Le esport (sport électronique) est la compétition de jeu vidéo en LAN ou réseau entre plusieurs compétiteurs dont professionnels.

Les revenus de cette discipline  ont beaucoup augmenté depuis les 5 dernières années. On prévoit des revenues de 465 millions de dollars en 2017 , soit beaucoup plus qu’en 2012 qui étaient de  130 millions de dollars pour une augmentation de  350%.

Par contre ses revenus sont encore loin des grandes ligues de soccer européen qui ont eu des profil de plus de 30 milliards  et les profils du esport sont 8 fois plus faible que la NHL. Le fait que le esport  gagne moins de revenus que les grandes ligues de sports professionnels ne veut pas dire que le esport obtient moins d’audience au contraire.  L’industrie des jeux vidéo est devenue le divertissement  le plus populaire devant le cinéma et la musique avec plus d’un milliard d’adeptes.  En 2014, le tournoi principal de League of Legend a eu des cotes d’écoute de plus de 27 millions de wiewers  dépassent le Master, un des tournois majeurs de golf,  de 2 millions de viewers . Ce tournoi dépasse aussi en terme de viewers mondiales  la finale de la NBA et de la coupe Stanley.  Un jour, les cotes d’écoute vont-ils dépasser le Super Bowl , seul le temps le dira.

  L’évolution de la clientèle des jeux vidéo

Le fameux cliché où on généralise tous les joueurs comme étant des gamers malpropres qui passent leurs temps seuls  à jouer à des jeux est révolu. Internet favorise le contact pendant les jeux en ligne.  Un contact avec d’autres joueurs  qui peut progresser  dans  des bars, des matchs sportifs, au cinéma, des lieux pour souder des équipes de esport ou simplement de simples connaissances.  Les entreprises voient cette opportunité comme une occasion de croissance de leurs clientèles.

Pour les tournois de jeux vidéo, certains tournois  permettent de remporter des bourses alléchantes de plus de 6 millions de dollars au gagnant du the International basé sur Dota 2. Pour cela, le joueur doit devenir professionnel.  Il faut garder une sévère hygiène de vie et s’entrainer plusieurs fois par semaine. Vaut mieux une tête saine dans un corps sain pour pouvoir effectuer plusieurs choix d’ actions par minutes.  Le joueur est entouré d’une grande équipe, entraineurs pour mieux jouer et s’entrainer physiquement, sponsors pour payer les frais de voyagements  ou autres.  Les joueurs pro ont besoin de beaucoup d’argent pour participer à des tournois qui font le tour du monde. On peut prendre pour exemple le  FIFA Ultimate Team Championship Series de 2017 ,avec une bourse de 1,7 millions de dollars, le joueurs québécois après d’avoir réussi les préliminaires,  pouvait faire une finale régionale à Vancouver. Ensuite, il pouvait aller faire la finale Championship Ultimate Team à Berlin pour ensuite participer à une grande finale à Londres. Pour tous ces voyagements cela prend un bon support d’où le besoin d’une bonne équipe et sponsors.  

La popularité du esport au  Québec  n’est pas comparable à la Corée du Sud qui le considère comme une discipline sportive nationale.  Le DreamHack de Montréal attire 2000 personnes à Montréal soit 5 fois moins qu’en Europe.  Alors que le même genre de compétition en Corée du Sud  peut remplir des stades de Football de 40000 personnes.

Par contre, comme l’expliquait  le documentaire GAMERS: AU-DELÀ DU JEU, plusieurs québécois brillent sur la scène internationale, l’avenir est donc prometteur pour le Esport.