Il fait froid, très froid… (cycliste = adore la chaleur) et nous avons une tendance à oublier l’événement cycliste mondial – Le Tour de France, en cet automne bleu,blanc, rouge. J'adore les Canadiens de Montréal et les Jays de Toronto, mais l'annonce du parcours du Tour reste un incontournable automnal. 

Cette annonce, hier en cette journée électorale, du parcours 2016, dessine le portrait du gagnant 2016. Les cols, les descentes, les CLM de cette année, permettront aux cyclistes polyvalents de se tailler une place parmi les meilleurs.

Les conquéreurs du maillot jaune devront être de bons grimpeurs, bons au chrono, bons dans les descentes, et j'en passe.

Les spectateurs auront la chance de voir les plus beaux paysages de la France et ses environs, avec 28 cols à son menu, se terminant sur des paysages à couper le souffle.

L’envers de la médaille pour moi, ce qui me couple le souffle chaque année, est le nombre de kilomètres parcourus en si peu de temps et surtout avec si peu de pause, deux journées…. vous avez bien lu... deux journées en 23 jours…. avec une moyenne de 150 km par jour. Ils sont de véritables athlètes ces hommes!

Est-ce réellement humain? 

J'entends déjà des voix me dire que les cyclistes ont tous recours à des agents facilitateurs... 

Donc, je me répète, est-ce réellement humain? À nous de se poser la question et de voir si les beaux paysages du Tour rendent services aux spectacteurs ou aux cyclistes.

Pour en savoir plus sur le Tour de France 2016, je vous invite à lire l'article de RDS : Le parcours du Tour de France 2016, convient mieux à Chris Froome.