Levez la main ceux qui avaient prédit, à l’aube de la saison, que les Devils du New Jersey connaîtraient un tel début de campagne et qu’ils occuperaient le troisième rang du classement général avec une fiche de 6 victoires et seulement 1 défaite. Certes, la saison est jeune mais les indicateurs sont plutôt positifs du côté de Newark et permettent aux partisans de rêver à une première participation aux séries depuis 2012.

Que s’est-il donc passé dans cette organisation qui semblait tourner en rond depuis plusieurs années pour qu’elle connaisse une telle progression? Probablement un savant mélange de chance et d’échanges judicieux. Évidemment, le DG Ray Shero pouvait bien arborer un large sourire lors du tirage au sort qui lui a permis de mettre la main sur le tout premier choix de l’encan 2017, soit la jeune sensation suisse des Mooseheads d’Halifax, Nico Hischier. Force est d’admettre que ce dernier ne déçoit pas jusqu’à présent avec une récolte de sept points en autant de matchs. Une autre recrue sortie de nulle part, Jesper Bratt, impressionne lui aussi les observateurs avec une production surprise de six points.

Néanmoins, c’est du côté de l’Avalanche qu’est venu le joueur qui manquait le plus cruellement à une défensive en manque de passeurs de premier plan, j’ai nommé Will Butcher. Le DG Sakic étant incapable de s’entendre avec lui, Butcher est devenu agent libre et les Devils ont sauté sur l’occasion pour lui offrir un contrat de deux ans à prix modique, soit 925 000$ par année. Il caracole actuellement au sommet des recrues avec 9 points. Un bon deal comme dirait Pierre-Yves McSween!

Bien que l’apport de ces jeunes soit essentiel aux succès des Devils, on ne peut passer sous silence l’acquisition à prix fort modeste de l’attaquant Marcus Johansson en provenance d’une équipe, en l’occurrence les Capitals, coincée sous le plafond salarial. Il vient solidifier un top 6 des plus potables avec la présence des Hall, Palmieri, Henrique, Stafford et évidemment Hischier dans une équipe qui se situe présentement en 2ème position dans la LNH pour le nombre de buts marqués avec 31. Ennuyant à regarder les Devils? Plus tant que ça.

La défensive représentant le point faible des représentants du New Jersey, il faut pouvoir compter sur un solide gardien et les Devils en possèdent justement un qui est sous-estimé en Cory Schneider. L’ancien des Canucks offre des performances plus qu’honnêtes avec une moyenne d’arrêts de 0.907. Tout cela derrière un groupe de défenseurs sans contredit parmi les plus faibles de la ligue.

Alors pour répondre à la question initiale, oui, les Devils ont ce qu’il faut pour surprendre cette saison. Il semble que leurs récentes performances n’aient pas impressionné que l’auteur de ces lignes puisque les preneurs au livre de Las Vegas, qui leur donnaient une cote de 200/1 en septembre pour la conquête du gros trophée, aient ajusté le tir et les voient maintenant à 40/1. Comme quoi il est possible, avec une direction compétente et faisant preuve d’audace calculée, de revirer le paquebot de bord plus vite qu’on tente parfois de nous en convaincre à Montréal.

 

Texte paru originalement sur EnProlongation.com