Eh oui, encore une autre de ces chroniques où le gros du sujet tourne autour du fameux retour des Nordiques à Québec. Un autre de ces billets où les grands nostalgiques pourront soigner momentanément leur peine et tenter de se convaincre pour la énième fois que les défunts Nordiques reviendront. Parce que, après tout, impossible que le Centre Vidéotron ait été bâti pour rien. Non?

Bien évidemment, les fiers partisans du fleurdelisé – ceux qui, encore aujourd’hui, portent le chandail #26 de Peter Stastny devant le hockey du samedi soir – seraient les premiers à signer afin de revoir leur équipe fétiche renaître. Quoique, ils ne sont pas les seuls. Au fond, un retour des Nordiques serait bénéfique pour bien des gens, incluant le traditionnel amateur du Canadien de Montréal. Je demeure moi-même fébrile devant un éventuel retour de cette équipe, franchise qui, pourtant, je n’ai jamais connue de mon vivant. Pourquoi? Simplement parce qu’il s’agirait d’un nouveau jour au Québec; oubliez les Bruins ou encore les Maple Leafs, les Nordiques deviendraient rapidement l’ennemi numéro un de la Sainte-Flanelle. Tout amateur souhaite voir cette rivalité renaître, que ce soit pour simplement apprécier 60 minutes de hockey purement intense entre deux formations qui se détestent autant l’une que l’autre – hashtag Bataille du Vendredi saint. Ou, encore, l’anti-CH, voire celui qui « vote » pour les Bruins, les Maple Leafs et les Sénateurs chaque fois que ces équipes affrontent le Canadien. En effet, il veut les voir perdre et pouvoir crier haut et fort sur les réseaux sociaux que « les Canadiens sont pourris » et que « le but d’Alain Côté était bon ». Il aspire aux Nordiques pour le seul principe qu’il n’aime pas le Tricolore. Bref, toutes les raisons sont bonnes afin de croire que l’instauration d’une équipe de la LNH à Québec pourrait être indéniablement bénéfique pour la ligue, mais encore – eh oui, encore – faut-il convaincre Gary Bettman.

Je ne tournerai pas inutilement le couteau dans la plaie en vous rappelant que si Vegas a obtenu les Golden Knights, c’est que la LNH voulait Vegas, et ce au même titre qu’advenant une prochaine expansion. Autrement dit, il ne serait pas surprenant de voir Seattle avoir priorité sur Québec simplement parce que Bettman veut Seattle. Ou encore, parce que Bettman ne veut pas Québec. Voyez-le comme bon vous semble. C’est beaucoup de mots pour dire, au final, que Bettman n’aime pas Québec. Ceci étant dit, ce n’est pas parce que le Centre Vidéotron ne serait pas rempli soir après soir que le commissaire de la LNH n’envie pas Québec, soit un amphithéâtre qui se trouve seulement qu’à 253 kilomètres et des poussières de Montréal et ses Canadiens. Il n’y a aucun nouveau marché à aller chercher comparativement à Vegas et Seattle, par exemple. La seule chose qu’une expansion ou un déménagement d’une concession à Québec aurait comme conséquence, c’est de diviser un peuple. Puisque, à défaut d’avoir les Nordiques, les québécois se rangent derrière le Canadien (à l’exception des anti-CH, bien entendu).

 Eh oui, à moins d’un besoin urgent où les Hurricanes de la Caroline, par exemple, se verraient contraints de déménager dans une ville où un amphithéâtre serait déjà prêt à accueillir une formation de la LNH, Québec obtiendrait son équipe non par choix, mais par défaut, tout simplement. La réalité est qu’il y aura inévitablement une 32e équipe au sein du circuit Bettman… mais à Seattle, fort probablement. D’abord, pour des raisons de marché, mais également afin d’équilibrer (enfin) les conférences de l’Est et de l’Ouest à 16 formations respectivement. Donc oubliez une expansion afin d’introduire une nouvelle concession à Québec, car un déménagement semble la seule option envisageable présentement et, disons-le, la LNH fera tout pour éviter un tel scénario.

Reste que l’espoir est toujours là et, éventuellement, Québec aura son équipe de la LNH. Ce n’est qu’une question de temps. Les québécois seront alors partagés; il y aura le Canadien ou bien les Nordiques, mais jamais les deux en même temps. Juste à imaginer les hués que le CH recevrait au Centre Vidéotron – pourtant tout près de la maison – et c’est quelque chose qui se doit d’arriver, pour le bien de la cause.

Alors, les Nordiques reviendront... n’est-ce pas? Après tout, impossible que le Centre Vidéotron ait été bâti pour rien...

 

Texte paru originalement sur EnProlongation.com