Depuis son départ du Canadien de Montréal, le défenseur Greg Pateryn,
des Stars de Dallas, ne va pas bien avec sa nouvelle équipe.

En effet, l’ex-joueur du Tricolore, qui n’a été utilisé que durant
trois matchs par l’entraîneur-chef Lindy Ruff, affiche un dossier de
0-1-1 avec un piètre différentiel de moins quatre, un tir au but et un
temps d’utilisation de 14:49 minutes par rencontre et il n’a pas été
en uniforme dans six des neuf matchs de l’équipe depuis cette
transaction.

Les Stars ont perdu les trois rencontres où il a été utilisé, ayant eu
un différentiel négatif dans chacune des trois parties, affichant un
moins un, face aux Islanders de New York, le 2 mars, une fiche de
moins deux, face aux Sharks de San Jose, dans le match du 12 mars et
un dossier de moins un, lors du match de vendredi dernier, face aux
Flames de Calgary.

Auparavant, il avait eu un dossier de 1-5-6 avec un différentiel de
plus un, 28 tirs au but et un temps d’utilisation de 14:22 minutes en
24 matchs disputés avec le CH, avant d’être échangé avec un choix de
quatrième ronde au repêchage de 2017, en retour du défenseur Jordie
Benn, le 27 février dernier.

Ce dernier présente un dossier de 2-0-2 avec un différentiel égal, six
tirs au but et un temps d’utilisation de 17:16 minutes, en neuf matchs
depuis son arrivée avec le Canadien.

Dans le cas de Pateryn, qui aura 27 ans le 20 juin prochain, il avait
été le quatrième choix des Maple Leafs de Toronto, le 128e au total du
repêchage de 2008, il avait été échangé avec un choix de deuxième
ronde de 2010, en retour de Mikhail Grabovski.

Blessé souvent, il éprouve de la difficulté à faire sa place dans la
LNH, ayant un dossier de 2-12-14 avec un différentiel de moins 11 en
seulement 85 matchs réguliers, depuis son entrée dans le circuit en
2012-2013.

On sait que la conjointe de Pateryn avait fait les manchettes sur les
médias sociaux, tout juste avant la transaction.

Les Stars de Dallas, qui avaient terminé au premier rang de
l’Association de l’Ouest l’an dernier, représentent la plus forte
déception dans la LNH cette saison, eux qui affichent un dossier
perdant de 28-33-10 pour 66 points en 71 matchs, visiteront ce soir,
les Sharks de San Jose, au SAP Center.

Les Maple Leafs n’ont pas balayé les Bruins dans une série de 4 matchs
depuis 1924-1925 !

En ce lundi, 20 mars 2017, il y aura un match très important qui sera
joué entre les Bruins de Boston et les Maple Leafs de Toronto, au
Centre Air Canada.

En effet, la troupe de Bruce Cassidy, dont la fiche est de 38-27-6
pour 82 points en 71 matchs, va visiter celle de Mike Babcock, qui a
un dossier de 32-23-15 pour 79 points, mais en 70 parties.

Les Leafs, qui ont remporté les trois premiers duels de la présente
saison, pourraient réaliser un exploit qui date de plus de 90 ans, car
la dernière fois qu’ils ont réussi un balayage de trois matchs ou plus
contre les Bruins remonte aussi loin que la saison 1924-1925 (les St.
Patricks de Toronto), alors qu’ils avaient eu une fiche parfaite de
6-0-0 en six matchs, lors de la première saison des Bruins dans la
Ligue nationale de hockey.

Ils avaient surclassé les Bruins 32-11 (plus 21), au chapitre des buts
marqués-concédés et avaient même réussi un massacre de 10-1, le 22
décembre 1924, sur la patinoire des Bruins.

Les Leafs ont réalisé deux balayages dans leur histoire contre les
Bruins, mais seulement dans des séries de deux matchs, en 1993-1994
(2-0-0) et en 1996-1997 (2-0-0), alors qu’ils étaient dans la
Conférence de l’Ouest.

Les Leafs pourraient s’approcher des Bruins et du troisième rang de la
section Atlantique et avec un match de plus à disputer, ils pourraient
coiffer ces derniers au fil d’arrivée.

Les Bruins possèdent l’avantage du premier bris d’égalité, eux qui ont
remporté 36 victoires en temps régulier et en prolongation, cinq de
plus que les Maple Leafs, mais ces derniers ont remporté les trois
premiers duels de la présente saison, dont les deux disputés au TD
Garden.

LA SÉRIE DE QUATRE MATCHS ENTRE LES DEUX ÉQUIPES EN 2016-2017
15 octobre 2016-Boston 1 à Toronto 4
10 décembre 2016-Toronto 4 à Boston 1
4 février 2017-Toronto 6 à Boston 5
20 mars 2017-Boston à Toronto (19h30)

Jonathan Quick est extraordinaire contre les Oilers d’Edmonton

Depuis le début de sa carrière, le gardien Jonathan Quick a été tout
simplement superbe face aux Oilers d’Edmonton.

En effet, le brillant gardien qui a eu 31 ans le 21 janvier dernier et
qui a remporté deux fois la Coupe Stanley, a toujours connu du succès
contre les Oilers, affichant un dossier à vie de 19-1-5 avec une
minuscule moyenne de 1,73, un blanchissage et une très haute
efficacité de ,935, ayant concédé seulement 44 buts sur 674 tirs, en
1527:31 minutes en 25 matchs réguliers.

Son seul revers en temps régulier fut celui du 3 novembre 2011, alors
qu’il s’était incliné 3-0, au Staples Center, concédant trois buts sur
27 tirs, face à Nikolai Khabibulin, qui avait réussi 19 arrêts.

Encore plus, il a été invaincu en temps régulier, à la Place Rexall,
un endroit où il a présenté une fiche de 10-0-3 avec une moyenne de
1,59 et une efficacité de ,944 en 13 matchs réguliers.

Soulignons que nous verrons ce qu’il fera dans le nouveau domicile des
Oilers, La Place Rogers, lui qui en sera à son premier match à cet
endroit, n’ayant pas participé au match du 29 décembre dernier, un
revers de 3-1.

Les unités spéciales des Stars de Dallas sont pitoyables

Si les Stars de Dallas connaissent des difficultés cette saison, c’est
un peu en raison de leur médiocrité sur leurs unités spéciales.

En effet, la formation dirigée par Lindy Ruff, qui affiche un dossier
de 28-33-10 en 71 parties, présente un rendement combiné de 91,99 sur
200,00 sur ses deux unités spéciales, ayant un rendement de 18,22%,
sur le jeu de puissance, ayant réussi 43 buts en 236 supériorités
numériques et un rendement atroce de 73,77%, en désavantage numérique,
le pire du circuit, ayant concédé 59 buts sur 225 infériorités
numériques.

Pis, les Stars ont aussi concédé pas moins de 11 buts lorsqu’ils
évoluaient en avantage numérique, le plus haut total du circuit et
marqué quatre buts lorsqu’ils évoluaient en désavantage numérique.

Cela fait un différentiel de moins 23 buts sur ces deux unités
spéciales, 43-59 (moins 16) en avantage numérique et 4-11 (moins sept)
sur les facettes de buts marqués-concédés en désavantage numérique.

Les Red Wings de Detroit ont une fiche parfaite en tirs de barrage

Même s’ils sont au dernier rang de la section Atlantique, les Red
Wings de Detroit ont certaines statistiques reluisantes et plus
spécialement en tirs de barrage.

En effet, la formation dirigée par Jeff Blashill, qui a un dossier
global de 28-31-11 pour 67 points en 70 matchs, a un rendement de
12-11 dans ses 23 matchs qui se sont décidés en bris d’égalité, 4-11
dans ses 15 matchs décidés en prolongation et une fiche parfaite de
8-0 dans les huit matchs décidés en tirs de barrage.

Cette fiche est très différente de l’an dernier, car les Red Wings
n’avaient pu faire mieux qu’un rendement de 2-5 en sept matchs sur ce
plan.

Dans leurs huit gains, les joueurs des Red Wings ont eu un dossier de
14 buts en 30 tirs, une moyenne de 46,67% alors que les gardiens ont
arrêté 26 des 32 tirs reçus, une efficacité de 81,25%.

Encore plus, les Red Wings ont une fiche à l’étranger de 6-0 dans
leurs six matchs décidés en fusillade, comparativement à 2-0 dans les
deux rencontres jouées au Joe Louis Arena.

Soulignons que 28 des 30 formations ont remporté au moins une victoire
en tirs de barrage, sauf l’Avalanche du Colorado et les Stars de
Dallas, qui ont un dossier identique de 0-1 dans leur unique rencontre
à ce chapitre.

Pour les Red Wings, cela leur fait un dossier de 9-0 dans leurs neuf
dernières parties décidées en fusillade, ayant remporté leur dernière
partie sur ce plan l’an dernier et leur dernière défaite remonte au 20
février 2016, 3-2, face aux Sénateurs d’Ottawa, au Centre Canadian
Tire.

Les Red Wings vont recevoir ce soir, la visite des Sabres de Buffalo
et mardi, ils seront les visiteurs au Centre Bell, face au Canadien de
Montréal.

LES HUIT VICTOIRES DES RED WINGS DE DETROIT EN TIRS DE BARRAGE EN 2016-2017
27 octobre 2016-Detroit 2 à St. Louis 1 (fus.)
8 novembre 2016-Detroit 3 à Philadelphie 2 (fus.)
23 novembre 2016-Detroit 2 à Buffalo 1 (fus.)
6 décembre 2016-Detroit 4 à Winnipeg 3 (fus.)
23 décembre 2016-Detroit 4 en Floride 3 (fus.)
18 janvier 2017-Boston 5 à Detroit 6 (fus.)
18 février 2017-Washington 2 à Detroit 3 (fus.)
16 mars 2017-Detroit 5 en Arizona 4 (fus.)