Est-ce que Mathieu Darche est encore un joueur de la LNH ? Dans mon esprit, il n’y a aucun doute.

Oui il est âgé de 36 ans et n’est pas le joueur le plus rapide, mais son intelligence sur la glace l’a toujours bien servi.

Le monde du hockey professionnel étant ce qu’il est, quelques équipes étaient prêtes à lui donner un contrat, mais à deux volets. Mathieu Darche ne voulait pas prendre le risque et c’est pourquoi il a pris une décision importante, soit celle d’accrocher ses patins.

Ceci étant dit, ça ne veut pas dire qu’il va complètement disparaître de la carte et qu’on ne le verra plus dans le monde du hockey. Son objectif est clair, il veut un jour diriger une équipe, ce qui veut dire qu’il devra se trouver un poste comme dépisteur avec une formation de la LNH et gravir les échelons. On pourrait penser aux Devils, mais aucune promesse n’a été faite en ce sens.

DARCHE A GAGNÉ LE RESPECT

Mathieu Darche a fait partie du comité de négociation de l’Association des joueurs durant le lock-out. Il a travaillé très fort au cours des pourparlers qui se sont étendus sur sept mois. Il était en contact constant avec le directeur de l’AJLNH, Don Fehr et lorsqu’il se retrouvait à la table des négociations devant Gary Bettman et Bill Daly, il a été en mesure de gagner leur respect.

Il a sacrifié beaucoup de temps, bénévolement, pour s’assurer que les membres de l’AJLNH obtiennent la meilleure entente possible.

Après le lock-out, Lou Lamoriello l’a invité au camp des Devils mais n’a pas été en mesure d’effectuer la transaction nécessaire pour lui offrir un contrat. Après un mois à s’entraîner avec les Devils, il a eu une discussion franche avec Lou Lamoriello et a décidé de revenir à la maison. Aujourd’hui, il prend une décision éclairée et est prêt à débuter sa deuxième carrière.

SA VRAIE CHANCE À 33 ANS

Mathieu Darche a roulé sa bosse. Après avoir joué son hockey universitaire à McGill de 1996 à 2000 il a signé un contrat avec les Blue Jackets de Columbus.

En 2007–2008, il dispute sa première saison complète dans la LNH et c’est avec le Lightning. Mais la formation de Tampa est en pleine transition et le laisse partir. Il croit pouvoir jouer avec les Sabres la saison suivante, mais il passera l’année dans la LAH.

Si Mathieu Darche fait son entrée dans l’organisation du Canadien, c’est grâce à Julien Brisebois, le bras droit de Bob Gainey en 2009–2010.

Après avoir disputé 32 matchs avec les Bulldogs, le Canadien l’a rappelé et son impact a été immédiat. Son jeu était simple, et plusieurs de ses coéquipiers se sont inspirés de sa façon de jouer. Hal Gill me l’avait d’ailleurs souligné à l’époque.

C’est avec le Canadien qu’il aura disputé son dernier match dans la LNH, lui qui n’avait pas été en mesure de terminer la saison 2011–12, en raison d’une commotion cérébrale.

Sa plus grosse déception aura été de ne pas s’entendre avec le Canadien en juin dernier. Un coup au cœur qu’il n’a pas digéré facilement.

Mais aujourd’hui, ce n’est pas le temps des regrets, mais beaucoup plus le moment de souligner cette carrière spéciale.

Très peu d’athlète sont aussi persévérant dans la vie. Il a toujours eu son rêve en tête, celui de jouer dans la LNH et il a passé ses plus beaux moments avec l’équipe de son enfance

Mathieu Darche est un exemple pour tous les athlètes québécois et son histoire ne sera pas oubliée.

Merci Mathieu pour ta belle carrière et maintenant je te souhaite beaucoup de succès dans ta deuxième vie.

RETOUR DE BRANDON PRUST AU MSG

Le match de mardi entre les Rangers et le Canadien n’en sera pas un ordinaire aux yeux de Brandon Prust.

C’est la première fois qu’il retournera au MSG, un endroit où il était adulé par les amateurs en raison de sa combativité. Dans le vestiaire des Rangers, il était très apprécié de ses coéquipiers qui le considéraient comme le cœur et l’âme de l’équipe.

Après un mois de janvier difficile (3 victoires, 4 défaites), les journalistes de New York se posaient la question si l’absence de Prust y était pour quelque chose. Son ancien entraîneur, John Tortorella, lui avait rendu hommage en indiquant qu’il trouvait toujours une façon de réveiller ses coéquipiers dans un match, que ce soit avec une grosse mise en échec ou en jetant les gants. Il a terminé la dernière saison avec 20 combats, un sommet dans la LNH.

Aujourd’hui, c’est le Canadien qui profite de son leadership, lui qui a signé un contrat qui faisait tripler son salaire annuel (4 ans / 10 millions de dollars. Il avait rejeté une offre de 3 ans, évalué à 5,4 millions des Rangers), en juillet dernier. Un contrat dispendieux aux yeux de plusieurs, mais la réalité c’est qu’un joueur comme Brandon Prust a une valeur qui va au-delà des statistiques, alors qu’il a amassé 381 minutes de pénalité, tout en marquant 22 buts et amassant 33 passes en 190 matchs avec les Rangers.

COMMENT SES ANCIENS COÉQUIPIERS VONT RÉAGIR

Ce soir, Brandon Prust sera donc sur la patinoire du MSG dans un autre uniforme. Il va tenter de freiner des joueurs comme Brad Richards, Brian Boyle, Marian Gaborik et déjouer Henrik Lundqvist, « des amis pour la vie », m’a dit Prust avant d’embarquer dans l’avion vers New York.

« C’est bien de retourner au MSG. J’ai travaillé très fort dans cet uniforme et John Tortorella m’a donné ma vraie première chance dans cette ligue. J’ai un respect immense pour lui. C’est John qui m’a montré comment être un vrai pro. C’est un très bon entraîneur. »

Évidemment que l’entraîneur des Rangers n’avait rien de bon à dire sur Brandon Prust lundi. « Seulement un joueur dans l’uniforme du Canadien, » s’est contenté de dire Tortorella.

Lorsque Prust a été mis au courant du commentaire de son ancien entraîneur, sa réponse fut très simple : « c’est à moi de changer ça ».

Pas besoin de vous dire qu’il s’en promet, ce qui risque d’ajouter du piquant dans ce match.