Ce samedi au Save Mart Arena de Fresno en Californie, Artur Beterbiev lors de son 12e combat en carrière chez les professionnels, se battra pour le titre vacant IBF des mi-lourds, couronne laissée vacante par l'ancien champion Andre Ward suite à l'annonce de sa retraite en septembre dernier. Beterbiev, 32 ans, en sera à son premier combat de championnat du monde chez les professionnels et il pourraît devenir le 16e champion du monde de boxe québécois de l'histoire, originaire ou développé au Québec. À cette occasion, il se mesurera à l'allemand de 27 ans, natif de Berlin, Enrico Koelling. Apprenons à mieux connaître son adversaire.

En 24 combats professionnels, Koelling, 1,80 m, est détenteur d'une fiche de 23 victoires et un seul revers par décision unanime subi en février 2015 aux dépens de l'Italien Mirco Ricci. Sur ses 23 gains  en carrière jusqu'à présent, il a obtenu seulement 6 K-O. Sa dernière victoire par TKO remonte à septembre 2014 contre le hongrois Daniel Regi, TKO au 6e round. Sur l'ensemble des 176 rounds disputés en carrière, son pourcentage s'établit à 25%. À noter qu'il a battu à deux reprises en octobre 2016, décision partagée et en février 2017, décision unanime, le sud-africain, Ryno Liebenberg, celui qui avait perdu par TKO contre Eleider Alvarez à Monaco en octobre 2014 pour le titre WBC argent des mi-lourds.

Chez les amateurs, il a représenté l'Allemagne aux jeux olympiques de Londres en 2012 chez les mi-lourds tout comme Beterbiev qui a aussi été à Beijing en 2008. Koelling a perdu en huitième de finale contre l'algérien Abdelhafid Benchabla. En 2007, aux championnats européens junior en Serbie, il a décroché une médaille de bronze chez les 75Kg et en 2008, aux championnats mondiaux junior à Guadalajara au Mexique, lieu de naissance de Canelo Alvarez, il a remporté une médaille d'argent toujours chez les 75 Kg. En 2011, à Bakou, en Azerbaïdjan, aux championnats mondiaux, il a perdu chez les 81 Kg contre le cubain Julio Cesar La Cruz qui a remporté l'or aux jeux olympiques de Londres en 2012. De 2010 à 2012, l'allemand, a participé à la World Series of Boxing, une ligue professionnelle de la Fédération internationale de boxe amateur.

Au niveau de ses habiletés pugilistiques, en offensive, il possède un  jab rapide et un crochet de gauche efficace qu'il utilise bien au corps et à la tête.  Il excelle en combinaison et Il aime mettre beaucoup de pression sur ses adversaires en les pourchassant continuellement. Il coupe bien le ring. Toutefois contre Beterbiev, danger ultime à l'horizon. Va t-il pouvoir s'adapter connaissant la puissance du tchétchène d'origine ? En défensive, il est excellent. Il se protège bien en gardant ses mains hautes et protège bien son menton. Il est difficile pour ses adversaires de le toucher solidement. Toutefois contre Beterbiev, il sera intéressant de voir comment il va composer avec la puissance du char d'assaut tchétchène. En vitesse, il est assez mobile et se déplace bien. il devra bouger constamment afin d'éviter les frappes de puissance de Beterbiev.

En conclusion, je m'attends à ce qu'Artur Beterbiev soit couronné champion du monde IBF des mi-lourds et deviendra par le fait même le 16e champion du monde de boxe de l'histoire du Québec, originaire ou à être développé au Québec. Il deviendra alors le 5e champion du monde de boxe IBF de l'histoire du Québec à détenir un titre de cette organisation, fondée en 1983, après les Matthew Hilton en 1987; Arturo Gatti en 1995; Lucian Bute en 2007 et David Lemieux en 2015. Dans la positive, il deviendra aussi le 5e champion du monde des mi-lourds de l'histoire du Québec après les Ovila Chapdelaine en 1926; Adrian Diaconnu en 2008; Jean Pascal en 2009 et Adonis Stevenson en 2013. De plus, le Québec aurait donc deux champions du monde chez les mi-lourds en Stevenson et Beterbiev, assez intéressant en soi sans compter qu'Eleider Alvarez, autre mi-lourds, devra se battre en combat de championnat du monde en 2018. Pour l'entraîneur Marc Ramsay, avec une victoire de Beterbiev ce samedi, il en sera alors à son 3e champion du monde après les Jean Pascal en 2009 et David Lemieux en 2015.

La suite des choses sera intéressante en 2018 chez les mi-lourds.  Adonis Stevenson, qui  a toujours manifesté son intérêt d'unifier les titres, pourquoi pas un combat entre lui et Beterbiev en 2018? De plus, pourrait-on voir un combat entre les ennemis jurés, à Montréal, entre Beterbiev et Kovalev advenant que le russe soit couronné champion WBO des mi-lourds le 25 novembre prochain, au Théâtre du Madison Square Garden contre Vyacheslav Shabranskyy? Espérons-le vivement puisque Beterbiev aura 33 ans en janvier prochain et Kovalev aura 35 ans en 2018 sans mentionner que Stevenson est âgé de 40 ans. À suivre.