Histoire de lui mettre un p’tit peu plus de pression…..

 Ça fait quelque temps qu’il mijote ce projet.

 Sans trop le dire ouvertement, il sondait le terrain. Graduellement, il a apprivoisé le monde de la course à pied. Contrairement à plusieurs, il n’a pas brûlé les étapes. Pas question d’épater la galerie j’imagine.

 Juste le fait qu’il patauge actuellement dans ce milieu s’avère sans contredit une belle victoire personnelle à ses yeux.

 J’ai découvert l’humoriste Maxim Martin par l’entremise de mon ami de longue date, Dominic Arpin. Dès notre première rencontre pour une entrevue, j’ai réalisé toute l’intensité et la détermination de cette personne, des caractéristiques qui viennent régulièrement me chercher.

 

Un geste qu'il faudra poser à nouveau au terme de son 1er marathon.

 

Depuis, nous avons traversé quelques expériences de course à pied. Quoi de mieux pour découvrir les vraies valeurs chez un être humain ? En assistant à son dernier spectacle, je me suis dis que si jamais un jour, je suis capable de l’aider, je le ferai sans hésiter car je connais  maintenant sa vraie valeur.

 Le rebondissement de Maxim Martin dans le milieu du show-business vient témoigner sa riche personnalité qui avant cette étape, n’avait pu être exploitée avantageusement et aussi intensivement. Il faut donner la chance au coureur et dans son cas, il court toujours !

 À l’occasion de la nouvelle année, je me suis fait un devoir de lui transmettre mes vœux. Et quel ne fut pas ma surprise lorsque j’ai pris connaissance de sa réponse. Je ne m’y attendais vraiment pas.

 

Maxim a bien fait rire l'annonceur officiel du marathon de Montréal Gilles Péloquin l'an dernier lors d'une course. 

 

« Tu seras mon partenaire de course pour mon premier 42, ça c’est sûr. Merci d’être dans ma vie ».

 Wow ! Une autre belle expérience à venir, je me considère très chanceux. J’ai soutenu, encouragé et conseillé Dominic lorsqu’il avait décidé de courir son premier marathon à Montréal après avoir subi, quelques mois plus tôt, une intervention chirurgicale pour l’ablation d’un rein.

 Humainement, des passages du genre deviennent difficiles à évaluer. On les garde en mémoire pour toujours et ils nous servent à maintes occasions.

 

L'important sera de terminer cette première avec le sourire.

 

Maxim hésitait entre les marathons de Montréal et Toronto à l’automne prochain. Je lui ai parlé de la première édition du P’tit Train du Nord en prenant bien soin de spécifier que le parcours descendait, de Val David jusqu’à Saint-Jérôme et que pour briser la glace, il devenait pratiquement un incontournable. « Go ! On le fait », a-t-il répondu sans hésitation.

 Le voilà dans le bain. Il ne peut plus reculer.

 Je lui ai demandé comment allait son entraînement ? « Super bien même si la nervosité est déjà au rendez-vous. »

 Quoi ? Nerveux Max? Le marathon est juste au mois d’octobre !

 Ouf ! 2017 pourrait devenir intense pour lui. Maxim aura besoin de se changer les idées.

 

 Sa fille sera sûrement fière de son père lorsqu'il franchira le fil d'arrivée.

 

N’ayez crainte, je vais le rassurer, le calmer car sincèrement, je sais qu’il en est capable. Son inconfort provient de l’inconnu mais je suis convaincu qu’il appréciera l’expérience. La clef sera de doser le parcours et à cet effet, je pense qu’il a eu sa leçon dans des courses antérieures.

 Après tout Max, le parcours nous transportera…..car il descend !

 Il m’a écrit il y a quelques jours. « C’est fait, je suis officiellement inscrit. On court 42km ensemble le 22 octobre ! Hâte de partager cette expérience avec toi. »