Les Loups

 Il y a 2 sortes de loups

 Depuis peu, je suis le deuxième. Je vous explique plus bas.

 Phil, 39 ans. C'est mon histoire. Ça pourrait être la vôtre. Celle de n'importe qui.

 J'en connais un loup, À vrai dire j'en connais 2. Laissez-moi vous parler des 2, si vous le permettez.

Je suis un consommateur fonctionnel qui a décidé d'arrêter il y a environ 3 semaines. Comme j'ai souvent essayer d'ailleurs. Je ne sais plus le nombre de fois où je l'ai fait. J'ai souvent réussi. J'ai souvent retombé aussi. Comment ? En me pensant probablement plus fort que je ne l'étais vraiment. Peut-être un peu aussi en me disant qu'en en fumant un p'tit, j'allais être correct, je n'allais pas retombé. Souvent, 1 mois plus tard, je retombais.

 Mais pas tombé comme vous pensez peut-être, je n'ai jamais manqué de rien.

Ce n'est pas quelque chose qui paraissait vraiment.

 Ceux qui auront lu mon résumé de course de la Trail du Grand Duc (Course de 25 km en trail) comprendront pourquoi je n'étais pas en forme cette journée-là. Mais pas du tout. Normal, j'ai arrêté de fumer 2 jours avant la course. J'avais pas l'choix, sinon j'aurais gerber devant tout l'monde au départ. J'étais incapable de trouver le sommeil, je sentais mon corps en manque, stressé, avec toute la fatigue accumulé des derniers mois qui sortait depuis 2 jours. Au Québec Méga trail à la mi-juillet, j'avais arrêté 6 jours avant....pour retomber (encore) 1 mois et demi après....

 J'en ai tellement bavé un coup au Grand Duc, vous avez pas idée! Oh oui je l'ai faite la course, j'ai même fini 44e sur 109. Mais la sensation que j'avais à l'intérieur, le feeling que j'avais fait quelque chose que j'adore tout croche m'a mis hors de moi! Vous m'auriez vu à la fin et vous vous seriez probablement dit : Bah, il a pas l'air si hors de lui.....Non, ça se passe à l'intérieur. Depuis cette course, je n'ai pas refumé. Rien. J'en ai pas envie, mais pas du tout! Ça fait maintenant 3 semaines. J'ai envie de courir à fond, d'y aller à 3000%. Je sais que je peux courir autant que je peux fumer.

 Hier, j'ai assisté à la projection de Trail in motion, une tournée présentant de petits courts métrages vraiment inspirants sur la course en trail. À un certain moment, dans un des films, une des personnes nous parle des 2 loups que nous avons tous en nous. Le premier, remplis de colère, de haine, de négatif, de frustrations, etc. (choisissez les mots qui vous conviennent). Et le deuxième, remplis de positif, d'amour, de joie....Lequel êtes-vous ? Celui que vous nourrissez! Dans un sens, je connaissais un peu ce genre de métaphore, mais je trouve que c'est bien dit. Vous savez quoi? J'ai envie d'être le deuxième. Pour de bon. Vais-je réussir ? J'en ai aucune idée, mais je vais me défoncer pour l'être et le rester!

 La folie selon Einstein, est de répéter une même chose encore et encore en espérant un résultat différent.

Mais selon l'auteur Werber: «Nous devenons tous chaque jour un peu plus fous et d'une folie différente les uns des autres. J'essaie plutôt d'utiliser ces folies comme moteur de ce que j'entreprends. La folie est un lion furieux qu'il ne faut surtout pas tuer, il suffit de l'identifier, de le traquer, de le coincer, et d'y attacher une carriole.

Votre lion apprivoisé vous mènera alors bien plus loin que ne pourrons vous amener aucune école, aucun maître, aucune drogue, aucune religion. Mais comme toute source de puissance, il y a un risque à trop jouer avec sa propre folie: parfois la carriole, prise de vitesse, casse et le lion furieux se retourne conter celui qui voulait le piloter.»

Moi ce que j'ai trouvé comme carriole, c'est la course en trail. Premièrement, c'est un sport sans limites, impossible d'aller au bout. Je dis impossible d'aller au bout, car si vous pouvez faire une course de 500 km, je peux vous en proposer une de 750 km et ainsi de suite. J’en suis rendu à faire des course de 25 km dans les bois. L'an prochain, je vise un ultra-trail (42,2 et +). Je dis le mot ''vise'', car pour une fois, j'essaye de pas me penser plus fort. Si ma carriole ne déraille pas, j'en ai tellement à l'intérieur que je suis déjà capable de me visualiser faire cette distance. Je le sens en moi. Ce sport me permet de me défoncer et de me donner à fond et j'adore ça. J'ai vraiment trouvé une passion.

 J'ai de grandes aspirations en course à pied. Pas pour battre des records ou quoi que ce soit de ce genre. De grandes aspirations pour moi-même. J'ai besoin d'en avoir. Sinon, à quoi bon ? De toute façon avec la trail, beaucoup de choses entre en ligne de compte. À moins de toujours refaire le même parcours , ton temps importe pas vraiment. C'est ce que j'aime des courses d'endurance. Bon j'avoue qu'aujourd'hui je suis allé courir au Mont Wright à Stoneham et j'ai presque failli oublier ma montre GPS et par le fait même avoir une attaque cardiaque à cause de l'oubli. Mais c'est juste que j'aime les stats 🌄 😊

 L'an prochain, j'aimerais commencer ma saison avec la course de La clinique du coureur,un beau parcours de 30 km au Lac-Beauport, là d'où je viens. Ensuite le Québec Méga trail' au Mont Ste-Anne, une course de 25 km. Je veux aussi essayer la course Trans-Vallée en combiné : 10 km de nuit le vendredi et 21 km le samedi. J'ai entendu souvent parler du Trans Vallée (une course vraiment technique). Pour finir ma saison, le 65 km d'Harricana vers la fin de la saison.

 Je suis adepte du ''Je m'inscris et j'ai plus l'choix ''.

À ma dernière course, comme j'ai mentionné, j'ai arrêté de fumer 2 jours avant.

Si ma carriole tiens l'coup, je pourrai entamer la prochaine en ayant arrêté 238 jours avant la course,. Je m'en promets toute une...

 Je suis ce deuxième loup.

 Ah oui, en vous parlant, je viens de m'inscrire au Harricana 65 km.

 Trop tard !

 Tiens mon gros loup, vas-y, mange.

 🐺AAAAouuuuUUUUUU 🐺