La grande question qu’il faudrait se poser, c’est pourquoi la LNH est si exigeante envers les joueurs dans les présentes négociations.

Les revenus ont explosé depuis le dernier lock-out, se situant à 3,3 milliards de dollars, une augmentation d’un milliard en sept ans.

Évidement, si la LNH exige maintenant une baisse de salaire de 19,3 % à chaque joueur, c’est qu’il y a une raison.

Une source à la LNH qui désire ne pas être nommée, me confirme que même si certaines équipes font des profits, la ligue dans son ensemble perd beaucoup d’argent.

Une autre source me confirme qu’effectivement, la ligue n’a pas fait de profits au cours des deux dernières saisons et les pertes sont d’environ 240 millions durant cette période.

C’est énorme et il est évident que les dirigeants de l’Association des joueurs ne peuvent pas les ignorer, même s’ils contestent l’exactitude de ces données. Le directeur de l’AJLNH, Don Fehr, s’est toutefois inspiré des chiffres de la ligue, lorsqu’il a fait son offre, il y a 2 semaines. Oui les pertes sont importantes, mais il ne faut pas oublier que des équipes font beaucoup d’argent, tandis que d’autres formations sont dans le rouge. C’est pourquoi il souhaite qu’il y ait un plus gros partage de revenus entre les propriétaires.

Malgré toutes ces tractations, il est important que les discussions reprennent. Il est évident que Don Fehr et Gary Bettman vont se parler au téléphone cette semaine pour déterminer s’il est possible de prévoir une rencontre sous peu.

Ce qui est certain, c’est que les représentants des joueurs, ainsi que les joueurs qui participent aux négociations vont se rencontrer sur Time Square les 12 et 13 septembre prochain. Les gouverneurs de la LNH ont aussi une réunion prévue jeudi la semaine prochaine à New York.



Un grand partisan de hockey junior m‘a envoyé ceci. J‘ai bien apprécié et j‘ai décidé de le partager.

Partisan assidu depuis 30 ans de la LHJMQ

Sujet : Association des joueurs de la LCH

Est-ce que nous nous posons les vraies questions ? Et est-ce que le débat se situe au bon endroit ? Regardons les choses bien en face, en commençant par les salaires des joueurs : combien en coûterait-il aux parents par semaine si le jeune était à la maison? Les parents n’ont plus à payer l’équipement et les frais associés à la Ligue Midget AAA, qui varient entre 3500 et 10000 dollars selon l’équipe pour laquelle ils ont joué. Est-ce que 25 dollars de plus de salaire par semaine ferait la différence en bout de ligne ?

La LHJMQ a fait d’énormes progrès en ce qui a trait aux bourses d’études, mais comme ceux qui proposent cette association, je crois en l’uniformité pour tous les joueurs, en ce qui concerne les bourses d’études. Mais que les vrais frais soient connus pour ces études et que ceux qui demandent ces montants soient réalistes en ce qui concerne le marché de tous les clubs de la ligue.


Que tout le monde impliqué devienne un peu plus responsable. La qualité de l’environnement et le développement de ces joueurs, là est la solution, autant pour les joueurs qui atteindront leur but (LNH 2%) que pour ceux qui se retrouveront sur le marché du travail. Voici ce qu’il faudrait; un calendrier réduit à 55 matchs et l’annulation des séries de 3 joutes en 4 soirs.

Ceci donnerait plus de temps pour les études, ce qui améliorerait les chances de réussite dans un climat plus normal, et plus de temps pour le développement des joueurs, soit les habiletés, le patin, le conditionnement physique. Combien d’équipes ont un instructeur de gardien à plein temps? Combien d’équipes ont engagé un spécialiste pour le patin? Il me paraît évident que tout est axé sur la victoire et non sur le développement. Aussi il y a trop d’équipes. La LHJMQ fait des efforts pour valoriser non seulement le succès au hockey mais également la réussite scolaire et c’est bien, mais on pourrait faire plus encore.

Cela me fait sourire quand on compare les ligues pour leur succès lors du repêchage de la LNH. Ce que je crois fermement, c’est que les 50 meilleurs joueurs de chaque circuit partent du même pied, et que tout passe par le développement. Sauf que je crois également que ce développement fait défaut dans la LHJMQ, ce qui explique que moins de joueurs de la LHJMQ sont repêchés par rapport aux 2 autres ligues. Aussi, devons-nous être en accord avec les propos de Robert Sirois, qui dans son livre démontre la discrimination envers les joueurs québécois lors du repêchage de la LNH?

Quand je regarde les rubriques de journaux, tout le monde est prêt à jeter le blâme sur les équipes, les instructeurs, les agents et les dépisteurs, mais tout le monde a sa part de responsabilités. Quand tu as 20 joueurs, le vrai développement c’est de tous les faire jouer. Stéphane Leroux a raison, c’est quelqu‘un du milieu. QUI est au milieu de cette initiative? Est-ce que cette personne a vraiment l’intérêt de tous les joueurs du circuit à coeur? Est-il en conflit d’intérêt? Et si cette personne est du milieu, a-t-il toujours bien servi l’intérêt de ses joueurs? POSER LA QUESTION C’EST Y RÉPONDRE. C’EST MON POINT VUE.

UN PARTISAN.