L’Association des joueurs de la ligue nationale (AJLNH) va demander l’aide de la

Commission des normes du travail du Québec pour bloquer le lock-out qui sera déclenché samedi.

Des joueurs du Canadien, appuyé par l’AJLNH, ont envoyé une lettre vendredi à la direction du Canadien et aux dirigeants de la LNH pour les informer de leurs intentions de contester la légalité d’un lock-out.

Selon les normes du travail au Québec, un employeur ne peut pas mettre des employés en lock-out si ces derniers ne sont pas certifiés dans la province. Effectivement, l’AJLNH n’est pas enregistré comme un syndicat au Québec.

Ce qui veut dire que les joueurs du Canadien ont le droit, selon l’AJLNH, de demander à la Commission des normes du travail de bloquer les intentions du Canadien et de la LNH.

Si la Commission accepte, elle exigerait que le Canadien de Montréal mette fin au lock-out, s’il y en a un de déclenché.

Cette demande pourrait forcer le Canadien de commencer son camp d’entraînement à temps et pourrait aussi permettre au Tricolore d’affronter d’autres formations du Canada, si des demandes similaires sont acceptées par les autres autorités provinciales.

Évidemment l’objectif de l’AJLNH est d’empêcher les dirigeants de la ligue d’imposer un lock-out, alors que les joueurs souhaiteraient qu’il n’y ait aucun arrêt de travail durant les négociations.

Les joueurs du Canadien sont représentés par l’avocat Michael Cohen dans cette affaire.