À chaque été dans la LNH, plusieurs joueurs changent d’adresse. Certains sont échangés, d’autres sont laissés pour compte et ramassés par des rivaux. Les plus chanceux, les joueurs les plus en demande, voient plusieurs équipes se battre pour leurs services. Souvent, ils joignent le plus offrant. En d’autres occasions, ils choisissent l’équipe qu’ils estiment la meilleure pour remporter la Coupe Stanley.

L’été dernier, une belle et jeune équipe a décidé d’ajouter un vétéran pour tenter d’atteindre un niveau supérieur. Déjà bien nantis à l’attaque avec Auston Matthews, Mitch Marner, Tyler Bozak, Nazem Kadri et William Nylander, les Maple Leafs de Toronto ont décidé de rapatrier un joueur canadien au nord. Après dix-neuf saisons avec les Sharks de San Jose, Patrick Marleau a joint les rangs de l’équipe en blanc et bleu, autant pour une question d’argent que pour une meilleure chance de remporter une première fois le trophée le plus convoité de la LNH.

Soyez certains que comme la majorité des joueurs patinant dans la LNH à un moment ou un autre de leur carrière, le patineur d’Aneroid (Saskatchewan) rêve d’avoir le même honneur que Wayne Gretzky, Mario Lemieux, Bobby Orr, Maurice Richard et Mark Messier : celui de soulever la Coupe Stanley.

Peut-être n’est-il pas au courant (et on ne pourrait pas le blâmer pour ça!), mais Patrick Marleau détient un record peu enviable dans la LNH. De tous les joueurs de l’histoire de la Ligue, il est celui ayant disputé le plus de parties, saison régulière et séries incluses, sans jamais avoir remporté la Coupe Stanley.

Malgré une équipe de San Jose dominante pendant de nombreuses années, il n’a patiné qu’une seule fois en finale durant sa carrière, une défaite en six parties contre Pittsburgh lors de la saison 2015-2016. Cette année-là, il a joué 24 parties et amassé huit passes, deux sommets personnels en séries. Ses treize points ont constitué la deuxième meilleure récolte de sa carrière durant la grande danse printanière depuis ses débuts, lors de la saison 1997-98.

Avant les matchs de ce soir (Lundi 6 novembre 2017), Marleau a 1508 parties de saison régulière et 177 de séries au compteur, pour un total de 1685 matchs disputés. Ses plus proches poursuivants? Jarome Iginla, qui a vraisemblablement disputé sa dernière partie dans la LNH l’an dernier, montre 1635 parties au compteur, soit cinquante de moins que Marleau.

Au troisième rang se trouve Joe Thornton qui, en date d’aujourd’hui, a disputé 1619 parties, incluant un impressionnant total 160 joutes éliminatoires! Évidemment, Big Joe ne compte aussi qu’une finale à son palmarès, en 2015-2016. Suivent Shane Doan avec 1595 parties (dont seulement 55 en séries en plus de vingt saisons complètes) et Phil Housley  avec 1580 matchs (incluant 85 joutes éliminatoires) pour compléter ce Top 5 peu enviable des joueurs ayant disputé le plus de parties sans jamais avoir remporté la Coupe Stanley.

Championnat ou pas, Patrick Marleau pourra se retirer la tête haute quand il décidera qu’il a donné ses derniers coups de patin dans la LNH. Il ne lui manque que neuf points pour atteindre le cap des 1100 en carrière, il a marqué plus de 500 buts et il dépassera aussi les 1700 matchs s’il ne se blesse pas sérieusement cette saison, puisqu’il n’a que quinze parties à disputer pour atteindre ce plateau.

Il est troisième pour les buts et les points chez les joueurs actifs, il montre sept saisons de trente buts ou mieux (dont une de 44 filets) et il a participé à trois matchs d’étoiles durant sa carrière. Après quinze matchs cette saison, il a neuf points au compteur et il semble encore capable d’avoir un bon impact, malgré ses 38 ans.

Malheureusement, une belle carrière ne se traduit pas nécessairement en championnats et Patrick Marleau est présentement le détenteur peu enviable du record de celui qui a joué le plus de matchs en carrière sans soulever la Coupe Stanley...

Il lui reste deux ou trois ans pour renverser la vapeur !

Sources : hockeydb.com, nhl.com, hockey-reference.com