L’été fut extrêmement mouvementé pour Marc Bergevin et sa troupe, et qui dit mouvement dit automatiquement critiques qui fusent de toutes parts.  Il est clairement impossible de rassasier tous les partisans, qui feront connaître leur mécontentement d’une façon ou d’une autre. On veut absolument avoir une vedette offensive provenant de la Belle Province au sein de la formation, et lorsqu’on l’obtient finalement, on critique le fait que notre DG fut obligé de laisser partir un espoir de haute qualité dans la transaction. Bref, impossible d’effectuer un mouvement quelconque sans faire jaillir la grogne populaire. Nombreux sont les individus qui dénoncent toujours le fait que la profondeur au centre du CH laisse grandement à désirer, ou encore que le CH ne peut compter sur personne pour jouer à la gauche du grand Weber. Pourtant, le problème pourrait rapidement se régler à l’interne… si on regarde le CH avec des lunettes roses!

Je vais traduire mon expression de façon plus concrète avec une question pour vous : Et si les astres s’alignaient et TOUS les ingrédients devenaient un mélange homogène parfait pour atteindre la recette d’un succès retentissant chez le CH?

Lors du tournoi du capitaine Max Pacioretty le 29 août dernier, Claude Julien a confirmé ce que le contexte laissait présager : On tentera l’expérience « Jonathan Drouin au centre » lors du camp d’entraînement. Ce dernier a réalisé la quasi-totalité de son entraînement estival accompagné de Pacioretty, qui n’a eu que de bons mots à dire à son sujet. Semble-t-il que c’est d’ailleurs ce dernier qui a fait la demande à Julien de tester le jeune québécois au centre, évidemment pour jouer sur son trio. Si l’expérience s’avère concluante, le Tricolore héritera d’un premier centre extrêmement talentueux qui saura apporter un dynamisme inégalé au sein de la formation. D’ailleurs, Drouin a déjà jouer au centre lorsqu’il évoluait pour les Mooseheads d’Halifax dans la LHJMQ, et il a également pris part à 220 mises en jeu lors de la saison dernière à Tampa Bay. Avec un aussi bon enseignant que Julien, il est fort possible que Drouin parvienne à tirer son épingle du jeu et devienne ce centre numéro un tant attendu. Quand je regarde la situation avec mes lunettes roses, il y parvient! Max Pacioretty pourrait bien connaître sa meilleure saison en carrière au niveau des buts marqués, lui qui n’a jamais joué avec un centre possédant la moitié du talent de Drouin!

À l’aube du camp d’entraînement, Shea Weber ignore probablement toujours avec qui il évoluera à l’ouverture du calendrier régulier. L’acquisition de Karl Alzner était excellente, mais je ne crois pas qu’il soit un partenaire adéquat pour le #6. C’est un défenseur mobile capable de bien bouger la rondelle et de se porter en offensive qui devrait compléter le premier duo, mais à première vue, aucun défenseur de la Sainte-Flanelle ne correspond à ses critères. Aucun, sauf peut-être Jakub Jerabek. Il est évident que performer dans la KHL et performer dans la NHL, ce sont deux mondes complètement différents. Glissez-en un mot à Nigel Dawes! Mais lorsque je prends mes lunettes roses et que je les porte à mes yeux, je vois Jerabek comme un défenseur capable d’occuper avec brio ce rôle plus qu’important, et évidemment de contribuer immédiatement aux succès de l’équipe. Après tout, il a quand même récolté 34 points en 59 parties la saison dernière, tout ça en évoluant pour une équipe sans trop de « punch » offensif!  Et ce ne serait pas la première fois qu’un joueur arrive de la KHL et réussit à s’adapter rapidement et efficacement au jeu de la NHL… on n’a qu’à penser à Artemi Panarin, Nikita Zaitsev et j’en passe! Le fait que Jerabek joue sur la première paire signifierait également qu’Alzner pourrait compléter le deuxième duo avec Jeff Petry, ce qui formerait une excellente deuxième paire! La brigade défensive serait ainsi complétée par Jordie Benn et David Schlemko… loin d’être mauvais!

Ces trois hommes auront définitivement un rôle important à jouer dans le « secondary scoring ». (Crédit photo: NHL.com)

 

Nombreux ont été ceux qui voulaient mettre la tête de Tomas Plekanec sur le bûcher durant l’entre-saison. On souhaitait tous secrètement (ou pas du tout!) que Vegas le sélectionne lors du repêchage d’expansion, quitte à offrir un bonbon à McPhee pour que cela se produise. Plekanec a connu sa pire saison en carrière en 2016-2017, alors qu’il n’a amassé que 28 points. Il pourrait donc difficilement faire pire n’est-ce pas? Honnêtement, je ne vois pas Tomas Plekanec récolté moins de 35-40 points cette saison, ce qui apportera donc quelques buts supplémentaires à l’attaque montréalaise!

Et si… comme le laisse sous-entendre le plus récent texte de mon collègue Félix Desjardins, Brendan Gallagher redevenait un facteur important dans l’offensive du CH? Ce dernier vient de connaître une saison en dent de scie mais on peut attribuer ses déboires aux blessures, en majeure partie du moins! Avec un Gallagher en pleine santé et une main qui a repris du mieux, Gallagher pourrait bien en enfiler 25-30 cette saison, qu’un maigre dix.

Et si… les performances de Paul Byron n’étaient pas fruits du hasard et qu’il était capable de maintenir la cadence lors de la prochaine saison, en enfilant une vingtaine de buts?

Et si… Artturi Lehkonen poursuivait sur sa lancée de fin de saison et marquait lui aussi une vingtaine de buts lors de la saison prochaine? Il a été l’attaquant le plus menaçant du CH en séries éliminatoires, après un certain Alexander… il va peut-être bâtir là-dessus pour pousser la machine encore plus loin?

Et si… Alex Galchenyuk connaissait tout un camp d’entraînement sous la tutelle de Claude Julien et qu’il parvenait à devenir un meilleur joueur qu’il ne l’est déjà? Il pourrait bien amasser 69 points, non? Il était tout de même sur un rythme de 59 points la saison dernière!

Et si… le potentiel de Phillip Danault n’était pas de « seulement » 40 points comme il a amassé la saison dernière et qu’il en récoltait 50 cette saison?

Et si… Ales Hemsky redevenait un semblant du joueur qu’il a déjà été, et amassait 40 points? Parce qu’il faut se le dire, lorsqu’il est en santé sur la patinoire Hemsky, il peut être très impressionnant à ses heures!

Et si… Charles Hudon parvenait à se tailler une place au sein de l’alignement et qu’il démontrait à tout le monde dans l’organisation que sa production offensive ne relevait pas des circonstances dans la Ligue américaine? Et qu’il contribuait considérablement à l’offensive du CH?

Bref, vous voyez le topo! Beaucoup de points d’interrogations dans l’entourage du Canadien mais qu’en sera-t-il si les points d’interrogations deviennent des points d’exclamations, que les astres s’alignent et que tous les joueurs du CH connaissent des saisons au-delà des attentes? Peut-on observer le St-Graal du hockey de loin et espérer le ramener à Montréal en juin prochain? Je vous pose la question!

 

Et en terminant, voici ma formation 2017-2018 du CH avec les éléments actuellement en place. Ne pas oublier que je porte toujours mes lunettes roses, ici.

 

Max Pacioretty – Jonathan Drouin – Brendan Gallagher

Artturi Lehkonen – Phillip Danault – Alex Galchenyuk

Paul Byron – Tomas Plekanec – Ales Hemsky

Charles Hudon – Torrey Mitchell – Andrew Shaw

Extras: Michael McCarron & Andreas Martinsen

 

Jakub Jerabek – Shea Weber

Karl Alzner – Jeff Petry

David Schlemko – Jordie Benn

Extras: Mark Streit & Brandon Davidson

 

Carey Price – Al Montoya

 

Texte paru originalement sur EnProlongation.com