Qu’est-ce qu’on les deux meilleurs gardiens (jusqu’à présent cette saison) en commun? Un entraîneur des gardiens du nom de François Allaire.

En effet, Craig Anderson des Sénateurs d’Ottawa et Roberto Luongo des Canucks de Vancouver ont travaillé pendant deux mois en compagnie de François Allaire. Quatre jours par semaine, à coup de 90 minutes par jours, François Allaire les poussaient au maximum dans un aréna du sud de la Floride.

Évidemment que du côté des Canucks et des Sénateurs, on est très heureux de voir les performances des gardiens alors que pendant le lock-out, il était impossible pour les entraîneurs de communiquer avec leurs joueurs, encore moins de passer du temps sur la glace avec eux.

François Allaire, qui n’est plus à l’emploi des Maple Leafs, s’est donc assuré que Luongo et Anderson allaient débuter la saison en force. Je lui ai parlé au téléphone jeudi et il a avoué qu’il a adoré travailler avec eux. « Roberto et Craig ne se connaissaient pas, mais ensemble on a fait une très bonne équipe. La chimie était bonne et on avait 5 tireurs sur la glace. Disons qu’on a travaillé très fort. »

Donc à compter du mois de novembre, jusqu’au 15 janvier, ces trois hommes ont passé beaucoup de temps ensemble. Une semaine avant le début des camps d’entraînement, Jean-Sébastien Giguère de l’Avalanche s’est aussi joint au groupe.

François Allaire ne connaissait pas beaucoup Craig Anderson, mais n’est pas surpris de ses résultats, lui qui est premier chez les gardiens (4 matchs et plus) du côté de la moyenne (0,99) et du pourcentage d’arrêts qui est de 967 % « Il a des statistiques phénoménales et il voulait un bon début de saison parce qu’il a de la compétition à l’interne, alors que les gardiens du club école des Sénateurs connaissaient beaucoup de succès. Il savait qu’il était attendu de pied ferme. Il a un excellent coup de patin ce qui est très important pour la position de base. »

Dans le cas de Roberto Luongo, son entraîneur des gardiens à Vancouver, Roland Melanson, me soulignait au camp d’entraînement comment il était dans une forme splendide. Selon François Allaire, Luongo (moyenne de 1,61 et pourcentage d’arrêts de .938 %) était très motivé sur la glace. « Il voulait être au sommet de sa forme pour débuter le camp d’entraînement. Normalement, ses débuts de saison sont plus lents, donc il est en avance présentement parce qu’il a vraiment sa vitesse de croisière. »

ALLAIRE VEUT ENCORE ENSEIGNER

De son côté, François Allaire a avoué qu’il avait encore le goût d’enseigner, donc il est prêt à revenir dans la LNH. Jeudi soir, il ira voir un premier match cette saison, soit celui entre les Jets et les Panthers.

Rappelez-vous, il avait décidé de ne pas retourner avec les Maple Leafs, alors que son contrat arrivait à échéance le premier juillet 2012. Ceci étant dit, il se dit très fier de ce qu’il a accompli avec les Leafs. « On a produit trois gardiens de la LNH dans les trois dernières saisons. Les Maple Leafs n’avaient pas bâti un seul gardien depuis 1993. » Une statistique qui dit tout.

MAX PACIORETTY ÉTONNERA TOUJOURS

Max Pacioretty me surprendra toujours. Je l’ai vu revenir au jeu après s’être fracturé des côtes. Je l’ai vu recommencer à frapper l’adversaire avec vigueur à son premier match, suite à une fracture au cou, et voilà qu’après avoir subi une opération d’urgence (appendice) samedi soir, il était de retour sur la glace jeudi.

Permettez-moi d’être encore surpris. Je lui ai demandé d’expliquer sa décision de retourner jeudi. « Je veux tout faire en mon pouvoir pour revenir au jeu rapidement ce qui veut dire que je dois patiner le plus souvent possible. Je me sens mieux à chaque jour, mais je ne sais pas quand je vais revenir au jeu. »

Le Canadien avait affirmé que son absence serait de trois à quatre semaines, mais on m’a aussi indiqué que ce scénario était optimiste. Finalement, on pourrait tous être surpris encore une fois.