Le départ de François Allaire des Maple Leafs continue de semer la controverse à Toronto et l’entraîneur des gardiens a décidé une dernière fois de commenter ce dossier.

Celui qui a fait ses débuts dans la ligue nationale en 1984 avec le Canadien soutient qu’il s’attendait à être victime de ce qu’il appelle, un derby de démolition à son endroit, de la part de la direction des Maple Leafs.

Dans un courriel qu’il m’a envoyé, il explique pourquoi il a refusé à trois reprises, avant le premier juillet, de signer une prolongation de contrat avec la formation de Toronto.

« La direction n’avait surement pas le choix après avoir vu les gardiens de l’équipe s’enliser dans les 25 derniers matchs de la saison après la prise en charge désastreuse des gardiens par 2 assistants entraineurs qui n’ont aucune expertise au niveau des gardiens de but, lors d’un voyage dans l’Ouest canadien alors que je travaillais avec les Marlies à Toronto. Encore une preuve que critiquer et pointer du doigt est beaucoup plus facile que d’entraîner et enseigner.»

« À partir de ce moment, j’ai continué à agir le plus professionnellement possible et à offrir mon support moral aux jeunes gardiens des Leafs mais les dommages au niveau mental et technique étaient beaucoup trop grands pour espérer trouver une solution à court terme.»

« J’ai aussi continué à travailler avec les Marlies (bizarrement, j’étais vu comme un élément positif par le groupe d’entraîneurs comme lors de mes 27 années précédentes au niveau professionnel) pour aider Ben Scrivens a remporter la meilleure moyenne de buts alloués dans la AHL et ensuite se rendre jusqu’en grande finale.»

« Curieusement, Ben Scrivens pratique un style hybride et même s’il a joué 12 matchs avec les Leafs, personne n’en a fait la remarque. Où sont donc les experts pour ne pas s’apercevoir que je n’entraînais pas Ben Scrivens de la même façon que James Reimer ??? J’adore entrainer ce genre de gardien (ex : Gerber, Bryzgalov, Hiller, Scrivens), mais vous devez avoir le bon candidat qui se présente à vous. J’ai eu la chance de travailler presque exclusivement avec Jean-Sébastien Giguère lors des 10 dernières années et beaucoup de gens m’ont catégorisé comme un entraineur unidimensionnel à cause de cette relation à long terme.»

«Il était évident que j’allais être sujet à un derby de démolition de la part de la direction des Leafs lors de mon départ. C’était le prix a payer pour rester fidèle à ma profession, mes principes et à mes gardiens.»

Maintenant, il souhaite bonne chance à Rick St-Croix, qui sera nommé prochainement comme son remplaçant.

« Je crois que c’est une bonne nouvelle. Rick travaillera avec Randy Carlyle et Dave Farish, deux entraineurs habitués à travailler et respecter les entraineurs de gardien de but. Il aura aussi beaucoup de plaisir à travailler avec les jeunes Reimer, Scrivens, Owuya et Rynnas qui sont tous de très bons individus possédant beaucoup d’énergie et de potentiel. »

Maintenant Allaire veut tourner la page et souhaite qu’il n’ait plus à répondre à des questions sur son passage avec les Maple Leafs. « J’ai d’autres choses à faire,» conclut-il.