Il n'y a aucun doute là-dessus, la saison 2016-17 de la NBA nous a épaté sur plusieurs plans; en passant par des performances de saison inoubliables, des formations dominantes et parfois décevantes, on a aussi pu faire connaissance avec de nouveaux visages prometteurs. Parmi mes coups de coeurs de la campagne, on peut compter les superstars Russell Westbrook et James Harden.

Ces deux joueurs ont étés sujets à plusieurs discussions pour l'attribution du trophée MVP (Most Valuable Player), qui est remis au joueur le plus utile de la campagne. Bien évidemment, d'autres joueurs ont suivi la course, mais ces derniers ont peiné à s'attirer le favoritisme des experts. Je parle ici de joueurs de calibre élite, comme LeBron James ou Kawhi Leonard.

Ce sont bien Harden et Westbrook qui ont mené le peloton durant toute la saison, et aujourd'hui, je tenterai de démanteler les éléments qui les séparent dans cette course vers le grand trophée. Sans plus tarder, commençons à analyser le tout.

Russell Westbrook

D'un côté, Westbrook a conclu la saison en moyennant un triple-double, devenant ainsi le premier a réaliser cet exploit depuis Oscar Robertson, en 1962. Malgré la perte de Kevin Durant au profit des Warriors de Golden State, il a su mener le Thunder jusqu'en séries éliminatoires, en leur offrant la sixième place de la Conférence Ouest avec un dossier cumulatif de 47-35. Il a également mené la circuit complet en termes de points par match avec près de 32.

C'est en effet à l'aide de moyennes de 31,6 points, 10,4 passes décisives et 10,7 rebonds par match que ''Beastbrook'' s'est hissé au sommet des pronostics. Le meneur de jeu de 6 pieds 3 pouces s'est ainsi qualifié comme le troisième meilleur passeur de la campagne et s'est emparé du dixième rang du circuit Silver au chapitre des rebonds, ce qui fait de lui le meilleur garde rebondeur de la ligue.

Au cours de l'année, Westbrook a accumulé pas moins de 42 triple-doubles, envoyant ainsi le record d'Oscar Robertson aux oubliettes. ''The Big O'' en a récolté 41 lors de l'année 1961-62, la même saison où il a affiché un triple-double dans ses moyennes. Ce dernier avait tourné à des moyennes destructrices de 30,8 points, 11,4 passes décisives et 12,5 rebonds par match durant l'entièreté du calendrier régulier.

Westbrook, en plus d'avoir accompli ces derniers faits, a terminé douzième au chapitre des vols de ballon avec 1,6 par rencontre. Il a aussi gagné la onzième place pour les tirs à trois points marqués avec 200, ainsi que la deuxième pour ce qui est des lancers-francs réussis avec 710. Il a enregistré des taux de réussite de 42,5% et de 34,3% en territoire triple.

James Harden  

De l'autre, l'arrière des Rockets de Houston a aussi connu une saison plus que remarquable. Il a passé à seulement deux rebonds de moyenne près de lui aussi moyenner un triple-double, ce qui est tout simplement incroyable. Grâce à ses constants efforts fournis au cours de l'année, les Rockets ont pu terminer celle-ci au troisième rang de la Conférence Ouest avec une fiche de 55 gains contre 27 revers.

C'est avec des statistiques dominantes que le meilleur arrière de la ligue a propulsé les Rockets au sommet, à raison de 29,1 points, 11,2 passes décisives et 8,1 rebonds par match. Ces chiffres font lui le meilleur passeur de la NBA, le second meilleur marqueur ainsi que le vingt-deuxième rebondeur du circuit.

En addition à ces classements fulgurants, le troisième choix au repêchage de 2009 s'est classé troisième au chapitre des tirs à trois points marqués avec 262, tout juste derrière les ''Splash Brothers''; Stephen Curry et Klay Thompson. Il est aussi celui qui a marqué le plus de lancers-francs dans l'ensemble de l'association, avec pas moins de 746 unités. Lui qui avait terminé second derrière Curry en 2015-16 pour la course au MVP, il est certain qu'il désire surpasser ce rang cette année.

Et si on compare?  

Je vous dirais qu'il y a deux écoles de pensée distinctes en ce qui concerne l'attribution d'un des trophées le plus prestigieux du sport nord-américain. Selon celle à laquelle vous adhérez, il est évident que votre préférence changera de camp. C'est pourquoi je pense important de vous résumer les deux, afin que vous puissiez mieux comprendre le fonctionnement de ce processus et vous faire une opinion sur le sujet.

Premièrement, on peut définir la récompense comme étant attribuée au meilleur joueur du calendrier régulier, ce qui, dans le cas présent, pencherais vers Russell Westbrook. Le premier depuis 55 ans et seulement le deuxième de l'histoire à afficher un triple-double dans ses moyennes, ça ne voit certainement pas tous les jours.

Cependant, au cours de l'histoire, personne n'a remporté le trophée dans un équipe ayant accumulé moins de 50 victoires. Dans cette optique, on croit que la distinction est remise au joueur le plus utile à son équipe, et c'est pourquoi certains iraient vers James Harden.

Personnellement, je la question intéressante, et surtout, très difficile à résoudre. C'est pourquoi je vous le demande. Harden ou Westbrook comme MVP?