Si je demandais à n'importe quel amateur défini de basketball et de NBA qui s'attirait le plus de regards dernièrement dans le domaine, je suis presque certain de la réponse que j'obtiendrais: Lonzo Ball. Son style de jeu qui redéfini peu à peu la manière de jouer ainsi que les apparitions remarquées de son père, LaVar Ball, lui ont permis de voler la vedette sur la scène américaine dans les derniers mois.

Lors du repêchage de la NBA 2017, Ball a été acquis par les Lakers de Los Angeles. Tout de suite, les deux partis ont été reconnus comme compatibles, Ball étant originaire de Californie. Sans surprise, le meneur de 6 pieds 6 pouces a été choisi pour faire partie de la formation des Lakers qui compétitionne au NBA Summer League de Las Vegas.

Il faut dire que Ball en a impressionné plusieurs avec l'aide de trois performances monstres en quatre matchs. Personnellement, j'ai cru qu'il ne résisterait pas à la pression qui lui est destinée en NBA. D'ailleurs, après un premier match ignoble de 5 points en 2 tirs réussis sur 15, dont un horrible 1 sur 11 depuis la ligne de trois points, j'ai commencé à croire que mes arguments pourraient se tenir.

Cependant, dès sa deuxième rencontre, Lonzo a enregistré un triple-double, chose qu'il n'avait jamais accompli durant l'entièreté de sa carrière collégiale. J'ai alors pensé comme plusieurs que le simple fait d'enregistrer 11 points, 11 passes décisives et 11 rebonds lors d'une partie estivale n'annonçait pas une carrière prolifique.

Toutefois, mon opinion s'est modifiée dans les derniers jours, alors que j'ai pu prendre connaissance des deux autres rencontres jouées par l'ancien porte-couleurs de UCLA. En un premier temps, le meneur de 19 ans a scintillé avec une récolte de 36 points, 11 rebonds et 8 rebonds dans un effort gagnant face aux 76ers de Philadelphie.

Deuxièmement, Ball a pu fournir un second triple-double en trois rencontres aux Lakers, cette fois sur une ligne de statistiques de 16 points, 12 passes décisives et 10 rebonds. Cette explosion de production a permise à la formation estivale de Los Angeles d'avoir le dessus sur les Cavaliers de Cleveland.

Ces totaux réunis forment des moyennes de 17,0 points, 9,8 mentions d'aide ainsi que de 8,3 rebonds. Je dois avouer que ce sont d'impressionnants débuts, compte tenu que des gardes vedettes tels que Chris Paul (11,8 points, 5,5 rebonds, 5,2 passes), Stephen Curry (17,4 points, 4,4 rebonds, 4,2 passes) et Russell Westbrook (16,5 points, 2,5 rebonds, 3,5 passes) aient connu des débuts similaires en Summer League.

Je vois donc d'un oeil positif son futur dans les rangs de la NBA et j'espère qu'il pourra bien performer!