Bonjour à tous!

Je vous écris aujourd‘hui dans le but de vous renseigner davantage sur la nouvelle acquisition du Canadiens de Montréal, Lars Eller. Il s‘agit en ce moment d‘un sujet chaud, étant donné toute la controverse semée par cette transaction qui mena au départ de Halak.

Je commencerai donc par une petite biographie sportive du jeune Eller que je vous conseille de lire en entier, segment par segment.

*

Biographie : Lars Eller #61



2004-2005 : Le jeune prodige danois

Premièrement, il faut savoir que Lars Eller est le fils de Olaf Eller, un défenseur retraité de la AL-Bank ligaen, la ligue d‘élite de hockey du Danemark. Or, Olaf est maintenant le nouvel entraineur-chef de l‘équipe internationale de hockey sur glace de son pays, en plus d‘avoir dirigé dans des ligues mineures suédoises par le passé.



_Après sa carrière de joueur de hockey professionnel au Danemark, Olaf Eller s‘est alors tourné vers une nouvelle occupation, celle d‘entraineur-chef._

On peut donc facilement constater ici que Lars Eller a vécu au sein d‘une famille de hockey toute sa vie. Il put ainsi constater rapidement qu‘il possédait la même passion que son père.

C‘est à l‘âge de 15 ans que Eller débute sa carrière de hockey junior. Il est d‘abord assigné au Danemark II, la ligue des 15–16 ans, mais après seulement un match, lors duquel il exécute un tour du chapeau et participe à un autre but, il est sélectionné pour aller jouer avec les 17–18 ans. Ainsi, plus de trois ans en avance sur ses compatriotes, il s‘aligne avec la version junior U19 de l‘ancien club de son père, les Mighty Bulls de Rødovre, l‘une des huit formations encore en place dans la ligue d‘élite du Danemark.



_Rødovre Mighty Bulls_

Cette saison fut pour Eller une explosion au niveau production. En 28 parties, il cumule pas moins de 21 buts et 26 passes, pour un impressionnant total de 47 points. Vous imaginez! Un jeune de 15 ans qui brule littéralement une ligue emplie de joueurs qui pour la plus part approchent des 19 ans!

2005-2006 : La tentation du programme du hockey suédois

La saison suivante, la Suède entre en scène et ouvre les portes de la Elitserien (SEL) à Eller.

Pour ceux qui ne serait pas au courent, la Elitserien est une ligue professionnelle de hockey établie en Suède depuis plus d‘un siècle. Elle regroupe 12 clubs dont plusieurs sont de vrais légendes en Europe. C‘est un programme de hockey qui a produit de nombreux talents maintenant en NHL au cours des dernières saisons.

La parenthèse étant maintenant terminée, on découvre maintenant que Eller s‘alignera avec l‘équipe junior des Frölunda Indians, un club prestigieux de la SEL et de ses sous-divisions, installé à Gothenburg. Jouant majoritairement au sein de la division U20, Eller s‘adapte plus lentement que prévu au nouveau calibre. Il ne récolte d‘ailleurs que 9 buts et 11 passes en 42 parties. Le résultat est tout de même intéressant, étant donné le changement radical de calibre de jeu et son jeune âge par rapport aux autres joueurs du circuit.

2006-2007 : La saison pré-repêchage

C‘est maintenant l‘année du repêchage de la NHL et le jeune danois veut en donner plus. Encore une fois en passant majoritairement la saison avec le club junior des plus âgés de Frölunda, Eller domine maintenant l‘équipe au niveau des points, avec une récolte combinée des U18 et U20 de 59 points, dont 19 sont des buts, le tout en seulement 41 parties. Au cours de cette saison, il est d‘ailleurs considéré comme étant un potentiel top 5 en vue du prochain repêchage.

Par ailleurs, au cours de ses deux saisons passées en Suède jusqu‘à présent, Eller participe également à quelques championnats internationaux au cours desquels il maintient une moyenne de près de deux points par match.



_Encore aujourd‘hui, Lars Eller domine les fiches de statistiques lors des quelques championnats internationaux auquel le Danemark participe. Ne trouvez-vous pas d‘ailleurs que leurs maillots ressemblent à ceux de ma bien-aimée Russie ?_

À partir de ce moment là, Eller devînt le meilleur hockey prospect jamais vu en sol danois. Pour ceux qui connaissent un peu Peter Regin, et bien dites vous bien qu‘il ne lui arrivait même pas à la cheville lorsqu‘il avait le même âge.

À la fin de cette incroyable saison, Eller est alors sélectionné 13e au total par l‘organisation des Blues de St-Louis lors du repêchage 2007. Il est par ailleurs le premier patineur d‘Europe sélectionné cette année là, tout juste devant le défunt Alexei Cherepanov. Le 13e rang constitue également le plus haut rang jamais attribué à un joueur danois lors d‘un repêchage de la ligue nationale.

Plusieurs dépisteurs s'entendent à l'époque pour dire que le jeune Eller est un top-notch playmaker et qu'il mérite amplement son rang de sélection. On compare également ses habilités générales à celles de Henrik Zetterberg au même âge. De plus, son entraineur avec le Frölunda le surnommait, pour reprendre son expression exacte, The Denmark's answer to Peter Forsberg

2007-2008 : Une année de développement en Suède

La saisons suivante, l‘organisation de St-Louis souhaite laisser Eller se développer en Suède une année de plus afin qu‘il perce l‘alignement professionnel du Frölunda. Il commence cependant la saison avec le même club que la saison précédente, le Frölunda U20. Il y récolte 4 buts et 4 passes en 9 parties et est alors rapidement transféré vers la ligue professionnelle. Malheureusement, du à une vilaine blessure à l‘épaule, sa saison est considérablement écourtée et il ne participe qu‘à 14 parties au sein de l‘Elitserien, lors desquelles il ne récolte que 2 passes.

Afin de le remettre en forme, l‘organisation du Frölunda place Eller dans la Allsvenskan, la sous-divsion de la SEL, avec une autre formation, le Borås, avec laquelle il joue près d‘une vingtaine de joutes et récole une dizaine de points. Plus tard, le jeune danois participe ensuite aux séries éliminatoires avec le grand club de Frölunda, en plus d‘aller aussi donner un coup de main aux U20. Avec le club pro, il participe à 7 parties où il ne récolte qu‘une seule passe, tandis qu‘avec les U20, il participe à 7 parties où il produit cette fois-ci pas moins de 5 buts et 6 mentions d‘assistance.



_Malgré une année difficile, l‘organisation des Blues de St-Louis et leur président, John Davidson, s‘empresse de mettre sous contrat le jeune prodige Lars Eller en date du 14 mai 2008._

Cette signature démontre toute la confiance qu‘avait à l‘époque les dirigeants de St-Louis envers le jeune espoir danois. Cependant, en décision commune, Eller et l‘organisation convinrent qu‘il était mieux pour lui de demeurer encore une saison de plus dans la Elitserien, en Suède.

2008-2009 : Lars Eller joint l'Elitserien

Ne voulant pas refaire les mêmes erreurs que l‘année précédente Eller passe l‘été à travailler sur sa remise en forme. Il réussit ainsi à impressionner de nouveau les dirigeants du Frölunda et percer directement la formation professionnelle.

Eller y connu par ailleurs une saison incroyable pour un jeune de 19 ans. En plus de terminer 4e meilleur pointeur de l‘équipe derrière trois vétérans ayant tous plus de 28 ans, il cumule un total 29 points en 44 parties. Il affiche également le 3e plus haut total de buts de l‘équipe avec 12 filets. Par la suite, il participe aux séries éliminatoires de la SEL, où il récolte 3 buts et une passe en 10 parties.

À partir de ce moment, les dirigeants de la NHL considèrent Eller comme étant prêt pour l‘Amérique du Nord. Or, ses statistiques au championnat du monde junior et professionnel impressionnent d‘autant plus.



_Lars Eller faisait en 2008 déjà partie du cœur de la formation du Danemark lors des compétitions internationales. Soyez certains qu‘il en sera de même dans l‘avenir et qu‘il en deviendra certainement un grand leader._

À ces dits championnats, Eller affiche un total de 3 buts et 3 passes en 6 joutes avec les moins de 20 ans, ainsi qu‘un total de deux passes en 6 joutes avec les adultes.

2009-2010 : Le rêve américain

En vue de la prochaine saison, St-Louis projète faire une place à Eller dans leur alignement partant et commencer à lui verser le salaire de son nouveau contrat évalué à 875,000$ américains remis annuellement, en plus des bonis de performances évalués à prêt de 395,000$ américains aussi remis annuellement.

Cependant, ce sera partie remise, car la mononucléose frappe malencontreusement la santé de Eller, l‘empêchant de donner ses premiers coups de patins en NHL en même temps que les autres. Il fait donc ses début avec le grand club uniquement le 5 novembre suivant, lors d‘une défaite de 2 à 1 contre les Flames de Calgary dans laquelle il marque l‘unique but de son équipe. Après avoir joué 4 autres joutes, l‘entraineur-chef de St-Louis, Davis Payne, trouve que Eller n‘est pas au top de sa forme et le rétrograde donc dans le club-école de l‘équipe, les Rivermens de Peoria dans la ligue américaine.

À première, ça peut paraitre une régression dans son cas, mais cependant, lorsqu‘on regarde aujourd‘hui le résultat finale de ce transfert avec perspective, on remarque que ce séjour en AHL a été des plus bénéfiques pour le jeune Eller. En effet, en plus de connaître une saison des plus respectables statistiquement parlant (18 buts et 39 passes en 70 parties, terminant au premier rang des pointeurs de son équipe), il est nommé sur l‘équipe étoile des recrues de la AHL, en compagnie de nul autre que du jeune défenseur PK Subban, des Bulldogs de Hamilton.



_Au cours de cette période, Lars Eller reçoit également le titre de AHL Man of the year, en récompense à sa généreuse contribution envers la communauté locale et les œuvres de bienfaisances._

Étant donné que Peoria ne participe pas aux séries éliminatoires, Eller termine alors la saison avec St-Louis où il joue deux autres joutes et ajoute un but à sa fiche de statistiques. Ce fut donc une bonne saison en soi pour le jeune danois. Un pas en avant selon lui.

2010-2011 : Nouveau départ avec le Tricolore

Vînt alors le moment temps attendu. Aussitôt les séries éliminatoires de la NHL terminées, Lars Eller est échangé aux Canadiens de Montréal, en compagnie de Ian Schultz, en retour du gardien de but du moment, Jaroslav Halak. Or, Eller, qui mesure dorénavant 6 pieds 1 pouce, se dit prêt à relever le défi.

« J’ai pris ça une étape à la fois au cours des dernières années, dit-il. L’an passé fut un autre pas dans la bonne direction. Je crois être en mesure de passer à une autre étape cette année. »

De façon sauvage, les critiques fusent de toute part à Montréal, dénigrant majoritairement la transaction effectuée par le directeur général du Canadiens, Pierre Gauthier, et pleurant le départ de Halak.



_Les débuts de Lars Eller avec le Canadiens s‘annoncent difficiles, étant donné la quantité de pression qu‘il aura sur les épaules. Cependant, ça ne veut pas dire pour autant qu‘il s‘agit là d‘une mauvaise transaction._

Aujourd‘hui, la poussière est retombée et on peut désormais analyser à tête reposée la dite transaction de Monsieur Gauthier dans son ensemble. Commençons donc par le début.

Analyse approfondie :

Pourquoi échanger Halak aussi rapidement et conserver les services de Price ?

Pour la simple et bonne raison qu‘à ce moment là, Halak avait une bien meilleure valeur marchande que Price. Il faut comprendre que jamais on aurait pu inverser les rôles, du genre, on échange Price versus Eller et on garde Halak. De plus, il y a l‘élément demande salariale qui entre aussi en ligne de compte. Jamais le Tricolore n‘aurait pu se permettre de donner 3,75 millions de dollars au gardien slovaque sans se départir d‘un important salarier, et donc d‘un élément clé du succès de la formation.

Selon les présentes statistiques et évaluations professionnels, Price demeure le gardien de but possédant le plus de potentiel entre les deux, ce qui révèle d‘autant plus la raison pour laquelle c‘est Halak qui a écopé au final.

Pourquoi Lars Eller et pourquoi pas une transaction avec une autre équipe ?

En faite, Eller représentait un match parfait, c‘est pourquoi une entente secrète aurait alors été prise entre les deux parties afin qu‘une fois les séries terminées, Halak appartiendrait aux Blues. En garantie, Montréal recevrait Eller. C‘est maintenant chose faite.

Par match parfait, j'entends un bon centre 2-way qui possède de bonnes habilités offensives, chose qui manque cruellement au Tricolore, pouvant également travailler sur les unités spéciales et qui idéalement posséde des qualités de leader. Eller lui répond parfaitement à tous ces critères. De plus, l‘organisation possède un joueur qui a évolué à ses côtés à Peoria. Il s‘agit du jeune Aaron Palushaj, obtenu en échange de D‘Agostini l‘an dernier. Il serait intéressant de les réunir à nouveau un jour.



_Vous pouvez apprécier ici quelques prouesses de Lars Eller et de Aaron Palushaj lors d‘un match de la ligue américain. Soyez attentif aux commentaires des analystes à propos de Eller._

Parallèlement, je suis quasi-certain que Montréal avait un œil sur le jeune danois depuis bien longtemps. En effet, lorsqu‘on observe les rangs de sélection des deux équipes, on remarque vite que c‘est nul autre que le Canadiens qui repêchait au 12e en 2007, tout juste devant les Blues et leur sélection de Eller au 13 rang. Étant donné sa position et les joueurs disponibles aux rangs avoisinants, Montréal devait certainement avoir suivi de près le développement de Eller et connait donc encore aujourd‘hui ses forces et ses faiblesses. À l‘époque, le clan Gainey aurait cependant préféré sélectionner McDonagh et on connait tous la suite des évènements.

Semblerait que Gauthier lui veuille réparer les erreurs du passé.

À noter que Schultz et Palushaj étaient tous les deux exactement dans le même situation que Eller lorsqu‘ils ont été repêchés, c‘est à dire sélectionné un rang après la sélection d du Canadiens, soit respectivement au 87e et 44e rang. Le Canadiens lui repêchait au 86e et au 43e.

Pourquoi St-Louis a échangé Eller s'il est réellement si bon qu'il en a l'air ?

D‘abord, il faut savoir que l‘écurie de St-Louis grouille de joueur de centre. On a qu‘à penser à Andy McDonald, Alexander Steen, David Backes, Vladimir Sobotka, Patrik Berglund et T.J. Hensick, pour ne nommer que ceux qui sont déjà établis. On remarque à quel point la liste est longue.

Faire une place pour Eller, même aux ailes, aurait pu s‘avérer compliqué, surtout étant donné que la majorité de ces joueurs de centre ne sont pas vraiment échangeables, soit parce qu‘ils sont des vétérans établis surpayés ou bien parce qu‘ils viennent d‘arriver au sein de l‘organisation. Seul Berglund et Eller étaient échangeables à gros prix, et ils ont choisi de garder Berglund, un joueur qui soit dit en passant, j‘apprécie énormément.



_Patrik Berglund, un gros centre suédois de 6 pieds 3 pouces qui a déjà fait ses preuves, représente l‘avenir au poste de joueur de centre pour l‘organisation des Blues de St-Louis._

Il faut aussi comprendre que c‘est uniquement en échange d‘un gros morceau comme Berglund ou Eller que St-Louis pouvait se payer les services d‘un bon gardien de but pouvant les aider immédiatement.

Constat :

Pour moi, la vrai question c‘est plutôt de savoir combien de temps Halak pourra-t-il aider les Blues ?

En plus de l‘addition de Schultz, j‘ai personnellement plutôt l‘impression que c‘est Montréal qui aura le dessus dans cette transaction d‘ici quelques années, étant donné le potentiel à long terme des joueurs obtenus. Qui dit que Halak sera bon encore dans 2 ou 3 ans ? Eller lui est déjà fiché comme étant dans le pire des cas un joueur de 3e trio efficace, et ce pour encore bien des années.

D‘ailleurs, en visitant quelques forums du site internet officiel des Blues de St-Louis, j‘ai découvert que plusieurs internautes semblaient déçus, voir même amers dans certains cas, du départ de Eller. D‘autres le voyaient comme étant leur prospect numéro un. Évidemment, il y avait aussi une bonne proportion des gens qui se réjouissait de l‘acquisition de Halak, mais la majorité d‘entre eux s‘entendait rapidement pour dire que c‘était une bonne transaction pour les deux équipes. Pour les visuels, aller voir par vous même dans mes sources.

Résultat : Une bonne transaction

Pour moi c‘est évident qu‘il s‘agit là d‘une bonne transaction, mais reste maintenant à savoir si Montréal en sortira réellement vainqueur dans un avenir plus ou moins rapproché. Quand Halak commencera à ralentir en approchant de la trentaine, Eller lui sera à son plein potentiel, et à ce moment là, nous verrons la vérité.

Je peux toujours me tromper, c‘est pourquoi seul l‘avenir pourra nous le dire, mais ce qui est certain, c‘est que Eller aura sa chance avec le Tricolore dès le début de la saison. L‘organisation ne l‘aurait pas acquis en échange de Halak si elle n‘avait pas l‘intention qu‘il ait un impact immédiat.

Sur ce, je vous laisse avec cette superbe photo où l‘on voit des fans de hockey du Danemark qui se réjouissent d‘un but marqué en avantage numérique par Lars Eller lors des derniers WC.



_Le hockey prend des proportions de plus en plus immense au Danemark présentement. Il ne serait pas étonnant de voir leur rang mondial grimper aux cours des prochaines années._

En espérant vous en avoir appris le plus possible sur notre nouvelle acquisition staight from Frölunda Lars Eller, je vous souhaite encore une fois bonne journée à tous! Pour moi les études recommencent dans peu de temps et l‘été se termine sous peu. Profitez-en jusqu‘au bout, le hockey recommence très bientôt!

Sources : Wikipedia , Elite Prospects , Hockeys Future , Site officiel : Blues de St-Louis ,

Site officiel : Rivermen de Peoria , Journal de Montréal , Forum officiel : Blues de St-Louis

_À noter que l‘idée d‘écrire ce billet m‘est venu grâce à l‘un de mes coéquipiers, benhur88, qui m‘a lancé un défi suite à une escarmouche des plus clownesques entre moi et un autre blogueur du Grand Club, milan17, un fan des Bruins de Boston._

Merci de me lire!

Vos commentaires sont appréciés!