sur le losange attira l’attention des éclaireurs des Rays de Tampa Bay, qui le sélectionna au troisième tour du repêchage de juin 2012. Après avoir reçu un boni de signature de 369 700 dollars, le voltigeur débuta sa carrière professionnelle dans la ligue Appalachian au niveau recrue à Princeton. Déjà, la réputée publication Baseball America, l’indentifiait comme meilleur athlète et meilleur coureur de l’organisation des Rays. En 2013 à Bowling Green dans la ligue du Midwest dans le niveau A, il domina en menant le circuit pour la moyenne au bâton et les coups sûrs. Le frappeur gaucher récolta une pléthore d’honneurs: Joueur étoile de la ligue Midwest en mi-saison et en série, joueur étoile de tout le niveau A selon Topps, joueur étoile de l’organisation des Rays selon milb.com et joueur de l’année de tous les filiales de l’équipe. L’année suivante toutefois, alors que Toles évoluait avec les Stone Crabs de Charlotte dans la ligue de la Floride, un conflit éclata avec le gérant de l’équipe, ce qui lui valu d’être placé sur la liste d’inactivité pour ‘’raisons personnelles’’. Au printemps 2015, Tampa Bay décida de libérer leur jeune voltigeur de 22 ans 

Dès lors, Toles en avait ras-le-bol du baseball et se trouva un emploi comme commis au rayon des produits surgelés d’un supermarché durant l’année 2015. Toutefois, la cause ses sautes d’humeur furent finalement diagnostiqués, attribuées à un sévère trouble anxieux.

Maintenant plus stable au niveau emotionel et encore jeune a 23 ans, le voltigeur reprit goût au jeu et décrocha un contrat des ligues mineures avec les Dodgers. Il débuta la saison à Rancho Cucamonga au niveau A avant de se retrouver à Tulsa dans le AA et finalement à Oklahoma City dans le AAA. le 8 juillet 2016, le grand club le rappela et il fit ses débuts dans le ‘’Show’’ soir même, patrouillant le champ centre face aux Padres de San Diego. Il récoltait son premier coup sûr, un double, le soir même. Son premier circuit le 22 août face aux Reds et son premier grand chelem à peine une semaine plus tard le 31 versus les Colorado. Toles termina sa saison recrue avec une fiche de .314, 3 circuits, 16 points produits en 48 matchs. Sa saison de rêve s’est poursuivie en octobre alors que le gérant Dave Roberts lui fît confiance en séries. Il réponda à l’appel en frappant pour .364 en 11 matchs d’après-saison. Les Dodgers lui font encore confiance cette année, lui qui amorça la saison dans l’alignement lors du match inaugural.

Dire que il y’a peine dix-huit mois, Andrew Toles classait des repas congelés en banlieue d’Atlanta au supermarché Kroger et maintenant, il patrouille le champ extérieur du stade mythique des Dodgers.