Il était évident avant même que la saison commence, que le Drakkar de Baie-Comeau ne serait pas une force le la LHJMQ comme dans les trois précédentes années, mais qu'est-ce qui peut expliquer le piètre rendement de la troupe de Marco Pietroniro depuis le début de cette saison? Plusieurs raisons peuvent expliquer que l'équipe nord-côtière occupe la 18e et dernière place du classement général.

Les gardiens

Lors de ses quatre derniers matchs, le Drakkar a alloué pas moins de 28 buts à ses adversaires. Tout simplement impossible de gagner dans ce cas là. Il va s'en dire que les deux cerbères du Drakkar qui se séparent le filet depuis le début de la saison ne font tout simplement pas le travail. Malgré quelques bonnes sorties, Keven Bouchard (acquis des Foreurs de Val D'Or pour un choix de 2e tour), s'est ecroulé plus souvent qu'à son tour. Cela va dans le même sens pour le jeune gardien de 17 ans Evgeny Kiselev, acquis de Shawinigan. Il faut cependant dire que la défensive du Drakkar, pourtant presqu'intact de l'an passé, s'est écroulée également plus souvent qu'autrement. C'est dans ses moments qu'un Philippe Cadorette ferait le plus grand bien à cette équipe. Combien de fois le prolifique gardien a volé des matchs pour les baie-comois dans les dernières saisons?

Le manque d'attaque

Lorsqu'on se fait marquer des buts à répétition, ils faut répondre de la même manière, ce que le Drakkar est incapable de faire. Lors de la même séquence des quatre derniers matchs, le Drakkar n'a marqué que sept petits buts. 28 contre 7, les chiffres parlent d'eux-mêmes. L'attaque du Drakkar qui est menée par les Karabacek, Jones et Ricci manque cruellement de profondeur. Lors des derniers matchs, l'équipe a fourni de très gros efforts pour tenter de venir a bout des Olympiques et des Cataractes, mais le manque d'opportuniste a finalement fait la différence. Les Jérémy Gregoire et Maxime St-Cyr (54 buts en 2014-2015) manquent cruellement à l'équipe.

Les fameuses "non-échange" de la saison dernière?

Le Drakkar a beaucoup fait parler de lui l'an passé en échangeant pas Jeremy Grégoire et Philippe Cadorette entre autres. Selon le directeur général Steve Ahern, les offres n'étaient tout simplement pas à la hauteur. Était-ce la bonne décision? On ne le saura jamais mais il est sur que cela relenti considérablement la reconstruction de l'équipe. Ahern a cependant jugé qu'il ne voulait pas se départir des vétérans pour un prix d'ami et ainsi ce privé de leurs expériences dans le vestiaire pour aider les recrues. On ne peut pas lui en vouloir pour cela.

Que ce passera-t-il avec l'équipe d'ici la fin de la saison? Il est évident que cette saison sera très difficile mais il y a de très bons jeunes dans l'équipe et dans les rangs inférieurs qui aideront l'équipe dans les prochaines années et si la saison continue comme cela pour le Drakkar un premier choix au prochain repêchage ne pourrait certainement pas nuire. Le hockey junior est un cycle et après avoir atteint la grande finale deux fois lors des trois dernières années, les partisans du Drakkar devront être un peu plus patients.