Mon 5e classement en vue du repêchage 2017 de la NFL portera sur une des unités les plus importantes au football : la ligne défensive.

Le texte sera divisé en 2 parties. Dans un premier temps, je traiterai des joueurs évoluant à l’extérieur de la ligne défensive. Il s’agit des ailiers défensifs ainsi que des secondeurs extérieurs évoluant sur la ligne de mêlée. Le terme anglophone pour désigner ces joueurs est « Edges » (je n’ai jamais trouvé d’équivalent français, ne vous gênez surtout pas pour m’en proposer si vous avez des idées). Dans un deuxième temps, il sera question des joueurs évoluant à l’intérieur de la ligne défensive, soit les plaqueurs défensifs.

Comme je l’ai fait pour les autres classements, j’ai analysé les 15 meilleurs ailiers défensifs et secondeurs extérieurs évoluant actuellement dans la NFL pour faire ressortir des qualités communes. J’y ferai référence au fur et à mesure que je traiterai des prospects.

Comme d’habitude, l’objectif du texte est de vous transmettre de l’information sur les joueurs admissibles au repêchage afin de vous aider à vous préparer pour le grand jour. Rappelez-vous que le repêchage n’est pas une science exacte et faites-vous votre propre opinion.

AILIERS DÉFENSIFS ET SECONDEURS EXTÉRIEURS ÉVOLUANT SUR LA LIGNE DE MÊLÉE

1.Myles Garrett, Texas A @ M :

Taille/poids: 6 pieds 4, 272 livres

Expérience: Junior

Statistiques:

2016-33 plaqués (dont 8.5 pour des pertes) et 8.5 sacs du quart

2015-59 plaqués (dont 19.5 pour des pertes) et 11.5 sacs du quart

2014-49 plaqués (dont 12. 5 pour des pertes) et 10.5 sacs du quart

Description : Il est le choix unanime pour être le 1er joueur sélectionné lors du prochain repêchage et c’est pleinement mérité. Garrett est un joueur exceptionnel à tous les niveaux (physique, athlétique, production). L’équipe qui le repêchera pourra difficilement se tromper.

Considéré comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire (1er espoir à la position d’ailier défensif), il n’a cessé de se couvrir de gloire durant sa carrière universitaire (élu sur les équipes d’étoiles de sa conférence à 3 reprises et nommé « all-american à 2 reprises). Garrett domine par ses qualités physiques et athlétiques (il a notamment réalisé un temps de 4.64 sur 40 verges et un saut vertical de 41 pouces, des chiffres invraisemblables pour un joueur de sa taille). Il est tellement rapide, qu’il arrive souvent que le bloqueur offensif n’ait même pas le temps de lui toucher avant qu’il ne soit dans le champs arrière. Même en le doublant, impossible de l’arrêter.

Il y a un seul bémol dans le jeu de Garrett. Je vous invite à aller voir son match contre « Ole Miss » en 2015 alors qu’il devait affronter Laremy Tunsil, le meilleur bloqueur offensif qu’il a affronté au niveau universitaire. Lorsque Garrett affronte un bloqueur suffisamment mobile pour lui mettre le grappin dessus, il arrive qu’il ait de la difficulté à se désengager de son bloc. Pas qu’il n’en soit pas capable, mais il n’est visiblement pas habitué de devoir travailler en puissance. Une lacune qui se corrige avec du travail.

Analyse et projection : Garrett coche toutes les cases (physique, athlétique, production). Il sera à son mieux comme ailier défensif dans un schéma 4-3. Il a un tel talent, qu’il ne peut manquer son coup, peu importe l’équipe qui le repêchera. Même à Cleveland, pourtant un cimetière pour les jeunes joueurs talentueux.

A sa sortie des écoles secondaires, Garrett était le 1er de classes et c’est encore le rang qu’il occupe aujourd’hui.

2. Jonathan Allen, Alabama

Taille/poids : 6 pieds 3, 285 livres

Expérience : Senior

Statistiques :

2016-69 plaqués (dont 16 pour des pertes) et 10.5 sacs du quart

2015-36 plaqués (dont 14.5 pour des pertes) et 12 sacs du quart

2014-32 plaqués (dont 11 pour des pertes) et 5 sacs du quart

Description : A l’université d’Alabama, Allen était utilisé comme ailier défensif la majorité du temps. Il n’était transféré à l’intérieur de la ligne que lors des situations évidentes de passe. Malgré qu’il soit classé comme un joueur évoluant à l’intérieur de la ligne défensive par la plupart des experts, je suis en désaccord. À 285 livres, Allen est trop léger pour évoluer à plein temps comme plaqueur défensif dans la NFL. Son utilisation au prochain niveau sera la même qu’à l’université : ailier défensif sur la défensive de base et plaqueur offensif dans les situations de passe. À moins qu’il n’évolue comme ailier défensif dans un schéma défensif 3-4, ce qu’il serait en mesure de faire facilement.

La particularité D’Allen est qu’il est le joueur le plus solide techniquement de ce repêchage. Il joue la position comme elle doit être joué : 1. il maintient toujours son regard dans le champ arrière afin d’identifier le jeu, 2. il désengage avec son bloqueur et 3. il pourchasse le jeu. Dans l’ordre, comme ça doit être fait. Un joueur qui tente de pourchasser le jeu avant d’avoir battu son bloqueur n’arrivera à aucun résultat. Allen ne commet jamais ce genre d’erreurs. Il peut gagner en puissance, mais aussi en technique. Il est extraordinaire à regarder jouer et excellent dans toutes les situations de jeu (passe et course).

Considéré, lui aussi, comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, Allen a continué à performer à un haut niveau à l’université (étant notamment nommé le joueur défensif par excellence de la conférence « SEC » la plus forte de la NCAA en 2016). Allen n’est pas un athlète aussi accompli que Garret ou encore Solomon Thomas, mais il est suffisamment athlétique pour la position.

Analyse et projection : Allen aurait été prêt à faire le saut dans la NFL dès l’année dernière, mais il a choisi de jouer sa dernière saison à Alabama. Une sage décision puisqu’il est encore meilleur cette année. Il est possible qu’Allen glisse un peu lors du repêchage au profit, notamment, d’un joueur plus athlétique comme Solomon Thomas. Par contre comme je le mentionne régulièrement, mes classements sont fonction du potentiel et non du rang de sélection anticipé. De toute façon, il m’apparaît fort improbable qu’Allen glisse à l’extérieur du top 10.

3. Solomon Thomas, Stanford

Taille/poids : 6 pieds 3, 275 livres

Expérience : Senior

Statistiques :

2016-62 plaqués (dont 16 pour des pertes) et 8 sacs du quart

2015-39 plaques (dont 10.5 pour des pertes) et 3.5 sacs du quart

Description : Contrairement aux deux joueurs qui le précède au classement, Thomas n’évoluait pas à la position d’ailier défensif à l’université, mais bien à celle de plaqueur défensif (donc à l’intérieur de la ligne défensive). Ça veut dire qu’il devra faire la transition vers une nouvelle position dans la NFL (il est trop léger pour évoluer comme plaqueur défensif dans la NFL), ce qui a joué dans ma décision de le placer au 3e rang de ce classement. L’écart entre lui et Allen est cependant mince et le choix entre les 2 dépendra surtout des besoins et de la philosophie de l’équipe qui repêchera.

Thomas n’a évolué comme partant que 2 saisons à Stanford et il a moins d’expérience que les 2 joueurs qui le précède au classement (un autre facteur qui a joué dans ma décision).

Au « NFL combine » Thomas a démontré être un phénomène athlétique avec un temps de 4.69 sur 40 verges et un saut vertical de 35 pouces notamment.

Analyse et projection : Thomas coche toutes les cases (physique, athlétique, production). Il a été élu sur la 1ère équipe de sa conférence en 2016. Il est un phénomène athlétique. Il possède toutes les caractéristiques pour devenir un joueur étoile dans la NFL.

Actuellement, la plupart des « mocks drafts » l’envoient à San-Francisco avec le 2e choix au total et ce ne serait certainement pas une erreur de le repêcher à ce rang.

4. Derek Barnett

Taille/poids : 6 pieds 3, 260 livres

Expérience : Junior

Statistiques :

2016-56 plaqués (dont 19 pour des pertes) et 14 sacs du quart

2015-69 plaqués (dont 12.5 pour des pertes) et 10 sacs du quart

2014-73 plaqués (dont 20.5 pour des pertes) et 9 sacs du quart

Description : En 2016, Barnett est devenu le recordman de tous les temps pour les sacs du quart à l’université du Tennessee en battant le record de nul autre que Reggie White. Évidemment, personne ne s’attends à ce que Barnett obtienne le même succès que White dans la NFL, mais il s’agit d’un accomplissement digne de mention quand même. Durant sa carrière universitaire, Barnett a obtenu le rare privilège d’être élu à trois reprises sur les équipes d’étoiles de la conférence « SEC ». Un joueur extrêmement productif.

Barnett possède le physique idéal pour la position. Par contre il est loin d’être un phénomène athlétique (il a couru le 40 verges en 4.88, ce qui est relativement lent pour un joueur de ce calibre). En revanche, Barnett est un excellent technicien. Il lit bien le jeu se montre solide autant contre la course que contre la passe. Il ne triche pas et ne se fait pas prendre hors position lors des situations de course, ce qui est une qualité très importante.

Analyse et projection : Barnett est fait sur mesure pour évoluer à la position d’ailier défensif dans un schéma 4-3. Son manque de qualités athlétiques, particulièrement son manque de vitesse, soulèvent quand même un drapeau rouge. Malgré ça, mon opinion personnelle est qu’il y a au moins 5 ou 6 ailiers défensifs qui ont le potentiel pour devenir des joueurs étoiles dans ce repêchage et Barnett est l’un d’entre eux.

5. Takkarist McKinley, UCLA

Taille/poids : 6 pieds 2, 250 livres

Expérience : Junior

Statistiques

2016-61 plaqués (dont 18 pour des pertes) et 10 sacs du quart

2015-35 plaqués (dont 7.5 pour des pertes) et 4.5 sacs du quart

Description : Presqu’inconnu au début de la saison, McKinley a gravi les échelons à une vitesse vertigineuse. Il faut dire qu’il a été impressionnant. Il possède deux caractéristiques qui ne mentent pas : 1. Il possède des qualités athlétiques hors du commun et 2. Il travaille fort et sans arrêt du début à la fin du match.

Lorsqu’on l’observe jouer, on constate que McKinley gagne ses batailles grâce à ses qualités physiques qui sont nettement supérieures à celle de ses adversaires. Par contre, il gagnerait à raffiner sa technique. Par exemple, il lui arrive parfois (et même assez souvent) d’essayer de pourchasser le jeu avant même de s’être assuré de se désengager de son bloqueur ce qui est une erreur. Par contre, il parvient quand même à se maintenir dans le jeu grâce à ses qualités athlétiques supérieures. Par contre, ça risque d’être plus difficile dans la NFL s’il ne corrige pas cette lacune.

Lors du processus d’après-saison, McKinley a marqué des points importants en réalisant, notamment, un temps de 4.59 sur 40 verges au « NFL combine ».

Analyse et projection : McKinley coche toutes les cases. Il possède le physique idéal pour la position, il est ultra athlétique et il a été productif. N’ayant été partant qu’une seule saison complète, il aurait bénéficié d’une saison supplémentaire à UCLA, mais ça ne l’empêchera pas de connaître du succès (comme ailier défensif ou secondeur extérieur)

MENTIONS HONORABLES

6. TJ Watt (6 pieds 4, 252 livres), Wisconsin: Le premier joueur de ce classement qui évoluait comme secondeur extérieur au niveau universitaire. Le petit frère de JJ Watt coche toutes les cases. Il possède le physique idéal pour la position. Il a été productif (nommé « all-american » en 2016) et il est très athlétique (4.69 sur 40 verges avec un saut vertical de 37 pouces). Watt est un joueur complet. Il est excellent pour mettre de la pression sur les quarts adverses, excellent contre le jeu au sol et il peut couvrir en situation de passe. Il est un joueur d’énergie qui pourchasse le jeu jusqu’au sifflet final. Un favori des fans qui deviendra assurément un excellent joueur dans la NFL. Plusieurs « mock drafts » l’envoient à Green-Bay en fin de première ronde et ce serait effectivement un mariage parfait.

7. Taco Charlton (6 pieds 6, 277 livres), Michigan : La perception de plusieurs experts est que Charlton est un des meilleurs ailiers défensifs de ce repêchage pour mettre de la pression sur les quarts adverses. Cependant, ma perception à moi est qu’il est meilleur contre la course. Pour cette raison, je vois Charlton s’aligner face au côté fort de l’offensive adverse au niveau de la NFL (c’est-à-dire du même côté que l’ailier rapproché). Charlton n’est pas un joueur particulièrement explosif, mais il a réalisé un surprenant temps de 4.83 verges sur 40 verges lors de son « pro-day ». Charlton possède le physique idéal pour la NFL et il coche toutes les cases. Il sera probablement sélectionné en fin de 1ère ronde ou en 2e ronde. Il pourrait aussi évoluer comme ailier défensif dans un schéma défensif « 3-4 ».

8. Jordan Willis (6 pieds 4, 255 livres), Kansas State: Le rang que j’attribue à Willis est plus élevé que ce que vous trouverez dans la plupart des classements. Mon rationnel est le suivant : 1. Il est un des joueurs les plus solides techniquement de ce repêchage et 2. Il est l’ailier défensif qui présente les meilleurs qualité athlétique (à l’exception de Myles Garrett évidemment). C’est une combinaison gagnante admettez le. Même s’il est peu connu, Willis a connu une belle carrière avec Kansas State, étant notamment nommé le joueur défensif par excellence de la conférence « BIG 12 » en 2016. Il possède un arsenal impressionnant au niveau technique quand vient le temps de mettre de la pression sur les quarts adverses. Il est solide contre la course. Au « NFL combine », il a réalisé un temps de 4.53 sur 40 verges et un saut vertical de 39 pouces (des chiffres exceptionnels). Dan Snyder, l’entraîneur de longue date des « Jayhawks » (une légende dans le milieu) a qualifié Willis de « quintessence » du programme de football de Kansas State (un bien gros compliment de la part d’un aussi grand entraîneur de football). À mon avis, la plupart de ceux qui n’ont pas Willis dans leur top 10 ne l’ont jamais vraiment regardé jouer. Difficile de déterminer son rang de sélection à ce stade-ci, mais il a le potentiel d’un joueur étoile.

9. Carl Lawson (6 pieds 2, 260 livres), Auburn : Un de mes joueurs favoris dans ce repêchage et un autre qui ne reçoit pas l’attention qu’il mérite. Considéré comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, Lawson coche toutes les cases. Il a connu une belle carrière étant notamment élu au sein de la 1ère équipe d’étoile de la conférence « SEC » (la plus forte de la NCAA) en 2016. Il possède d’excellentes qualités athlétiques (4.67 sur 40 verges notamment). Lawson est très solide au niveau technique. Il garde constamment le regard dans le champ arrière et identifie bien le jeu. Il est discipliné et bon contre la course. Il est un des joueurs le plus puissants physiquement de ce repêchage (35 répétitions avec 225 livres sur le « développé-couché »). Un joueur complet qui a lui aussi l’étoffe nécessaire pour devenir un joueur étoile. Entre lui et Willis, je n’ai pas vraiment de préférence pour être honnête.

10. Charles Harris (6 pieds 3, 253 livres), Mizzou : Considéré comme un choix de 1ère ronde par la majorité des experts, ce rang est beaucoup plus bas que la norme. Harris a été très productif au niveau collégial étant notamment élu à deux reprises sur la 2e équipe d’étoiles de la conférence « SEC ». Par contre, Harris a certains défauts techniques qui me dérangent. Notamment, il a tendance à pourchasser le jeu avant d’avoir réussi à désengager avec son bloqueur, ce qui n’est pas la bonne technique. Ça se corrige, mais dans une année ou il y a autant d’excellents prospects, je tournerais mon choix vers quelqu’un d’autre. De plus, Harris a couru le 40 verges en 4.82 au « NFL combine ». Parmi les 15 meilleurs ailiers défensifs de la NFL actuellement, 14 ont couru le 40 verges en moins de 4.70 secondes. Un autre drapeau rouge important. Harris demeure un excellent joueur, mais je trouve que la 1ère ronde est trop rapide pour un joueur comme lui.

11. Tim Williams (6 pieds 3, 244 livres), Alabama: Il est un des meilleurs joueurs de ce repêchage pour mettre de la pression sur les quarts-arrières adverses. Il est très solide techniquement (il possède un vaste arsenal de feintes) et il est athlétique (4.68 sur 40 verges). Le problème est que Williams n’a été utilisé que dans les situations de passe à Alabama. Il ne jouait pas dans les situations de course. Williams possède un grand potentiel, mais le fait qu’il était uniquement utilisé comme « spécialiste » au niveau universitaire allume un important « drapeau rouge ». Williams aurait avantage à être repêché par une équipe qui possède déjà de la profondeur à la position d’ailier défensif (les Patriots par exemple) et qui pourrait le développer dans une rotation avant de lui donner un rôle de partant.

12. Demarcus Walker (6 pieds 4, 280 livres), Florida State: Le joueur défensif par excellence de la conférence « ACC » et un favori du public. Il glissera au repêchage parce qu’il est un peu trop lourd pour évoluer à plein temps à la position d’ailier défensif et un peu trop léger pour évoluer à temps plein à la position de plaqueur défensif. À mon avis, il sera à son meilleur en tant qu’ailier défensif évoluant face au côté fort de l’offensive adverses (du même côté que l’ailier rapproché) dans les situations de courses avant d’être transféré au poste de plaqueur défensif dans les situations de passe. Walker est solide techniquement, mais il a une lacune importante : son 1er pas est lent, ce qui représente un handicap important pour un joueur qui veut se spécialisé à mettre de la pression sur les quarts adverses. Walker a réalisé un temps de 4.76 sur 40 verges à son « pro-day » ce qui est meilleur qu’anticipé, mais malgré tout, il devra possiblement attendre la 3e journée du repêchage avant d’entendre son nom être prononcé.

13. Ryan Anderson (6 pieds 2, 253 livres), Alabama : C’est à dessein que je lui réserve la dernière place de ce classement car il n’a jamais reçu le crédit qu’il méritait avec le « crimson Tide ». Dans une équipe qui regorgeait de talent, il passait inaperçu malgré d’excellentes statistiques. Anderson est un joueur plus complet que Tim Williams (bien que moins talentueux), capable d’évoluer contre la passe et contre la course. Ses qualités athlétiques sont moyennes, mais suffisamment adéquate pour évoluer dans la NFL. Une excellente prise dans les rondes du milieu parce qu’il a toujours vaincu les pronostics.

LES PLAQUEURS DÉFENSIFS

1.Malik McDowell, Michigan State

Taille/poids: 6 pieds 6, 295 livres

Expérience: Junior

Statistiques

2016-34 plaqués (dont 7 pour des pertes), 1.5 sacs du quarts (en 9 matchs)

2015-41 plaqués (dont 13 pour des pertes), 4.5 sacs du quart

Description : McDowell représente l’exemple parfait pour illustrer le fait qu’on ne peut pas toujours se fier aux statistiques au football, surtout pas quand vient le temps d’évaluer un joueur de ligne. Les statistiques ne sont pas spectaculaires, mais sur le terrain, McDowell est excellent. Il est un phénomène athlétique peu commun capable de causer le chaos dans le champs arrière adverse même si ça ne se traduit pas toujours par des statistiques. Il possède une des qualités les plus importantes pour un plaqueur défensif : il est rarement repoussé vers l’arrière. Il domine le point d’engagement. Ses départs sont très explosifs ce qui lui permet de prendre l’avantage sur ses adversaires. On imagine à peine comment il sera bon quand il aura amélioré sa technique.

Considéré comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, McDowell a été élu sur les équipes d’étoiles de la conférence « BIG 10 » à deux reprises.

Au « NFL combine » McDowell a réalisé un temps exceptionnel de 4.85 sur 40 verges. McDowell est à ce point athlétique qu’il pourrait s’aligner n’importe ou sur la ligne défensive, y compris en tant qu’ailier défensif dans un schéma 4-3 et connaître du succès.

Analyse et projection : si j’avais joint tous les joueurs de ligne défensive en un seul classement, McDowell aurait été 4e (derrière Garrett, Allen et Solomon Thomas). Pour moi, il représente un talent de 1ère ronde même si peu d’experts le projette à ce rang présentement. Selon moi, McDowell représente un potentiel très élevé.

2. Caleb Brantley, Florida

Taille/poids : 6 pieds 3, 307 livres

Expérience : Junior

Statistiques :

2016-31 plaqués (dont 9.5 pour des pertes), 2.5 sacs du quart

2015-29 plaqués (dont 6.5 pour des pertes), 3 sacs du quart

Description : Encore une fois, ce que je regarde dans l’analyse d’un plaqueur défensif ce n’est pas ses statistiques, c’est sa capacité à dominer le point d’engagement, à créer de l’espace pour ses coéquipiers et, ultimement, à créer le chaos dans le champs arrière adverse. Qu’il obtienne ou non le plaqué n’a que peu d’importance. Au centre de la ligne défensive, Brantley est une «enclume ». Il n’est que très rarement repoussé vers l’arrière, même lorsqu’il est doublé. Il est solide techniquement. Il n’est cependant pas aussi explosif que McDowell et c’est la raison pour laquelle il est 2e sur cette liste. Par contre, plusieurs équipes risquent de préféré le style de Brantley à celui de McDowell.

Au « NFL combine » Brantley a réalisé un temps de 5.14 sur 40 verges ce qui est suffisamment rapide pour un joueur de son style. La technique est la force de Brantley, pas ses qualités physiques.

Analyse et projection : Dans la NFL, Brantley sera à son meilleur dans un schéma 4-3 à la position de plaqueur défensif. Il est trop petit pour évoluer au centre d’une défensive 3-4 (ce qu’on appelle un « nose tackle ». Par contre, il pourrait aussi évoluer comme ailier défensif dans un schéma 3-4. À mon avis, Brantley sera repêché en fin de 1ère ronde ou en 2e ronde. Il a l’étoffe pour devenir un partant fiable pendant plusieurs années dans la NFL.

3. Montravius Adams, Auburn

Taille/poids : 6 pieds 4, 304 livres

Expérience : Senior

Statistiques :

2016-44 plaqués (dont 8.5 pour des pertes), 4.5 sacs du quart

2015-44 plaqués (dont 3 pour des pertes), 2.5 sacs du quart

Description : considéré comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, Adams a été élu au sein des équipes d’étoiles de la conférence « SEC » (la plus forte de la NCAA), au cours des 2 dernières années. Il est un joueur extrêmement athlétique et puissant. Au niveau technique, il garde le regard dans le champs arrière adverse en tout temps et identifie bien le jeu. J’aimerais par contre le voir plus en contrôle de ses bloques plutôt que de le voir dominer avec ses qualités physiques. C’est pour cette raison que je le classe 3e sur cette liste et non plus haut.

Au « NFL combine » Adams a réalisé un temps de 4.87 sur 40 verges ce qui est extrêmement rapide pour un joueur de plus de 300 livres et qui illustre ses qualités athlétiques hors du commun.

Analyse et projection : Il a été un des joueurs les plus dominants à sa position et il a de la place à s’améliorer. Voilà qui est encourageant pour l’équipe qui le repêchera. A l’heure actuelle, difficile de prévoir à quel rang il sera sélectionné (probablement avant la 3e ronde), mais difficile de voir comment ce joueur pourrait ne pas devenir un partant à court terme dans la NFL.

4. Carlos Watkins, Clemson

Taille/poids : 6 pieds 3, 309 livres

Expérience : senior

Statistiques

2016-50 plaqués (dont 13.5 pour des pertes), 10.5 sacs du quart

2015-34 plaqués (dont 7.5 pour des pertes), 3.5 sacs du quart

Description : À la fin de l’année je m’étais mis une note concernant Watkins : « le meilleur joueur sur la meilleure ligne défensive de la NCAA. Pas le plus talentueux, mais le meilleur ». À mon avis, il n’y a pas de meilleure façon de vous décrire ce que je pense de Watkins.

Considéré comme un prospect 4 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, il a été élu sur les équipes d’étoiles de sa conférence au cours de deux dernières années en plus d’être nommé « all-american » en 2016. Un joueur élite à tous les niveaux.

Watkins possède de bonnes qualités athlétiques (notamment, il a couru le 40 verges en 5.06 secondes ce qui est excellent pour un joueur de plus de 300 livres). Par contre, c’est surtout sa capacité à pourchasser le jeu jusqu’au sifflet qui le distingue des autres. Possédant une excellente éthique de travail, il n’abandonne jamais. Il est également très solide techniquement et il a l’avantage d’être capable de mettre de la pression sur les quarts adverses dans les situations de passe.

Analyse et projection : Watkins coche toutes les cases (physiques, athlétique et production). A la fin de la saison, donc avant d’aller un peu plus en profondeur, il est possible que je l’aurais classé au 1er rang. Actuellement, le nom de Watkins n’est pas tellement mentionné et il est possible qu’il glisse un peu le jour du repêchage. S’il devait atteindre la 3e ronde, il deviendrait toute une aubaine pour l’équipe qui le repêcherait.

5. Chris Wormley, Michigan Taille/poids : 6 pieds 5, 300 livres

Expérience : senior

Statistiques :

2016-39 plaqués (dont 8.5 pour des pertes), 5.5 sacs du quart

2015-43 plaqués (dont 13.5 pour des pertes), 6.5 sacs du quart

Description : Il a surtout joué comme ailier défensif dans le système de Michigan, mais il est évident qu’il était beaucoup plus à l’aise dans un rôle de plaqueur défensif. Dans la NFL, c’est d’ailleurs le rôle qui lui reviendra (il pourrait aussi évoluer en tant qu’ailier défensif dans un schéma 3-4).

Solide techniquement, Wormley est difficile à déplacer, ce qui est la principale qualité recherchée chez un plaqueur défensif. Il ne donne pas l’impression d’être très athlétique, mais il a réalisé un excellent 4.82 sur 40 verges à son « pro-day ».

Analyse et projection : Tout comme les joueurs qui le précède sur cette liste, il coche toutes les cases (physique, athlétique, production). Il a notamment été nommé « all-american » en 2016. Je ne pense pas que Wormley deviendra un joueur élite dans la NFL, mais il a le potentiel nécessaire pour être un partant valable à une position de 1ère importance sur le terrain. En ce sens, il vaut certainement un choix de 2e ou de début de 3e ronde.

MENTIONS HONORABLES

6. Dalvin Tomlinson (6 pieds 3, 310 livres) Alabama : Une histoire intéressante car il a refusé des offres de Yale et de Harvard pour aller jouer à Alabama. En voilà un qui n’aura pas de problème à apprendre un livre de jeu. Tomlinson était la force tranquille au centre de la ligne défensive d’Alabama. Il n’a pas récolté de statistiques, ni de publicité, mais au centre de la défense, il est indélogeable, même lorsqu’il est doublé (c’est le principal critère que je regarde chez un plaqueur défensif, je crois l’avoir déjà dit!!). Il ne possède pas de grandes qualités athlétiques, mais il sera un atout en tant que plaqueur défensif (ou d’ailier défensif dans un système 3-4).

7. Elijah Qualls (6 pieds 1, 313 livres), Washington: Considéré comme un prospect 4 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, Qualls a rempli ses promesses à l’université de Washington en étant notamment nommé sur la 1ère équipe d’étoile de sa conférence en 2016. Qualls n’est pas le plus athlétique, mais il a été en mesure de tenir le point d’engagement contre toutes les lignes offensives qu’il a affronté, y compris celle d’Alabama lors des séries éliminatoires. Il est un joueur particulièrement puissant. Notamment, il a réalisé 33 répétitions au « développé-couché » avec 225 livres. Sans avoir les traits d’un futur joueur étoile, Qualls pourrait se développer en un partant valable à une position de 1ère importance.

8. Larry Ogunjobi (6 pieds 3, 305 livres), North Carolina Charlotte: Il est un des favoris de plusieurs experts du repêchage, mais ce que j’ai vu de lui ne m’a pas impressionné. Il est souvent repoussé vers l’arrière et a de la difficulté à désengager de ses blocs. Clairement pas prêt à assumer un rôle de régulier dans la NFL à court terme. Par contre, il est un prototype physique et athlétique (4.97 sur 40 verges et saut vertical de 32 pouces) pour la position et on voit qu’il a du potentiel. S’il est repêché par une bonne organisation qui prendra le temps de bien le développer, il pourrait devenir un bon joueur.

9. Eddie Vanderdoes (6 pieds 3, 305 livres), UCLA : Considéré comme un prospect 5 étoiles à sa sortie de l’école secondaire, Vanderdoes a connu un début de carrière fulgurant à UCLA en 2013 (nommé sur l’équipe de recrue « all-american »). À cette époque, il était un de mes joueurs favoris et il était considéré comme un futur choix de 1ère ronde. Malheureusement, en 2015, Vanderdoes s’est blessé au genou dès le début de la saison. Il est revenu au jeu en 2016, mais n’a jamais été en mesure de retrouver son niveau de jeu. Vanderdoes est un prospect intéressant car il a le potentiel d’un joueur tout étoile à une position de 1ére importance et il sera disponible dans les rondes du milieu. Dans son cas, tout est question de son état de santé. Une équipe qui possède de la profondeur aurait avantage à le repêcher et à se montrer patiente avec lui. Le risque pourrait rapporter gros.